Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 août 2008 2 26 /08 /août /2008 20:51

Guingamp       

église Notre-Dame de Guingamp,( notre-dame de bons secours)

En 1483-84, le peintre vitrier Moulin Du pierre                 est chargé  de copier «  une portaiture estant en la ville de MALESTROIT. A cette époque il travaillerait sur les vitraux de Notre-Dame de Guingamp

En1856,
Auguste André,dans sa brochure: "De la verrerie et des vitraux peints dans l'ancienne province de Bretagne," Rennes 1878, page 157 indique quec'est sous la date de 1624 qu'il faut placer la grande vitre du bas de la nef de l'église Notre-Dame du Bon-Secours et qui est l'oeuvre de Alain Ruperon et Jean Lelouet" Il  ajoute qu'il restait  dans la baie du chevet  un vitrail a peu près intacte des donateurs, la duchesse marguerite de Foix accompagnée de ses deux filles, œuvre de Pierre du Moulin datant de 1483.
   Le verrierDidron au lieu de conserver ces éléments en fit un pastiche  Secdn 1935

Didron, Adolphe,    dit, "l'ainé".1806 1885, produit des vitraux entre 1849 et 1867. Ami de Montalembert.Il est l'homme des Annales Archéologiques, avoue de ne pas savoir dessiner, fonda son atelier avec Ledoux qui est chargé des cartons et dessins ainsi qu'avec Thibaud, emploie les meilleurs dessinateurs de carton, Steinheil, Lavergne, Lassus, Ledoux, Darcel. Directeur d'une manufacture de vitraux de 1852 à sa mort.La production est de 4000 m2. Il pronait, pour la conception d'un vitrail de caractère plan fermant la baie, reprenant ainsi le système médieval.


,
LVers 1850.'atelier parisien de Laurent et Gsel, peintre verrier
travaille à la Basilique.


En1853, en l' église Notre-Dame,  dans la baie au fond de l'église, dimensions environ(0,20x2,50)  vitraux à grisailles avec  des cabochons, dans le style néo-XIIe


En1857,  Baie haute d'axe. Didron fait disparaître les restes de vitraux de 1484, certes en fragments et mutilés en 1856.

En1873,l' atelier Jean Fournier fournit à l'église Notre-Dame, 2 baies figuratives du côtè nord dont l’une sur la guerre de 1870.


 Lors de la seconde  partie du XIXe,  des Vitraux de l'atelier du Carmel du Mans. sont fournis

1873, Fialex, 2 baies FIG, côté nord dont l’une sur la guerre de 1870.avec soeurs de Saint-Vincent-de-Paul.



Dans les années 1971- 1980,
L'atelier Hubert de Sainte-Marie de Quintin,  fourni des vitraux figuratifs Enfance de Jésus. Cène, Descente de Croix, et vitraux non figuratifs.


Autre lieu:
Les Jacobins avaient  dans leurs vitraux les armoiries des  Arrel.



Repost 0
Published by Jean Pierre Le Bihan - dans famille de peintres vitriers
commenter cet article
25 août 2008 1 25 /08 /août /2008 11:41



Commune de Brec'h,Morbihan


  Chapelle Saint-Guérin.XVII°

 "168O,le seigneur de Kerivalan la déclare ( la chapelle) comme étant "construite et batie à neuf dans le fond de la terre( de Kerivalan) pour le service de la dite maison"
On retrouve en effet les armes de Robien et du Cleuz sur la façade ouest et sur les vitraux.

Note complèmentaire deDanielCarré, auteur de l'article ci dessus:
Mémoires de la Société d'Histoire et d'Archéologie de Bretagne Tome 1990, page 70:

"Les vitraux originaux ont disparu. Ils ont été remplacés voici presque cent ans. Actuellement brisés; Seuls peut-être les débris qui subsistent dans l'ouverture sur le pignon Ouest pourraient dater du 17°"


 
 
Auguste André, reprenant  Rozenweig dans sa brochure De la verrerie et des vitraux peints dans l'ancienne province de Bretagne, Rennes 1878,  donne page 167:

"La chapelle Saint-Quirin ( et par corruption Saint-Guérin) de Brech est de 1676, et montre qu'on continuait encore à cette époque à armorier les vitraux.
Elle peut attirer l' attention par les blasons qu'on y trouve à l'intérieur des fenêtres. Ils seraient     au nombre de 2 dont:
Les armoiries de Beaumanoir





Eglise Saint-André.


Vitraux de Ernest. Laumonier.mort en 1920, originaire de Parthenay, 44. A Vannes, 56, rue du roi René, puis rue du Menez,activitè 1881-1914.
Médaillons avec bordure florale.Sujets:

Sacré-Cœur de Jésus
Saint-Cœur de Marie.
Saint André, Sainte Anne
Saint Pierre, Saint Vincent-Ferrier
Saint  Joseph, saint Louis

Chapelle Notre-Dame de Grâce XVI (I.S)

Chapelle Notre-Dame des Fleurs
. Restauration. 1993
4 baies de l'atelier Jean Lefeuvre , carton de Lucien Pouëdras, sujets, les quatre saisons.

.

Chapelle Saint-Jacques, XVe (I.S)
Chapelle Saint-Cado,
XVe

Chapelle Saint-Goal à Calan. 1971,  restauration Breiz Srrantel.

Notre-Dame à Tréavrec ( Trévérec)
(I.S) fin XVIe

Vitrerie verre blanc, remis à neuf vers 1970.
Peinture de Ernest. Laumonier

Chartreuse d’Auray,  (I .S)
1971,ensemble des  vitraux de l'artiste peintre Gérard Lardeur,

LARDEUR, Gérard,    statut d’artiste, sculptures et vitraux, décédé ce XX° siècle.
           
1971, Brec’h, 56, Chartreuse d’Auray, ensemble des vitraux de la chapelle.KER.
 1988, Arzon, 56, chapelle.Saint-Nicolas de KernersNon figuratif
            1989, Trédrez, 22, église de Locquemeau. Non FiguratifConcours.
            1991, Léhon, 22, prieuré Saint-Magloire, Non Figuratif réfectoire. Concours.
1993-1995, Langonnet, 56, église Saint-Pierre et Saint-Paul. Non Figuratif, Concours.
1998, Rennes, 35, église Saint-Yves.Non Figuratif  Fondation Gaz de France
2000, Saint-Sauveur, 29, église Saint-Sauveur. Non.Figuratif. A.O

.

 Chapelle Saint-Clément

Vitraux, de l'atelierDanielle Le Nezet.Le Bono

Chapelle de Kervalh, Notre-Dame de la Route.


Repost 0
Published by Jean Pierre Le Bihan - dans famille de peintres vitriers
commenter cet article
23 août 2008 6 23 /08 /août /2008 10:44
IFFENDIC  Ille -et-vilaine

Eglise Saint-Eloi, inscrite sur IS en 1926




                    Baie de chevet, XVIe siècle
                        Passionclassée  MH en 1907


        Description de la Crucifixion de cette église
donnée par Auguste André, pages 87-88 dans sa brochure
"De la Verrerie et des Vitraux Peints dansl'ancienne province de                                         Bretagne," sortie en 1878



Pour  le faire, il s’est aidé des cours d’architecture de l’abbé Brune et des archives de la chambre des comptes de Nantes se trouvant alors aux archives du département de Loire Inférieure, .. Atlantique actuellement


"Au chevet de l’église, une grande et belle fenêtre contient la représentation du Sauveur en Croix ; les deux larrons sont à ses côtés et les saintes femmes sont debout ou agenouillées à ses pieds. C’est encore une magnifique verrière du XVI) siècle, bien endommagée à la vérité, mais malgré cela très précieuse."



Cet Auguste André   se demande d’où peuvent venir les verres qui ont été ici utilisé.

         A l’époque actuelle  nous nous posons pas cette question.

Il donne cependant une source possible car, dans son travail de recherche sur la verrerie et les vitraux, il a mené une enquête très poussée.

                    Pour cette verrière, il donne cette information :
"Il existe des lettres de naturalisation, d’octobre 1654 , pour le verrier italien Damiano Racheto, maître de la verrerie de Saint-Maugam, petite
Paroisse située dans le doyenné de Monfort. C’était le frère de Césare Rachetot, dit Raguet, natif de l’Altare, maître verrier à Riaillé, évêché de Nantes."


Auguste André ajoute qu"’il est probable que ces verreries fonctionnaient depuis longtemps, car on fait remonter au XVI° siècle les établissements  des verriers et faïenciers italiens."

Sur les vitraux en place actuellement, compulser le Corpus Vitrearum – Les Vitraux de Bretagne, auteurs Françoise Gatouillat et Michel Hérold, page 242.
Brochure de 367 pages, des Presses Universitaires de Rennes
Repost 0
Published by Jean Pierre Le Bihan - dans VITRAUX XVI°
commenter cet article
20 août 2008 3 20 /08 /août /2008 11:18

Bédée I.-et V. Marie dans une Assomption et une Pentecote dans deux vitraux du XVI° siècle

Auguste André,, page 85 de sa brochure"de la verrerie et des Vitraux Peints dans l'ancienne province de Bretagne", Rennes 1878

L'église du XV°  

"Dans l’église, on trouve deux verrières précieuses quoique déjà fort mutilées. Celle du chevet présente le mystère de la Pentecote. La vierge assisse au milieu des saintes femmes et des apôtres, est une figure des figures les mieux conservés et d’un beau dessin.Cette verrière porte la date de 1550. La fenêtre éclairant le chœur au côté Sud contient une forte belle Assomption de la Vierge ; malheureusement, la tête est presque totalement effacée"


Belle église moderne du Style gothique Hachette 1959. Qui a succèdée à la fin du XIX° à l’ancienne du XV°

Repost 0
Published by Jean Pierre Le Bihan - dans VITRAUX XVI°
commenter cet article
17 août 2008 7 17 /08 /août /2008 17:29
SERENT Morbihan
Canton de Malestroit.

Eglise Saint-Pierre  ©XVetXVI°siècle

 1900,vitraux de Latteux-Bazin,
 Manufacture du Mesnil-Saint-Firmin, Oise, après 1861 collaborateur Bazin, son cousin, puis Royer en 1893, successeur son fils Louis jusqu’à 1906.


toute l’église  est en vitraux figuratifs dont 2 baies avec costumes d’époques

Couronnement de la Vierge

baie cintré, à larges filets de volutes et motifs floraux, et sur une grisaille central à grands ramages, on découvre, dans médaillon  de forme ronde,  sur  des nuages gris et jaunes, le couronnement de la Vierge par le Christ portant un sceptre. Un ange, derrière la Vierge, joue de la lyre. Fond bleu en appareil irrégulier.

Scène bretonne

Bretons et bretonnes en costumes devant une grande statue de la Vierge. peut-être cérémonie des relevailles car une femme à genoux en premier plan, derrière, femme portant bébé, grand-mère à genoux, grand-père debout appuyé sur une canne, garçon, à droite couple de marié dont la femme porte un bouquet de mariée.

Apparition du Sacré-Coeur à Marguerite Marie

 Baie à 4 lancettes en ogive de 5 panneaux et réseau de 3 lobes ovoïdes avec le Christ en croix et Cœur de Marie et cœur de Jésus, 2 soufflets avec anges et 4 écoinçons.  La scène centrale sur 2 lancettes et 6 panneaux présente l’Apparition du Sacré-Cœur à Marguerite Marie Alacoque. Une Cène remplit les  4 premiers panneau du bas de la baie.  Derniers panneaux de la tête de lancette suites des dais surmontant les daies Dans les lancettes des côtés, armoiries ; signé 1900 Latteux-Bazin.

 Calvaire de Sainte Suzanne

  Une lancette d’une baie offre le calvaire de sainte Suzanne avec son martyre. Tandis que la seconde lancette c’est la famille de Kergoët.

Baie de 4 lancettes en ogive avec vitrerie style kaléidoscope vers 1900

Chapelle Sainte-Suzanne (I.S)

Baie à fleur de lys(I.S)inscrite à l'inventaire supplémentaire de MH

 Bai
e à fleur de lys
Fragments de beaux Vitraux XVIe classés MH 1973.
 
On y voit le donateur agenouillé avec devise:  Mater Déi memato, et l’écusson de Sérent.(1)(D'or à trois quintefeuilles de sable   sceau de 1356)(2) La dernière présentation aux montres de cette paroisse date de 1536, date proche du vitrail

 (1)
Auguste André, de la verrerie et des vitraux peints dans l'ancienne province de Bretagne, rennes 1878 P 180
(2) Nobiliaire de bretagne Potier de Courcy





Chapelle Saint-Symphorien XVIe

Chapelle Saint Michel démolie début XIX°
Repost 0
Published by Jean Pierre Le Bihan - dans XVI°DISPARU XX°ENPLACE
commenter cet article
17 août 2008 7 17 /08 /août /2008 10:07

GUELTAS  56


Commune formée suite au démenbrement de Noyal Pontivy


Eglise Saint Gildas,  avant 1861 et la parution de la brochure d'Auguste André, "De la verrerie et des vitraux peints dans l'ancienne province de Bretagne", Rennes 1878.
Dans cette brochure, page 177, on lit:
"Aux fenêtres des transepts à des vitraux avec personnages de 30 à 40 centimètres de hauteur. Dans une fenêtre du côté Nord on voit un chevalier et une dame en prière, avec des banderolles portant en inscription: Miserere mei .      Au-dessus une Passion"

Eglise saint-Gildas XX°

1928, toute l'église possède des vitraux figuratives et grisailles  signé Lux.Fournier

 LuxFournier,(1882-1940)succède à son père Julien (1835-1896). L'atelier de vitrail est à Tours,
.Julien travaillait en collaboration avec un verrier nommé Clément après 1874. On le trouve aussi avec Fialeix, verrier du Mans.
L'atelier fut la figure la plus marquante du vitrail  XIXe dans la Morbihan, par sa quantité, près d'une vingtaine d'édifice, et par la qualité de certaines oeuvres du père.
Le fils semble avoir conduit  l'atelier à la décadence, autant en technique que picturale avec cependant quelquefois une œuvre de génie.




Cet édifice est éclairé d'une quinzaine de  baies, ou fenêtres, qui se lissent avec les chiffres impairs du côté nord et pairs du côté sud

Baie 1, baie  en ogive,  5 panneaux, dans niche, sainte Anne, tenant un phylactère

baie 2,  baie  en ogive,  5 panneaux, dans niche, saint Joseph, un  très grand lys à la main ainsi que de l’autre main une planche.

baie 3, , baie  en ogive,  5 panneaux, dans niche sainte Thèrèse de l’Enfant Jésus,

 baie 5, saint Gildas,
baie 6, saint Jean
baie 7,
le Christ Roi,

 baie 8,  baies de 3 lancettes, a,b,c de droite à gauche, en ogive, la centrale étant la plus grande,
dans niches, en a, saint Mathieu évangéliste,
en b, saint Pierre, avec deux clés,
 en c saint Jean L’évangéliste avec le calice

baie 9, saint Vincent Ferrier,
baie 10, saint Jacques,
 baie 11 baie en ogive, 5 panneaux,  sur grisaille, Grand médaillon avec le buste deJean  Marie Vianney,
Dans le bas, petite rondelle avec photos d’un soldat portant képi. Don des familles  Cravin Jégorel

baie 13, baie en ogive, 5 panneaux,  sur grisaille, Grand médaillon avec le buste de saint Mathurin, en aube et portant une petite croix à la main tandisque l’autre bénit.

baie 14, baie en ogive, 5 panneaux,  sur grisaille, Grand médaillon avec le buste  de saint Maurice, en armure, casqué, et manteau rouge, poratnt à la main une palme, sur fond bleu
baie 15,
, baie en ogive,  sur grisaille 5 panneaux dans médaillons buste  de  Jeanne d’Arc,  en armure bleue sur fond rouge.
Don des familles Pocard, Le Floch et Chamaillard.

baie 16, baie en ogive, 5 panneaux,  sur grisaille  François  vierge ?

baie  en ogive,  5 panneaux, dans niche Notre-Dame de Tymadeuc avec enfant Jésus  

baie en ogive de 5 panneaux, dans niches, sur fond rouge Notre-Dame de Lourdes

Verrières de bonne tenue, sans grande sensibilité, œuvres don de familles de la région, ainsi que de prêtres qui se sont attribués le chœur nord et le bras sud du transept. Allez savoir pourquoi ?
Litanie des sujets, sans grande surprise, le quarté de l’époque.

Il est à remarquer deux photos sur verre, ou essai, de deux poilus, le premier dans la baie 11, ici un simple soldat, le second, dans la 9, sûrement un gradé, avec képi, don de la famille Vincent Onno.



 Travaux JPLB 1989.

Repost 0
Published by Jean Pierre Le Bihan - dans XVI°DISPARU XX°ENPLACE
commenter cet article
16 août 2008 6 16 /08 /août /2008 16:48
 

SAINT-GOUVRY. 56
Ancienne trève de Rohan

Commune du canton de Rohan érigée en succursale que le 2 août 1843.


Eglise paroissiale, formée de l'ancienne trève de Rohan
A des vitraux à ses fenêtres avec quelques écussons:
1° d'hermines plein, qui est Bretagne;
2° de gueules à 9 macles d'or, qui est Rohan;
3° parti de Bretagne et de Rohan;
4° d'   argent.. à 3 merlettes de sable au chef chargé de " besants d'or:
5° de sable à 7 macles d'argent;
6° de gueules au lion passant d'argent, qui est Bréhant;
7° parti de clisson et d'argent à 3..

Auguste André, de la verrerie et des vitraux peints dans l'ancienne province de Bretagne, rennes 1878, page 179.


Fragments de vitraux aux armes , le Moyne de Talhouet,
Clisson XVe Classés en 1934.
 

 
Repost 0
Published by Jean Pierre Le Bihan - dans ARMOIRIES
commenter cet article
16 août 2008 6 16 /08 /août /2008 14:48

SAINT-GERAND. ancienne Trève de Noyal-Pontivy
commune formée  en 1840 par le démenbrement de  Noyal-Pontivy.


Eglise.

Baie du chevet, daté 1879. Les quatre évangélistes.

 Non signée. Elle peut être attribuée à l'atelier de Gesta de Toulouse.On y trouve ces évangèlistes,
Saint Marc, saint Jean, saint Mathieu et saint Luc présentés sous baldaquin néo gothique et sur fond damassé,

Don de Mrs le Dain Recteur et Chapel vicaire.
 
Tympan à motifs floraux entourant trois têtes d’angelots. la grisaille disparaît spécialement sur les visages.

Baie 1, la première à gauche à partir  du chevet. bouchée, on y devine une Notre-Dame de Lourdes.

 Baie 2, la première  à droite à partir du chevet.1880, auteurJoseph Fournier ;

  Style plus précieux, vie de saint Gérand en 4 scènes que délimite une architecture néogothique surplombée par un tympan néo renaissance. Emploi d’émaux bleu, jaune et violet, scène en très peu de pièces, de grandes dimensions
Don de Mr Jean Le Frêne, Maire.

 Baie 3, seconde à gauche, 1879, Gesta. Avec donateur laîque.
Vierge à l’enfant. La grisaille à disparu sur les verres blancs des visages.

Baie 4. Non signée, 1896. Don de Joseph Henrio.
Sacré-Cœur
dans oculus ovoïde sur fond néo XIIIe

Baie 6, 1879, Gesta, Toulouse, don de Le Beller
Sainte Anne et la Vierge, lui lisant un phylactère, encadrement néo XIIIe.

Baie 8. 1879. Fournier
Saint Joseph avec enfant Jésus au Sacré-Cœur, devant portique néo-renaissance.
Don de Mr Olivier, ancien recteur et Mathurin Rello.

Ossuaire, châssis de bois ;

Chapelle Saint-Tredenne ou Dredeno XVe
restes de vitraux en 1959

Juin 1988.
Baie du chevet, reste de vitrerie  datant des environs de1840 avec bordure accordéon de couleur.en très mauvais état.

Baie 1, même esprit.

Baie 2, reste d’une verrière de Laumonier 1899, dont il reste un panneau et bordure.

Baie 4, vitrerie 1840 avec couleur

  Chapelle Saint-Fiacre, 

Vitraux de Laumonier,  datés de1900,

baie du chevet  saints Méen, Fiacre, Vincent Ferrier


CV des verriers auteurs des vitraux:


Gesta, Louis, Victor,1829,  Toulouse, 2
Manufacture fondée en 1852, travaux en Aquitaine, Auvergne, Franche-Comté, Midi Pyrénées, Alpes, Charente-Maritime, Bretagne.
" Atelier à structure commerciale qui parvient à couvrir l'ensemble du territoire grâce à la diffusion de catalogues",

Fournier,   Julien, et Lux    Tours,
le premier vers1835-1896, le second,1882-1940.Julien travaillait en collaboration avec un verrier nommé Clément après 1874. On le trouve aussi avec Fialeix, verrier du Mans.
L'atelier fut la figure la plus marquante du vitrail  XIXe dans la Morbihan, par sa quantité, près d'une vingtaine d'édifice, et par la qualité de certaines oeuvres du père, Julien.


Laumonier;     Ernest,    mort en 1920, originaire de Parthenay, 44. A Vannes, 56, rue du roi René, puis rue du Menez,activitè 1881-1914.
   IL aurait été en relation avec Lux Fournier, tableau du Rosaire en 1904 à Noyalo, 56, et Morts pour la France à Le Hezo, 56.











Repost 0
Published by Jean Pierre Le Bihan - dans famille de peintres vitriers
commenter cet article
15 août 2008 5 15 /08 /août /2008 17:34

=Redon  

Ogée,p. 438 histoire de la Bretagne tome II:

sur les anciennes vitres de l'église,de l'abbaye de Saint-Sauveur portraits de plusieurs duc et duchesses de bretagne et de quelques seigneurs, des maisons de Rohan, de Rieux,de Rochefort, de Châteaubriand, et de Malestroit, bienfaiteurs de la communauté des Bénédictins 178O, possible destruction soit lors d’un incendie, de la maitresse vitre avec bienfaiteurs , soit lors de la Révolution.

Cette incendie aurait séparé cette édifice de la Tour suivant Marteville!

Auguste André supose que les vitraux  avec les portraits des bienfaiteurs auraient été détruits lors de cette incendie de 1780, qui consuma l'intérieur du choeur!
Un prêtre auteur d'une histoire de Redon s'exprime diférrament sur la disparition des vitraux.
Pour lui: " Les derniers moines trop peux soucieux des oeuvres de leurs devanciers, firent disparaître cette galerie de portraits anciens qui auraient pour nous un grand intérêt. Suivant les entrainements et errements peu judicieux d'une foule  chapitres de ce temps, ils remplacèrent par des vitres blanches les vitres historiées. Cette transformation était accomplie quand vint la révolution."
     Auguste André  p. 185- 186
En 1791,dispersion de la communauté qui ne comptait que 7 religieux

au milieu du XIX° siècle Auguste André signale qu'on peut y voire encore quelques fragments des anciens vitraux dans le transept.

Auguste André, de la verrerie et des vitraux peints dans l'ancienne province de Bretagne, rennes 1878


Actuellement vitraux de Jean-Jacques Gruber
Repost 0
Published by Jean Pierre Le Bihan - dans vitraux disparus et comment
commenter cet article
15 août 2008 5 15 /08 /août /2008 11:24

Le Guerno  
.
Canton de Muzillac

 église Notre-Dame,(C) 1590 du XV° siècle (auparavant sous le patronage de sainte Anne)

Au milieu du XIX° siècle il est signalé la présence d'un vitrail avec scènes de la vie du Christ et de sa Passion, accompagné de 7 écussons. Alexandre André

En 1978-1981
Restauration du vitrail de la baie du  chevet, classé MH den 1908,sous la direction de l'architecte en chef des MH Benjamin Mouton
Cette Passion du XVI° n'était à cette époque, pas complête. Elle n'avait que 9 panneaux d'origine sur 12.

Les complèments ainsi que la restauration ont été réalisés par l'atelier HSM de Quintin.


église Saint-Jean.

 En1878,  fourniture de Vitraux par l'atelier Gesta de Toulouse avec comme sujets: saint Louis,  saint Joseph, saint Julien, saint Isidore



 

Repost 0
Published by Jean Pierre Le Bihan - dans famille de peintres vitriers
commenter cet article