Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 septembre 2009 5 25 /09 /septembre /2009 16:52
Morgat, son port,  ses bâteaux, son bout de plage

 études de 1954 prisent  en été,


à la hauteur de l'hotel des Boulineau.,




Rien à voir avec le port de maintenant.

Je signale que je ne sais par qu'elle erreur, ce Morgat est paru sur un second blog à:

jeanpierrelebihan2.over-blog.com

                                                                  




Repost 0
Published by Jean Pierre Le Bihan - dans croquis
commenter cet article
25 septembre 2009 5 25 /09 /septembre /2009 08:49

A suivre
sur http://jeanpierrelebihan2.overblog.com


Repost 0
Published by Jean Pierre Le Bihan - dans croquis
commenter cet article
24 septembre 2009 4 24 /09 /septembre /2009 21:45

 
LANGAST  CôtesD'Armor  TEXTE

 

cette église présente deux verrières qui ont des éléments anciens

l'une qui éclaire la sacristie possède un vitrail  qui est fait de fragments

La maîtresse vitre offre dans  le panneau du bas une inscription incomplète indiquant que ce vitrail fut exécuté en L'AN MILL VC manque la suite.

 

 





Baie du chevet,   première partie du XVI° siècle présente entre-autre:

 

 

 

 

Un Saint-jean-Batiste à la brebis et au lapin.

 

 

 

 

 

 

Un petit lapin est  dans de l'herbe au pied de Saint-Jean-Baptiste .

 

Cet animal se retrouvre  sur des verrières de l'école de Beauvais dès le début du XVI° siècle

 

 



Verrière  composée de quatre lancettes  avec
 Chacune cinq panneaux de vitraux.
Ces photos on été prises en 1993, par moi-même.Sur celle-ci  les planchers d'un échafaudage, lors des travaux.gênent la lecture



 Le réseau, propose un jugement dernier avec un Christ aux bras ouverts,
 Accompagné

 
de ressuscités


.

Saint Michel, ange du Jugement dernier,

 portant l’armure. il tient de la main gauche le manche

de la balance où dans les plateaux sont présentés deux petits personnages, à moitié nus. Celui de droite est attendu par le diable, ici en vert  comme en est la coutume de cette époque.

 Sur quasiment tous les vitraux on trouve nombreux plombs de casse  qui sont là suite à de nombreuses restaurations anciennes et probablement des dégats dû au vandalisme.Cela ne facilite pas la lecture.

  Au dessous du réseau avec au  sommet  une Crucifixion  suivie de panneaux de vitraux figuratifs  en accord, ou en provenance de cette Crucifixion,

 la Vierge   Marie debout, les mains jointes, est habillée d'une robe violette
 sous un manteau bleu, devant un fond rouge.

Suivent divers sujets dont:

 la Messe de Saint Grégoire ,    Ce dernier agenouillé devant l'autel, assisté de deux cardinaux, veut confondre une femme incrédule, le Christ apparaît sur un fond rose violet. Sujet que l'on trouve partout  et cela à cause des indulgences que les fidèles peuvent récupérer
on peut découvrir sur cet autel les ustenciles: ciboire, patène, une probable hostie , un missel, des chandeliers, de de tipe d'époque XVI°,, ainsi que la façon dont s'habillaient  très richement les cardinaux de cette époque.




 Saint Antoine de Vienne. Ermite,un bâton de la main droite et un livre  d'oraison de l’autre main. Celle-ci crève le livre tout en maintenant une cloche.
 Il est présenté dans une  niche qui est ici  dominée par une voûte d’église où l’on peut lit "Saint Antoine Viennois"….Deux porcs bien roses apparaissent venant de derrière sa robe manteau, Faisant  opposition: Un nouveau diable vert,représente ici l' image de la tentation.


 Saint Jean Baptiste, une peau de chameau jaune autour du cou, un manteau

 

rouge sur le dos

  Il est présenté assis, les pieds se croisant, un mouton sur ses genoux,
Tenant de la main gauche une croix de procession, symbole de la pénitence qu'il prêcha.
La main droite semble tenir un phylactère où l’on lit : Ecce Agnus Dei tollis peccata mundi, miserere nobis, rappelle du baptême du Christ
Sur l’herbe verte un lapin est présenté de profil
Deux piliers encadrent  le personnage

Sainte opportune . Ici elle est présentée de trois quart droite, portant un nimbe rouge aux rayons blancs, gravures d’un verre plaquée rouge. De la main droite, elle porte sa crosse d’abbesse. De la gauche elle soutient un livre de prières de couleur blanche à la fermeture et tranche or

Le martyre de saint Sébastien, sur cette photo on ne découvre que notre saint dépouillé de ses vêtements probablement appuyé et attaché à un poteau  et ce sur un fond rose.  face  à un archer. Un second est absent de cette photo , Celui que l'on voit est prêt à lancer sa flèche. Il est habillé richement avec un pourpoint vert dont les manches de verre rouge plaqué  sur blanc dont la gravure  fait apparaître  des larmes.blanche Sa coiffure, rouge, à bord relevé  offre de nouvelles gravures dont des croisillons au jaune d’argent posé après gravure sur la partie incolore du verre rouge.

La Piéta 
La croix se détache du fond rouge qui passe derrière la vierge Marie  portant un voile de deuil, et  une robe ou manteau bleu fort. Un nimbe d’or plane au dessus de sa tête. Le Christ, le dos appuyé contre un personnage qui  peut, être saint Jean étale ses jambes jusqu’ à Marie-Madeleine qui avec un pot de ligaman  le  parfume. Derrière deux visages qui doit être celui de saintes femmes

Sainte Appoline et son  martyre.
  Elle  est  présentée sur un fond de damas bleu, entre ses deux bourreaux, portant une robe brune légèrement rosée. où  reposent ses mains ligaturées  Cette sainte est invoquée pour les maux de dents.
Le bourreau  à sa gauche porte un casque chapeauté de laine de mouton,Il est vêtu d’un pourpoint rouge et des bas blancs.
Quand au second bourreau, à sa droite,il ne porte rien sur la tête, il est habillé d’ un pourpoint  légérement vert. Tout les deux sont présentés de profil la menaçant de  pinces, cherchant à lui enlever les dents ;



Les armoiries sont nombreuses
dans cette baie, Ici   au dessous,on se trouve devant celle de la famille du Guengo,avec couronne de Marquis que deux angelots, blancs,  ailes vertes et cheveux or, présentent sur une draperie rouge etleu verte sur un ciel bleu








Repost 0
Published by Jean Pierre Le Bihan - dans VITRAUX XVI°
commenter cet article
21 septembre 2009 1 21 /09 /septembre /2009 05:58


quelque part dans le nord Finistère



Vents  voiles et gens



bruyères et marée verte



Marée basse





Repost 0
Published by Jean Pierre Le Bihan - dans croquis
commenter cet article
19 septembre 2009 6 19 /09 /septembre /2009 17:46


Anciennement cité de l'Odet puis rue Michel Marion, adresse de ce bâtiment.



 état en 1944. Dommages de guerre

Réquisition du 11octobre 1941, modifié le 12 juillet 1941, puis le 7 octobre 1942

Constat d'huissier du 5 décembre 1944, par M.  Jean-Marie Kerloch, trouvé aux archives municipal 4 H PEN 14 L''huissier était accompagné de M.Moreau, adjoint de Penhars et M. Louarn, architecte.


Je me suis transporté à Penhars, chemin du halage à l'effet d'effectuer toutes constations utiles concernant les  dégâts occasionnées pendant leur occupation par la troupe allemande à un atelier et les hangars appartenant à mon requérant ( m.Guével), dont la réquisition vient d'être levé.

Hangar n°1. Ce hangar mesure  11 x3,70 et est clos en bois de 26 cm d'épaisseur. Sol dénivelé par la pose des poteaux d'agencement de stalles pour les chevaux; toitures en ardoises d'éverite défoncée en 4 endroits par l'enlèvement des poteaux, parti extérieure ouest; démolie et en très mauvais état sur 1 m de hauteur en moyenne sur toute la longueur. Un châssis de 10 vitres cassées d'une surface totale d'environ 2 m2 au pignon sud; le portail est démolie, la serrure cassée, le grand crochet de fer enlevé et tordu; Quelques frises de cloison sont brisées parti sud. Le bois est brisé en 2 endroits.
Hangar n°2. De 11 mx6,70, en brique ciment, sol le dallage a été démoli devant la porte sur 5 m2, par la moitié de la surface, il est défoncé soit par les pieds des poteaux de stalles soit par les charges de l'usure. Toiture; rien à signaler; paroi sud donnant sur le hangar précédent; 10 briques en ciment de 40x10 démolies par un passage provisoire; mur ouest 13 trou ont été percés à travers la maçonnerie; sur le châssis vitré environ 1m275 de vitres cassées;

Bâtiment n°3. (atelier) sur le bureau est, 3 carreaux  sont cassés à la porte d'entrée: surface 0m2 45.Le Portail manque la fermeture; châssis vitrés de verre cathédrale a été fixé de peinture à décolorer; mur nord-ouest une dizaine de trous traverse la maçonnerie dont 1 trou pour le poêle de bureau. Cour le sol est à niveler suite à l'enlèvement de poteaux d'attaches de chevaux. Les panneaux en contre-plaqué des 6 portes ont été découpés.

Lorsque Yves Le Bihan acheta  cette "'atelier" Il n'avait pas assez d'argent pour acheter le reste,, (bâtiment trois) nous y trouvâmes de la paille. Les voisins qui nous avaient ouvert nous apprirent que les locaux avaient été occupés par les allemands  pour leur chevaux. Il semblerait qu'ils logeaient à l'Ecole Sainte-Bernadette ou à l'Ecole de Penanguer.

Repost 0
Published by Jean Pierre Le Bihan - dans famille de peintres vitriers
commenter cet article
19 septembre 2009 6 19 /09 /septembre /2009 17:46


Rue Michel Marion, adresse actuelle de l'atelier



 état en 1944. Dommages de guerre

Réquisition du 11octobre 1941, modifié le 12 juillet 1941, puis le 7 octobre 1942

Constat d'huissier du 5 décembre 1944, par M.  Jean-Marie Kerloch, trouvé aux archives municipal 4 H PEN 14 L''huissier était accompagné de M.Moreau, adjoint de Penhars et M. Louarn, architecte.


Je me suis transporté à Penhars, chemin du halage à l'effet d'effectuer toutes constations utiles concernant les  dégâts occasionnées pendant leur occupation par la troupe allemande à un atelier et les hangars appartenant à mon requérant ( m.Guével), dont la réquisition vient d'être levé.

Hangar n°1. Ce hangar mesure  11 x3,70 et est clos en bois de 26 cm d'épaisseur. Sol dénivelé par la pose des poteaux d'agencement de stalles pour les chevaux; toitures en ardoises d'éverite défoncée en 4 endroits par l'enlèvement des poteaux, parti extérieure ouest; démolie et en très mauvais état sur 1 m de hauteur en moyenne sur toute la longueur. Un châssis de 10 vitres cassées d'une surface totale d'environ 2 m2 au pignon sud; le portail est démolie, la serrure cassée, le grand crochet de fer enlevé et tordu; Quelques frises de cloison sont brisées parti sud. Le bois est brisé en 2 endroits.
Hangar n°2. De 11 mx6,70, en brique ciment, sol le dallage a été démoli devant la porte sur 5 m2, par la moitié de la surface, il est défoncé soit par les pieds des poteaux de stalles soit par les charges de l'usure. Toiture; rien à signaler; paroi sud donnant sur le hangar précédent; 10 briques en ciment de 40x10 démolies par un passage provisoire; mur ouest 13 trou ont été percés à travers la maçonnerie; sur le châssis vitré environ 1m275 de vitres cassées;

Bâtiment n°3. (atelier) sur le bureau est, 3 carreaux  sont cassés à la porte d'entrée: surface 0m2 45.Le Portail manque la fermeture; châssis vitrés de verre cathédrale a été fixé de peinture à décolorer; mur nord-ouest une dizaine de trous traverse la maçonnerie dont 1 trou pour le poêle de bureau. Cour le sol est à niveler suite à l'enlèvement de poteaux d'attaches de chevaux. Les panneaux en contre-plaqué des 6 portes ont été découpés.

Lorsque Yves Le Bihan acheta  cette "'atelier" Il n'avait pas assez d'argent pour acheter le reste,, (bâtiment trois) nous y trouvâmes de la paille. Les voisins qui nous avaient ouvert nous apprirent que les locaux avaient été occupés par les allemands  pour leur chevaux. Il semblerait qu'ils logeaient à l'Ecole Sainte-Bernadette ou à l'Ecole de Penanguer.

Repost 0
Published by Jean Pierre Le Bihan - dans famille de peintres vitriers
commenter cet article
16 septembre 2009 3 16 /09 /septembre /2009 17:43

L'histoire prend fin pour Le Bihan Vitraux

Antoine Le Bihan avait repris l'atelier créé par son grand-père et développé par son père rue Michel-Marion, au Cap-Horn. : Archives Ouest-France.Antoine Le Bihan avait repris l'atelier créé par son grand-père et développé par son père rue Michel-Marion, au Cap-Horn. : Archives Ouest-France.

Faute de commandes, l'atelier vient d'être liquidé. Il poursuivait une activité lancée sous la Révolution.

L'atelier Le Bihan vitraux met la clé sous la porte. Le tribunal de commerce a décidé vendredi la liquidation de cet atelier, actuellement situé au Cap Horn. Ili restaure des vitraux depuis des générations : Yves Le Bihan a installé l'atelier à Quimper après la Seconde guerre mondiale, relayé par son fils Jean-Pierre puis par Antoine. Mais l'origine de l'atelier est bien plus ancienne. Il a démarré dans le Léon sous la Révolution avec la famille Saluden.

Antoine Le Bihan, qui emploie actuellement quatre artisans-verriers, attribue la situation au code des marchés publics : « C'est systématiquement le moins-disant (N.D.L.R. le moins cher) qui est retenu, ce qui veut dire des matériaux de moindre qualité... Les premiers surpris de la liquidation sont la Direction des affaires culturelles et l'Architecte des bâtiments de France. »

L'atelier avait restauré l'an passé la verrière de la Passion, à l'église Saint-Mathieu. Une verrière du XVIe siècle, signée Le Sodec, un artisan-verrier dont l'atelier quimpérois a restauré plusieurs vitraux en Cornouaille.

Le Bihan Vitraux travaillait dans toute la Bretagne. La palette de verres qu'il utilisait va à présent être dispersée dans la liquidation : « C'est une collection qui disparaît alors qu'il n'y a que quelques ateliers en France à disposer d'un pareil ensemble. »

Antoine Le Bihan compte pour sa part continuer son métier d'artisan-verrier au service d'autres entreprises. Mais ce ne sera pas à Quimper. Ouest-France

Repost 0
Published by Jean Pierre Le Bihan - dans famille de peintres vitriers
commenter cet article
15 septembre 2009 2 15 /09 /septembre /2009 17:34









baie du chevet, vitrail d'Hubert de sainte marie1950-1960,
 
En1971-72-77, il fournira 26 vitraux dont baie bras sud du transept. HSM ;





TREGUIER. Sa cathédrale et le vitrail


Il s’emblerait,  si l’on en croit certains auteurs, (Jean Rollet entre autre), que la mode du vitrail s’est introduite dans le pays et particulierement à Tréguier mais aussi Quimper sous les ducs de Bretagne Jean V et Jean VI, alliés aussi au Roi de France.



La Cathédraleet les seigneurs propriétaires de leurs armoiries.

 Cet édifice, très riche en vitraux  eu besoin,  durant plusieurs siècles, de nombreux travaux d’entretien et  subit  d'autres faits que les comptes et régistres du XVI°siècle au XVIII°siècle signalent ;

Mais il faut aussi  noter que de nombreux seigneurs  et aussi  des chanoines étaient propriétaires de verrières , la plupart du temps enrichies de leurs armoiries, tel les: de La Rivière, du Parc, La Rochejagu,les Arrel de Kermarquer,Trésiguidy, Guicasnou, de lantillac etc.

1345, pillage de la ville de Tréguier et  les églises sont endommagées. Il ne reste donc pas grand chose  des verrières anciennes à l’exception des armoiries de Jean de Ploeuc évêque en 1448-1456

1468,  le peintre vitrier Abert de Horst dit Alamant,  est mentionné à partir de cette date dans les comptes,de cette époque.
 En 1491 il est l’auteur de vitraux héraldiques de la librairie des chanoines (couffon)


 1468 – 69 vers cette époque, Olivier Le Coq et son compagnon sont payés pour des travaux sur la grande vitre ainsi que deux verrières dans le cloître.

1484. 1l EST payé  àux vitriers Olivier Le Coq et Jehan Levenan, , pour avoir fait les deux vitres estant au cloître dont l’une d’elles estoit rompue par des prisonniers et l’autre devers la place de la ville qui  aussi estoit brisée.



      Un vitrail objet d’un procès entre deux seigneurs, et où on fait appel à Anne de Bretagne.

iDes droits sur une chapelle qui conduisent à un procés.


1504, église Notre-Dame, rupture dans une chapelle, du vitrail avec armes et portraits des Artel, seigneurs de Kermarquer en Pleumeur-Gautier, par Jean de Kerjagu, seigneur du Parc en Pleudaniel.SHAB p 232

1504 Jean Arrel, seigneur de Kermarquer fait poser  dans une certaine chapelle  de Notre Dame un grand vitrail, en témoignage de sa générosité. Son écusson se trouvait en supériorité et il était représenté à genoux ainsi que sa femme, jeanne de Ploeuc, et ses deux fils, Guillaume et Pierre.

     Le seigneur Amaury Duparc, « fut on ne peut plus blessé de l’éclat que se donnait Jean Arrel. Il pétendait que sa maison portait les mêmes armoiries ; Qu’à l’aide de cette confusion, Arrel venait s’arroger des droits sur la chapelle de l’église de Notre Dame qui appartenait aux Du Parc, et que c’était par usurpation que les Arrel y avaient mis leur écussons »
     Amaury Duparc, accompagnés de quelques nobles amis, alla briser le vitrail.
    Un procès s’en suivit, on fait intervenir le premier hérault d’armes de la reine Anne comme arbitre et les Kermarquer  gagnèrent.
    Ce Arrel on le retrouve  aux Récollets de l’ile verte pour la même usurpation.l


    1505.- 1506
    Le peintre vitrier Jehan Macé, est chargé de la  fourniture d’une trentaine de pièces de verre blanc à la grande vitre  de la nouvelle tour en fabrication. On le retrouve la seconde année restaurant le portrait d’un personnage en recuisant la pièce du vitrail de l’autel de saint Yves . Sur ce vitrail on peut lire : Geoffroy Loff Lollifant et Hervé Camblan.
    De même, il exécute le vitrail du tympan du grand autel
.
    1516, Jehan Macé fait ( de nouveau ) un panneau de vitre blanc ( probablement du losange) remet en plomb deux autres panneaux et répare les autres vitres de l’église.

1523 Jehan Le Bornic répare les vitraux,  des baies hautes et basses de l’église et du  cloître

 De 1553 à 1589    Le peintre vitrier Guillaume Michel répare et fournit les vitraux
 
1602 Un jugement sur le mauvais état  des vitraux de cette cathédrale, mauvais état qui ne permet plus d’officier.
 
Dans ce jugement  on  relève aussi des indications sur la présence d’armoiries et le manque d’entretien de la part des seigneurs qui laissent dépérir les vitraux. dont les vitraux du chœur de la cathédrale et de la chapelle de Saint Yves











1649    le tonnerre cause énormément de dégats qui seront réparés par Hervé Bourriguen et Yves Le Berre peintres vitriers.






1793 , arrive la Révolution, en plus des orgues, les vitraux des 68 baies sont détruites ;


1950-1960, ensemble des vitraux figuratifs et non figuratifs, D’Hubert De Sainte-Marie
1971-72-77, 26 vitraux dont baie bras sud transept.
Repost 0
Published by Jean Pierre Le Bihan - dans XVI°DISPARU XX°ENPLACE
commenter cet article
12 septembre 2009 6 12 /09 /septembre /2009 10:50
          un des messages d'amitié reçus.





LA SAGA  DES VERRIERS SALUDEN ET LE BIHAN-SALUDEN A CERTAINEMENT VECU DES MOMENTS PENIBLES DURANT LA REVOLUTION DE 1789 ET

  ELLE PEUT RENAITRE DE SES CENDRES PLUS TARD.
VOUS AVEZ DE NOMBREUX ENFANTS
RESTONS OPTIMISTES.
IL FAUT RESTER OPT



 


VITRAIL D'ANTOINE



Repost 0
Published by Jean Pierre Le Bihan - dans famille de peintres vitriers
commenter cet article
11 septembre 2009 5 11 /09 /septembre /2009 07:57

QUEMPER-GUEZENNEC, l'église

La baie du chevet,  présente un vitrail du XV° siècle, qui lors de la démolition
de l’ancienne église, en 1869, pour construire celle actuelle.
 fut découvert sous un enduit d’argile,  et caché sous des planches de sapin

Geslin de Bourgogne en étant averti  le fit démontée et replacée dans la nouvelle église.

  Grâce à, une subvention de la Société d’Emulation  des C¨ôtes d’Armor,ce vitrail fut nettoyé,  et replacée dans la baie du  chevet  du nouvel édifice.


Les armoiries des seigneurs Galehaut de Kerriou et de son épouse Aliette de Garspen  permirent de dater ce vitrail, entre 1460 et 1470.

Le sujet du Vitrail est le Credo des apôtres
Cequi implique la concordance entre le nouveau   et de l’ancien testament. Chaque apôtre est accompagné d’un prophète porteur d’un phylactère

En 1899,restauration de  l’atelier du maître verrier parisien Gaudin.

Cette baie du chevet  est composée de six lancettes. chacune possédant T panneaux.

Les apôtres ,  au nombre de douze,portent  tous  des robes de couleurs sous un manteau blanc, souvent accroché à l’épaule. Leurs têtes vues, de trois quart, est nimbée verticalement.

 

Ce nimbe a la particularité d’être assez grand et très travaillé avec parfois du jaune d’Argent.

Il fait partie de la même pièce de verre que la tête. 

 Les a ont leurs attributs respectifs d’une main et un phylactère de l’autre avec un élément su Credo.

Chaque prophète fait face à un apôtre  Souvent il montre de la main droite le verset du phylactère  qu’il tient de l’autre main.



Saint Pierre et jérémie


Saint Pierre draperie de couleur orange à damas se découpant sur un fond vert. Robe rouge sous manteau blanc. Clé se la main gauche et phylactère avec :
Credo in  unum deum omnipotentem.

Jérémie robe bleue sous manteau blanc avec : Patrem invocabit qui terram fecit.J

Saint André et  David.

Draperie de couleur rouge sur fond bleu. Robe bleue avec sa croix en X. Sur phylactère : Et in Jesum Christum filium ejus. Andrés. David, couronné, porte un manteau blanc à damas jaune sur une robe verte. Filius meus es tu ego hodie.

Saint Jacques et IsaÏe..

Draperie verte sur fond rouge. Robe rouge sous manteau blanc. Porte de la main gauche son bourdon de pèlerin et la verset : Natus ex Maria virgine, Jacobe. La prophète est en robe bleue sous une robe blanche à damas jaune dont les bouts des manchettes sont rouges. Ecce virgo concipiet et pariet.

Saint Jean et Daniel


Fond rouge et draps orangé. robe rouge et manteau blanc tient un calice de la main gauche et un  phylactère de l’autre  Texte possible : Crucifixus, mortuus et sepultus est. Johannes.

Daniel, robe de couleur verte et manteau bleu comme le chaperon : Post  LXX hedomadas, accidetur Christus.

Saint Thomas et Malachie.


 Fond bleu et drapée rouge. Toujours le manteau blanc sur une robe ici de couleur rouge. Il tient une croix d’une main gauche et de l’autre le phylactère : Tercia dis ressurexit à mortuis. Le prophète Malachie est en robe orange, porte un bonnet blanc et tient un verset : Et fuit Jonas in ventrem ceti.

 Saint  Jude dit aussi Thadée et Amos.

Rideau jaune orangé dur fond vert. Manteau blanc et robe verte, tient la hache de sa décapitation, et un phylactère où l’on peut lire : Ascendit ad celos, sedet ad dexteram Domini. Amos portant bonnet de couleur verte et une robe blanche tient un verset : Qui aedificat in caelo ascensionem suam.

Saint Barthélemy et Sophonie.


Sur rideau rouge, il porte une robe de couleur jaune orangé et un manteau blanc. Il a son coutelas et un phylactère où l’on peut lire : In de venturus judicare vivos. Pour le prophète on relève un bonnet blanc et jaune, une robe verte et le verset :Sedebo ut judicui omnes gentes.
 
Saint Mathieu et Joël.

Sur rideau bleu, porte une robe rouge et une manteau blanc et tient une palme en plus du phylactère.Credo in spiritum sanctum ; Quant à Joël, c’est un bonnet jaune orangé et une robe vilette qu’il porte. Sur le verset :  Spiritus meus erit une medie vestrum.

Saint Jacques Le Mineur et Michée.


Rideau  de fond violet, saint jacques manteau blanc sur robe verte tient de la main gauche le verset sur phylactère qui pourrait donner : Jacobus sancta ecclesiam. La main droite porte peut-être un pain. Quant à Michée de la main droite il montre plutôt son voisin et tient de la main gauche son phylactère qui donnerait : Ce.. et erit civita gloria. Il porte une robe rouge avec large collet blanc au dessin de plumes et un orfroi jaune. Son bonnet pointu est violet

Saint Philippe et Zacharie.


 Il tient une lance, est habillé d’une robe rouge. Sur son phylactère :  remissionem peccatorum. Le prophète, robe bleue, phylactère avec Acharias, suscitabo filios tuas.

Saint Simon et Osée.


Sur fond de draperie rouge, l’apôtre est en robe  d’un rouge tirant sur le violet. Il ne porte aucun attribut. Par contre la phylactère nous renseigne sur son identité : Carnis resurrectionem. Simon. Le prophète Osée est en robe verte et porte un bonnet de la même couleurs. Son phylatère  blanc de la même teinte que tous les autres donne  de même son nom : Ose, Arida audite verbum Domini.
Nous retrouvons le même sujet à Guégon et Guern au Morbihan, Quéménéven en Finistère, Maël-Pestvine et Merléac en Côtes d'Armor.


Saint Mathias et Ezechiel.


Un drapé de couleur verte se détache d’un fond rouge . De la même couleur est la robe de l’apôtre. Il signe son phylactère, à défaut d’attribut : Et vitam eternam amen. Mathia. Quant à Ezechiel qui porte robr orange et bonnet bleu il tient le verset : Et erit dominus regnum missus..


Repost 0
Published by Jean Pierre Le Bihan - dans vitraux disparus et comment
commenter cet article