Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 novembre 2008 7 02 /11 /novembre /2008 17:45


Les donateurs sont souvent représentés de la même façon. A genoux, les mains jointes, devant un prie dieu recouvert de tissu, un livre de prière y est posé.

Le donateur porte une chemise, un justaucorps ou un manteau qui laisse découvrir son armure. L’épée est aussi de service.
Le blason se voit soit sur      le manteau, sur le poitrail, soit sur le prie dieu ;

La donatrice est présentée dans le même geste  de prière. Le blason est porté sur ses vêtements et elle revêt ses plus beaux habits  Elle se trouve rarement seule dans une baie,  soit à la droite de son mari soit en couple, soit avec enfants

Les visages. Il est rare que les visages soient des portraits des donateurs ou donatrices, Il leur arrive qu’ils soient tous stéréotypés. C’est bien le cas à la cathédrale de Quimper.

Complément le blog : jeanpierrelebihan2.over-blog.com


Repost 0
Published by Jean Pierre Le Bihan - dans VITRAUX XVI°
commenter cet article
27 octobre 2008 1 27 /10 /octobre /2008 16:09



UN PORT DE PÊCHE



Ce petit port, de pêche  et de plaisance, est situé en Kusadasi au fond d’un golfe en face de l’île grecque de  Samos. Plusieurs fois nous nous y sommes arrêtés,


 pour mieux  connaître son environnement,  nous avons  eu besoin de  documents,  qui nous ont appris  que Kusadasi était un lieu très touristique avec des plages surpeuplées, et de plus envahi par le bêton.


Certes, il y avait une plage? dépassant plus d’une lieu. Nous y avons rencontré,  en la longeant, quasiment personne;

 ici et là un baigneur , un marcheur, quelques pêcheurs à la ligne,une habitante du coin avec qui nous avons réussi à nous comprendre,

 

Il semblerait, que près de ce port, la loi  sur la littoral existait, la mer sur babord, la verdure sur tribord.
Ce port était un lieu paisible où les chats, en attendant l’arrivée du poisson,et surtout les bateaux, ronronnaient sur sur les bancs des embarcations,à quai, attendant l’arrivée du poisson.


  Il y avait aussi, à quai, des embarcations en bois à étages, très belles, Il est vrai qu’on était en septembre, la mer était mauvaise avec de grosses vagues, le seul  jour où nous y sommes passés
Repost 0
Published by Jean Pierre Le Bihan - dans croquis
commenter cet article
20 octobre 2008 1 20 /10 /octobre /2008 14:14

Rohan Notre-Dame de Bonne encontre


Elle est située au Hameau du Point du Jour en la commune de Rohan


Elle était un ancien prieuré qui dépendait de l’abbaye de saint Jean des Près, du XII° siècle

 Cette chapelle fut reconstruite  au XVI° siècle comme l'indiquait une inscription.

Elle possède 11 fenêtres dont deux sont bouchées, Les vitraux, encore en place,  en mauvais état sont en montage losange et vont être remplacés

Les fenêtres à réseau  ont du recevoir  au minimum des armoiries de leurs donateurs: la famille de Rohan; de petits morceaux de verre   existant encore
Ces armoiries ont dû disparaître soit par manque d'entretien, ou actes révolutionnaires.


Repost 0
Published by Jean Pierre Le Bihan - dans vitraux disparus et comment
commenter cet article
16 octobre 2008 4 16 /10 /octobre /2008 20:16

m

 Alexandre André dans de la vitrerie  et des vitraux peints dans l'ancienne province de Bretagne,page 23, signale que  dans l'église Saint Léry de Rennes, on voit '(ou on voyait,) une chapelle particulière décorée de vitraux à devises gothiques représentant sous le voile allégorique du mariage de Sainte Anne, l’union de la duchesse Anne de Bretagne avec le roi de France. 

Vitrail signé du nom du verrier  Berma de Rennes


Dans le "Fichier Bourde de la Rogerie sur les artistes, artisans, ingénieurs.. en Bretagne,"cet archiviste nous donne des informations sur ce verrier, sur une quinzaine de lignes:
qu'il se prénomme Herman  qu'il existe  aux alentours de 1493.
Qu'il doute sur le lieu de cette édifice et pose un point d'intérrogation avec le chiffre 56.
Il est vrai qu'une commune portant ce nom existe près de Mauron et que c'est elle qui possèderait le tombeau de ce saint.
Que le sujet serait  lui aussi: le mariage de Sainte Anne avec des scènes de la vie de la Sainte Vierge (fabrication)!

Il donne une inscription:
L'an mille, quatrecens et III et encore XII pour bien compter, tresoriers estoient les jouins me fist à Rennes Herman Milnier;

Il parle aussi d'une oeuvre existante,encore au XIX° siècle
Il signale qu'elle est classée Monuments Historique- Rosenzweig et  qu'un Le Claire pense que le vitrail représente en réalité le mariage de la duchesse Anne.


Repost 0
Published by Jean Pierre Le Bihan - dans vitraux disparus et comment
commenter cet article
9 octobre 2008 4 09 /10 /octobre /2008 09:17


Cintré.


A L’origine c' était un prieuré    dépendant de l’abbaye de Sainte Melaine de Rennes.


 c’est pour cela que l’église paroissialle a pris sainte Melaine comme patronne.

L’église ayant été construite à diverses époques, elle en a gardé un intérieur irrégulier.
   
Au XIX° siècle,
on relèvait qu’elle possédait dans certaines fenêtres des armoiries.

 En particulier:
La baie du chevet  qui portait les armoiries de la famille Huchet. Qui devait être, en totalité ou pas, : d’argent à trois huchets de sable (Huchet), et ,écartelé d’azur à six billettes percées d’argent (la Bédoyère) la devise était  Hostibus et ferris.



 En1429, 


 on relève un bris à deux reprises du vitrail portant les armoiries de  d’Yves du Plessis , seigneur du lieu dit Plessis en Cintré. Il est aussi seigneur  de la Douyère et du Guern en Quéhenno. Il est probablement le fils de Jean vivant en 1427 et époux de Marguerite Hay
Les armoiries de ce seigneur étaient : d’argent au chevron  de gueules accompagné de trois losanges de la même couleur.

L’auteur est un certain seigneur Raoul de Bintin,
ce dernier était aussi seigneur  du lieu dit Bintin en Cintré. Ses références et montres en cette paroisse étaint de 1427 à   1513,

Un procès  eut lieu devant la cour de Rennes. SHAB 1991, p.231 ;

Le pourquoi  n’est pas actuellement  relevé.

 
En tout cas le second seigneur responsable des deux bris s’est aidé, probablement par une personne ou plus surement, par des personnes déléguées par deux fois.Cettte façon d'agir qui est très fréquent dans ces cas où le seigneur se déplace très peu,si ce n'est et encore pour le procès.

Un peintre vitrier à dû être appelé pour restaurer ou refaire,  par deux fois, un nouveau blason, qui, il y a de grandes chances, était placé en supériorité dans la baie du chevet.

Ce que n'appréciait pas du tout le commanditaire.

Les deux hommes possédaient chacun un manoir dans cette paroisse, qui peut avant la Révolution ne possédait que 550 habitants. Manoirs existant encore au début XIX°.

Avec madame Huchet, héritière et propriétaire au XIX° du manoir seigneuriale du Plessis Cintré ayant ses armoiries dans cette baie,on peut en déduire l'emplacement du vitrail brisé.


 On peut noter qu’un Alain de Verrière de la paroisse du Rheu avait épousé la fille  unique de Philippe, seigneur du Plessis Cintré

références: nouvelle dictionnaire de Bretagne 1843
Armorial de Bretagne de potier de Courcy

Repost 0
Published by Jean Pierre Le Bihan - dans vitraux disparus et comment
commenter cet article
8 octobre 2008 3 08 /10 /octobre /2008 13:10
l
Repost 0
Published by Jean Pierre Le Bihan - dans croquis
commenter cet article
5 octobre 2008 7 05 /10 /octobre /2008 10:56



PLOURAC’H


Eglise gothique et renaissance des XV° et XVI° siècle

Baie nord du chevet , fin XVe.


Cette Paroisse, avant la Révolution,  relevait du roi et  était ressorti à Carhaix. On y comptait alors 8OOcommunions a l'époque ( soit 8OO habitants, le clergé étant chargé de l'administration, décès, mariage, il se basait sur le nombre de communiants à Paques pour compter le nombre d'habitants.

Repost 0
Published by Jean Pierre Le Bihan - dans famille de peintres vitriers
commenter cet article
7 septembre 2008 7 07 /09 /septembre /2008 11:22

Plumelin    église Notre-Dame de la Fosse

 Il est signalé au milieu XIX°siècle des restes de vitraux avec des blasons mutilés

    Chapelle de LocMaria,

Dans la baie du chevet,  il est signalé des fragments de vitraux, parmi
lesquels on distingue deux écussons des familles

Plumelin, Eglise Sainte-Madeleine

1985. atelierBaladi Budet, de Quintin,vitrail sur. sainte Anne, et en 1986 la Vierge et l’enfant.


Plumelin,Chapelle Saint-Jean du Poteau.

1985,  Baladi Budet. Chœur, Baptême du Christ, Roi tenant une main de Justice et terrassant un dragon.

Plumelin,Chapelle Saint-Quidy


 , vitrail  sur sainte Anne de l'atelier BaladiBudet

Repost 0
Published by Jean Pierre Le Bihan - dans vitraux disparus et comment
commenter cet article
4 septembre 2008 4 04 /09 /septembre /2008 09:35
Saint-Brieuc

La Cathédrale Saint Etienne, XIII°, XIV°, XV°, XVIII0 et fin XIX°siècle.

Elle était ornée de vitraux avant le XIV° siècle
Actuellement, elle n'en possède plus, les ans, les tempêtes, le vandalisme, et surtout la Révolution, en sont les causes.

Les documents concernant cet édifice et particulièrement ses vitraux, ont été  présentés par des historiens de la fin XIX°, en s'aidant des Archives Départementales.

Comme tout autres édifices religieux, même les plus humbles, cette cathédrale à bénéficié des écrits des
 inventaires ou procès verbaux ouverts par la noblesse  au cours des siècles, celle-ci voulant prouver et montrer aux fidèles leurs puissances et présence par leurs armoiries

Ici,  dans les documents, cette noblesse est représentée essentiellement du XIV° au  XVIII° par des membres du  clergé: évêques, recteurs.

Leur
s armoiries, et ces derniers présentés en orant , sont les seuls témoignages qui nous sont parvenus.

Lors des procès verbaux il n'est pas fait état  dans les vitraux d'autre sujets religieux ; nous ne trouvons pas , comme à la cathédrale de Quimper  devant la présence entre autre de leurs saints patrons.

Il semblerait  que dans ces documents il ne se trouvent pas de présence de donateurs laïques, comme il en est le cas ailleurs.où on les voit  avec leur épouse et enfants
Je le regrette, mais peut être des découvertes d'archives nous en révéleront.

Geoffroy de Rohan ,évêque de 1370 à 1375, avait offert un vitrail orné des armoiries de sa famille.
 Il se trouvait dans la première fenêtre du chœur côté évangile, et on père y était présenté  en donateur

L’évêque  Guillaume Anger, 1384 à 14O3, fait quant à lui,don d’un vitrail dans une baie du haut du chœur où il était représenté.Il avait aposer un texte, écrit en belles gothiques qui soulignait qu'il l’avait fait faire.

Autre évêque, Alain Léon, avant de mourir, fit construire une grande vitre  avec ses armoiries ainsi que celles des Rohan, sans oublier son portrait qui devait le représenter en orant  . D’après les historiens, ce vitrail devait  exister dans une chapelle où se trouvait au XIX° siècle les fonds baptismaux
 
L’évêque suivant Christophe de Penmarc’h, 1471 à 1505,quant à lui, fit faire des réparations importantes aux vitraux. aux alentours de 1494. Le peintre vitrier chargé de ces travaux étant Henri le Craquennec qui fit appel à  de la main-d’œuvre pour  l’aider à mater l’échelle, ainsi qu'à un Mathurin Hervé pour faire les goupilles et »adoublé les vaires pour réparer les vitres »


Au XVII°,  des vitraux existaient encore, car en 1652, un personnage qui était  le Monseigneur César de Bourbon, Duc de Vendôme et de Penthièvre et Amiral de France, lança une descente de justice, ayant appris que ses armoiries et marques de prééminences avaient été enlevées en partie dans les vitraux du chœur de la cathédrale.

Le procès verbal qui s’en suivit indiqua que  certaines baies étaient vides d’armoiries mais d’autres en possédaient :armoiries qui étaient:  couronnes d’or sur fond d’azur Par contre  un panneau présentait un homme à genoux habillé d’une chappe rouge parsemée des mêmes couronnes. Ailleurs, il s’agissait d’un chanoine,  aussi à genoux et  portant une chappe dont la couleur n’était pas signalée, mais  était parsemée des mêmes couronnes.

Ce document nous apprend qu’il existait alors  une douzaine de baies vitrées,  certaines avec les armes de Bretagne.

Dans une chapelle proche du chœur, une grande vitre du côté évangile, composée de de 36 panneaux armoyés des armes de Malestroit et de Rohan, dont I2 présentaient de personnages qui devaient être leurs donateurs.

Au milieu du XVII°, il est demandé au duc de Penthièvre de prendre en charge la restauration des vitraux,
En réponse, celui ci, lance un procès verbal de ses armoiries. On remarque alors que la baie principale n'avait plus que du verre blanc. Le pourquoi était qu'une tempête  avait sévie auparavant.
Cet inventaire reléve cependant  qu'il existait encore cinq vitraux du côtéNord évidemment avec les armoiries du Duc.

La Révolution.  donna l 'ordre de supprimer  toutes les marques de la féodalité.Cela se produisit plus ou moins bien suivant les lieux et les communes. Ici, l'ordre  fut donné et tout semble avoir disparu,vitraux et armoiries,



Repost 0
Published by Jean Pierre Le Bihan - dans vitraux disparus et comment
commenter cet article
3 septembre 2008 3 03 /09 /septembre /2008 09:41
Saint Brieuc
Cathédrale Saint-Etienne.
970,  figuratifs et non figuratifs. atelier  HSM de Quintin qui répond et touche
l'appel d’offres de 2001,

Eglise Notre-Dame-d'Espérance,
1856-1857  atelier de vitrail duCarmel du Mans avec Kuchelbecker,


Eglise Saint-Michel
Vitraux, atelier Rault. de Rennes

 Eglise Saint-Yves. Architecte Arrêtche.
1965,Vitraux non figuratifs, tout l’ensemble, atelier Jean-Pierre Le Bihan, Quimper

Chapelle de l’école normale des filles du Saint-Esprit.
1962, vitraux du père Bouler avec  le père Tézé.

 Chapelle du collège Saint-Charles
Vitraux,  atelier Rault de Rennes

Chapelle des Filles du Saint-Esprit
1966, ensemble de vitraux figuratifs,ateliersJacques Le Chevalier de Fontenay-aux-roses.
.


Chapelle du Carmel du Sacré-Cœur
1963-64, 21 dalles de verre, Gabriel Loire de Chartres

Eglise de Langueux
Vitraux,  atelierRault de Rennes          
          
e
Repost 0
Published by Jean Pierre Le Bihan - dans famille de peintres vitriers
commenter cet article