Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 mars 2008 3 05 /03 /mars /2008 04:38

PLOUNEOUR -TREZ

Eglise Saint-Pierre.    Edifice actuel de 1889.

            1614, procès verbal de prééminences de Carman

En la maîtresse vitre composée de quatre lancettes trilobées,  de deux panneaux,

où sont figurées :
un Crucifiement avec panneau par panneau la Vierge,Le Christ en Croix, saint Jean.

Saint Pierre est dans le panneau supérieure de la lancette de droite,

tandis qu’une sainte sans attribut visible, peut être Marie Madeleine, se voit dans le premier panneau de la deuxième lancette.

Les trois autres panneaux sont vides.

Dans le réseau, six quadrilobes sont aux armes de Carman alliées avec celles de Chastel et de la Forrest. Les sept écoinçons sont vides.

1712, de cette date à 1722, Le Roy Guillaume accommode les vitres et divers travaux.

1738, Louis Coateval maître vitrier, 76 livres.

1742, 1751, 1760, 1766, travaux d’un François Le Cann.

1745, Michel Bourbon fournit une vitre et accommode la vitre de ( la chapelle) Saint-Anne. 59 livres 10 sols.

François Michelot maître vitrier, d’abord à Lesneven puis Landerneau et Brest, travaille pour l’église en 1748,(36 livres), 1749 ( 45 livres), 1753, 1771 ( 60 livresi) 1776, 1781 ( 18 livres)

1783, 83 livres de travaux pour Jean Le Roy.

1784 (4livres), 1786 (15livres) et 1788 (171 livres), Maurice Cam, vitrier de Saint-Pol-de-Léon.

1788, Yves Poder ou Poudeur maître peintre et vitrier à Lesneven,  payé 105 livres.

1790, le même pour vitrage et peinture des fenêtres et portes de l’église et de la sacristie, 81 livres.

1792,  le même,12 livres pour quatre panneaux de vitre en plomb et réparation des autres vitraux.

1793,  le même, 48 livres 10 sols pour quatre panneaux  neufs en plomb.
Repost 0
Published by Jean Pierre Le Bihan - dans famille de peintres vitriers
commenter cet article
4 mars 2008 2 04 /03 /mars /2008 06:11

PLOUNEOUR MENEZ

Eglise Saint-Yves.
    Edifice reconstruit en 1649.


1739, travaux de Jacques de Kergarch maître vitrier à Landerneau.
1771, Guillaume Le Cann pour 73 livres.
1775, Jean Joseph Gailhac peintre vitrier à Morlaix.

1777, Jean Baptiste Le Cam de Morlaix pour 44 livres, en 1782, pour 84 livres, en 1786, pour 5 livres 8 sols et en 1792 60 livres.

Abbaye du Relec.XII° XIII° XVIII°siècle

1543, il fut payé 11 livres 5 sols à Thomas Quémeneur vitrier à Morlaix « pour accoustrer l’église et le chapitre de l’église avec mettre un escu des armes de Monsr. »
Repost 0
Published by Jean Pierre Le Bihan - dans famille de peintres vitriers
commenter cet article
4 mars 2008 2 04 /03 /mars /2008 05:54


PLOUGOULM.

Eglise Saint Colomban    Edifice actuel de 1909.

Ancienne église XV° XVII° XVIII°

1477, enlèvement d’armes en la principale  vitre et remplacement par celles du duc ; SHAD. 1991, p. 231.

1735, Jean Cabon, vitrier fait des travaux pour 13 livres 13 sols.
Repost 0
Published by Jean Pierre Le Bihan - dans famille de peintres vitriers
commenter cet article
3 mars 2008 1 03 /03 /mars /2008 16:19

PLOUGONVEN.


Eglise Saint-Yves.    XV° XVI° XVIII°

Au XVe siècle, la seigneurs de Bodister avaient leurs armoiries dans les lobes les plus élevés de la maîtresse vitre et en supériorité dans toutes les autres fenêtres.

1511, devis de reconstruction de Philippe Beaumanoir indiquant que l’ancienne vitre sera reculée et rafraîchie

1643, le 3 décembre, la propriété des Bodister est transférée au seigneur de Kermellec. A l’époque, 12 écussons dans la maîtresse vitre : armoiries des familles de Dinan et de Gardy..

Dans la chapelle Saint-Yves, la troisième du côté évangile, armes de Dinan et Châteaubriand en alliance avec celles de Bodister. Le Guennec.

1665, Jean Le Lagadec achète le manoir de Corvez avec ses prééminences. Aussi fort de son droit, il voulut remplacer, dans la maîtresse vitre, les armoiries des anciens seigneurs par les siennes

.La dame de Kermellec s’y oppose, mais on lui reproche d’avoir remplacé les armes de Bretagne par les siennes ( Kergloaguen) tout en conservant la couronne ducale pour en coiffer son propre blason.

1679, le 9 octobre, le maîtresse vitre posséde 37 écussons dans le tympan.
En supériorité, armes de Kerloaguen timbrées d’une couronne de marquis et 16 écussons avec alliance, puis 13 blasons des Le Lagadec sieur de Mezedern.(références et montres de1441 à 1543)

Le vitrail de la deuxième chapelle, dite de  Sainte-Marguerite et Saint-Gildas, en haut du bas côté gauche, présente l’épée héraldique des Goudelin sieur de Kerloagwen, références et montres à Plougonven de 1481 à1543.

La vitre de la troisième chapelle, dite de Saint-Yves, est aux armoiries des Dinan, des Lagadec de Mezedern, des Salaun de Lesven, des Morice de Guernachant, du Mene de Goasvalé.

Sur le bas côté droit, vitrail avec blason des de la Tour

1700, Roland Mérer de Morlaix change deux vitres dans les chapelles Saint-Jean et  Sainte-Anne pour 16 livres 10 sols.

1702-1703,  la fenêtre du chevet(maitresse vitre) est démontée puis remontée avec soin .

1703, Roland Mérer, dans la chapelle Saint-Yves au-dessus de la chapelle Notre-Dame de Pitié et deux vitres pour la lanterne du grand autel, moyennant 84 livres 10 sols.
Il fournit les deux vitres des fenêtres latérales du chevet, répare, en remet en place la maîtresse vitre et pose deux vitres dans les chapelle de Saint-Yves et de Notre-Dame-de-Pitié. 202 livres. Le Guennec.


De 1804 à 1852, destruction de presque toutes les fenêtres d’anciens vitraux peints du XVIe que l’on a fait peu à peu disparaître sous prétexte de réparations.

1877, pose dans la grande verrière de vitraux peints représentant en médaillons des scènes de la vie de saint Yves.

1878, le recteur est autorisé à traiter avec Henry Ely, peintre verrier à Nantes pour un vitrail de saint Yves dont le coût ne devra pas dépasser 3000 francs.

1930, le 2 mai, incendie qui détruit des vitraux en «  verre moderne où la vie de Notre Seigneur est décrite en huit tableaux » et datant de 1901.

Chapelle du Christ.   
L’édifice actuel date de 1746, mais est mentionnée au XV° siècle

1679, la maîtresse vitre est composée de 3 lancettes et d’un soufflet, écussons des Morice de Guernachant, Salaun et du Mene de Goasvale.

Le transept droit a une grande fenêtre à deux panneaux (lancettes) et plusieurs roses avec armes des Goaspern du Cosquer en alliance avec Le Floch Pinart, Lezormel, de la Tour et Jourdain de Kervezic.( ce dernier est porté dans l'armorial de Bretagne  comme sieur de Kervezic paroisse de Plestin, 1427,1543)

1702-1703, maîtresse vitre avec écussons et vitraux coloriés.

Chapelle Saint-Souron. 
    Edifice détruit au tout début du XXe siècle.

1890, on y voyait dans une de ses fenêtres 2 écussons de 1627, identiques mi parti d’azur à 3 têtes d’oiseaux d’or et une fascé d’argent et de sable. Armoiries de Jean de Kerguiziau ; seigneur de Kerseau, Kermelec et de sa femme Françoise de Kergroadez, mariés le 6 septembre 1627. Le Guennec.

1895,Le même Le Guennec la note en mauvais état.


Eglise Saint-Eutrope.
    Edifice de 1784-1789.

1679, un procès verbal indique dans la maîtresse vitre les armes de Bretagne,(avant 1532) et celles des Le Levyer de Rosampoul.

Au dessus de l’autel de Sainte Madeleine, blason de Kerloaguen, (sieur dudit lieu, de Disquéou, de Rosampoul et du Gaspern paroisse de Plougonven, 1427-1543)

au dessus de l’autel de Notre-Dame de Délivrance, blason des Kerloaguen allié aux de Coatanscou,
puis une petite baie à une rose et deux lancettes où il reste des débris d’un écusson indistinct.

A gauche du choeur, la vitre de l’autel de Saint-Nicodème porte les armes des de Kerdreoret alliés au Kermechou.

Eglise démolie en 1780 et remplacée
Repost 0
Published by Jean Pierre Le Bihan - dans famille de peintres vitriers
commenter cet article
3 mars 2008 1 03 /03 /mars /2008 14:01
PLOUGAR.

Eglise Saint-Pierre.    Edifice du XVIIe.

1755, travaux de Claude Le Roy, maître vitrier de Landerneau qui refait le vitrage de l’église.

Repost 0
Published by Jean Pierre Le Bihan - dans famille de peintres vitriers
commenter cet article
3 mars 2008 1 03 /03 /mars /2008 13:08

PLOUEZOCH


Eglise Saint-Etienne.
    Edifice du XVII° siècle restauré en 1859.
           
1630. procès verbal des prééminen
ces de Goesbriand. BSAF 1931_1932.

Dans la maîtresse vitre, le haut du second panneau (lancette) a un écusson aux armes de Goesbriand, et au bas deux écussons, l’un entier de Goesbriand et l’autre mi parti Coatredrez.

Au plus haut soufflet il y a deux écussons aux armes de Bretagne.

La Chapelle Saint-Jean 
a une vitre en forme d’ovale contenant au plus soufflet les armes de Goesbriand en alliance avec la Marzillière.

1679, le 29 septembre. Procès verbal de prééminences.

La maîtresse vitre a quatorze écussons, Bretagne plein, Bretagne et Navarre, Goesbriand et alliances, Duélen, Ploësquellec parti du Chastel, Pastour et alliances.

 Bretagne plein avant1532,
Réfèrences et montres pour Goesbriand de 1463 à 1543
Pastour,références 1543 paroisse de Plouézoch.

An II le 22 frimaire. «  en effet de conformer au loy du Convention relative à la dégradation des affugies du ci-devant Roy, dit une délibération du conseil de Plouézoch du 22 frimaire, nous maire et officiers municipaux arrette et arrettons que tous les armoiries et affugies du ci-devant Roy seront dégradés en pierre, et auté cy on peut las armines qui sont gravés en boas, ainsi que ceux qui sont au vitre au Resort de notre commune. »

1906 ; BSAF Toutes les vitres armoriées ont disparu.

Chapelle Saint-Antoine.    1574

Deux vitres portent chacune d’elles les armes de Goesbriand en alliance avec Coëtredrez, Kregrech, avec un écartelé de Botloy. L’autre écusson est Goesbriand avec la Marzillière.. Il n’y a pas d’autres écussons dans ces vitres.

Note:je n'ai plus de possibilité de vous proposer des photos ayant utilisé tout mon espacedisponible. Je présenterai à nouveau  les sujets veufs de documents photos dans un prochain blog Je continue cependant.
Repost 0
Published by Jean Pierre Le Bihan - dans famille de peintres vitriers
commenter cet article
3 mars 2008 1 03 /03 /mars /2008 05:15
 Commune de KERLAZ

Eglise Saint-Germain ©   Elle  fut une trève de Plonevez-Porzay, et paroisse depuis 1874. Elle est datée des XVI°et XVII° siècle.

Au chevet,existait une Passion datée 1541 qu'on attribuait au peintre vitrier Alain Cap. Ce serait plutôt Charles Cap(1)


1627, procès-verbal de prééminences de l’église, archives de Nantes. B.627.



1788, aveu de prééminence, dans la maîtresse vitre, du seigneur Jacques Halna du Fretay, baron du Vieux Chatel et Coatanezre ces armoiries étaient: D'argent au chevron de sable, accompagné en chef de deux haches d'armes, adossés de même. d

1880, il ne reste que quatre panneaux.

.Description de l’abbé Pouchous, recteur,1839-1880: "restes de vitraux peints, Couronnement d’épines, Notre Seigneur en croix entre les deux larrons, Descente de croix, donateurs dont chanoine en orant avec saint Jean-Baptiste et écusson à trois poissons d’argent. Datation, L’AN MDce XLI FUST FAICT  CE PANNEAU."

1897, on y admire quelques restes de vitraux anciens.

L'abbé Abgrall, relève au début  du XX° siècle, un Couronnement d’épines,  un Crucifiement,une Descente de croix, et un saint Jean-Baptiste présentant un chanoine donateur ayant pour armes d’azur à trois poissons d’argent.

1913,  cette Passion est classée, puis brisée par des enfants durant la guerre 1914-1918



Les nouveaux vitraux de la Maison Léglise. 1918.


 Cette Baie du chevet est de 4 lancettes en ogive à 3 panneaux chacune.

Le réseau est composé de 6 soufflets.

Dans ceux-ci on trouve, six scènes sur l’histoire de la Bretagne, en peinture sur verre.

En supériorité : un menhir,

Dessous, à gauche : une sœur avec cornette, sur un champ de bataille assistant un soldat mourant ;

à droite, un missionnaire  évangélisant des noirs.

Dessous,  un roi, probablement saint Louis se rendant en procession avec la Couronne d’épines à la Sainte-Chapelle ;

au centre,  une femme, Jeanne La Flamme, un glaive à la main devant un calvaire avec au pied un écu de Bretagne couronné et dans le fond une falaise percée avec une église au sommet. A droite, troupe de cavaliers portant haut pavillon de Bretagne.

Actuellement quatre épisodes de la  Passion  sur architecture néo gothique

En A, le couronnement d’épines,
en B Jésus rencontre sa mère,
en C, la Crucifixion,
en D, Piéta. Avec armoiries et devises ;

Maison Léglise, Paris 1917-1918, carton de Evalche, prix de Rome d’après croquis de Melle Hersart de la Villemarqué et Melle Krebs.

Baie 2 la seconde baie du côté sud 4 lancettes en ogive de 4 panneaux. vitraux de la maison Léglise

Grande mission de 1658 à Kerlaz devant l’église, avec le père Julien Maunoir, costume local de la fin XIXe. Réseau une scène allégorique : la Foi et deux autres d’histoire locale.
Le père Maunoir est à droite sur les marches d’un calvaire, en soutane et surplis .Il s’adresse de trois quart gauche, la main droite levé, à la foule des habitants en costumes bretons














Baie 3, La troisième baie du côté nord.Saint Even.  Baie à 2 lancettes cintrées de  3 panneaux et réseau composé de 3 soufflets, celui du haut étant figuré avec une procession se rendant à une fontaine. Dans les lancettes, Six médaillons sur fond de fleurs et feuillages à dominante rouge présentant six épisode de sa vie.
A1,  chassé de la maison  paternelle sans le sou il devient pâtre et garde  des moutons.
 A2. après avoir  erré plusieurs jours, il se présente au manoir de Kerascoët.
A3, Chassé de la maison paternelle à cause de ses sentiments religieux.
B1, un saint  évêque lui apparaît ;
B2  Even précipité dans la mer par son oncle et gagne le monastère de l’île Tristan.
B3, frappé par ses qualités, le seigneur de Kerascoët le marie avec sa fille

Nef :
 Baie à 2 lancettes cintrées de 2 panneaux et réseau composé d’un soufflet  avec la chapelle de Sainte-Anne La Palud et un pardon. Dans les lancettes, « l’éducation de la très sainte Vierge »  Sous deux dais néo renaissance jaune,  la scène se passe dans une pièce à deux fenêtres vitrées de rectangles sous plomb, dont une est ouverte. Une table est posée au milieu. Sainte Anne  est du côté gauche de cette table. De profil droite,  elle parle, accompagnée des gestes  des deux mains. Un long voile blanc tombe sur son dos. Ses habits sont une robe vert émeraude,  et un manteau au revers rose  qui est retenu par le bras droit.  En face, de profil gauche, la tête relevée, Marie écoute les conseils.

 Pierre de Nevet, +13 04 1676 avec armoiries de Nevet-Quelen, Kos Kastel, Garrec

 La Ville d’Ys avec le roi Gradlon, sa fille et saint Guénolé

Saint Hervé avec son compagnon et son loup
Dans l'Ossuaire.

baie 1, l’abbé Garrec, recteur de Kerlaz célèbre la messe en 1793,
baie 2,
Trois prêtres réfractaires devant le tribunal révolutionnaire en 1793. «  Le tribunal Révolutionnaire  de Quimper condamne  ces confesseurs de la foi à la détention suivie de l’exil et de la déportation.(1783-1785) » Pièce  avec fenêtre donnant sur des toits et des maisons. Sur une table recouverte d’un drap bleu  deux greffiers travaille, l’un écrit tandis que le second pose des questions à  deux prêtres, en soutane, surplis et étoles, et à un moine , qu’un gendarme garde.. Un troisième homme vêtu de rouge , un rouleau de papier à la main leur montre la table  du doigt.
baie 3, condamnation

 Restauration complète des vitraux par l'atelier Quimpérois de Jean-Pierre Le Bihan,  mais  ces vitraux avaient déjà été restaurés avant 1960, puis vandalisés, et en mauvais état en 1972.

A l’origine de ces vitraux se trouvait le .Révérend Père. Le Floch, originaire de Kerlaz et ,à l’époque, supérieur du séminaire français de Rome


.
1A propos du peintre vitrier Cap qui est signalé ici, comme il l'était au Folgoet

.Pour Couffon,  Le vitrail  de la basilique du Folgoet aurait été exécuté  en 1623, non par  le renommé peintre breton Alain Cap mais par son père Charles qui trévaillait à Morlaix un siècle auparavant.

.


Repost 0
Published by Jean Pierre Le Bihan - dans famille de peintres vitriers
commenter cet article
3 mars 2008 1 03 /03 /mars /2008 04:00


PLOUESCAT.

Eglise Saint-Pierre.
   

Edifice actuel de 1863-1865.

           
CHAPELLE DE KERSEAN



            1614.Bref état des prééminences des de Carman.


LA MAITRESSE VITRE
la maîtresse vitre,

le sujet des trois lancettes trilobées  est une Passion.

La lancette centrale
offre le Christ en croix entouré de deux soldats avec lance. Marie-Madeleine enserre le pied de la croix qui est calée dans le sol.

Sur celui-ci, présence de la tête d’Adam.

Un ange survole le Christ. 

A gauche, un second ange survole le bon larron,
dessous trois soldats casqués montent la garde.
Marie, à genoux semble être accompagnée par saint Jean.

A droite sous la mauvais larron, dont le diable disparaît avec l’âme, un groupe de personnages, certains avec plumet, tendent les mains vers le Christ.
Devant, un personnage portant un manteau sur le bras droit lève la tête vers le Christ. Il semble porter un livre sous le bras gauche.

Le réseau de sept soufflets est aux armes de Carman allié avec Pennaneach, Rosmadec, Chastel et la Forest. Le plus haut est aux armes de Bretagne encadrées de la Cordelière. Les deux suivantes sont sur une branche de chêne se terminant par une fleur.

Les quatre au-dessous sont présentés chacun par un ange.
La vitre du pignon sud 
dans un oculus à six pétales offre le blason carré de Carman allié à la Forest.
La vitre de la chapelle Saint-Laurent, côté de l’évangile, est une fenêtre à trois lancettes courtes trilobées et un réseau de cinq soufflets dont seul le plus haut présente deux blasons posés l’un au-dessus de l’autre, le plus haut Carman entouré du collier de Saint-Michel. Le plus bas est aux armes de Dourdu.
La vitre de la chapelle côté épître,
le blason des Ceizploué domine un montage sous plomb dit bornes couchés, probablement en verre incolore.
Dans une autre vitre,

le blason des Carman avec la mitre et la crosse de Jean de Carman, évêque de Léon, en 1514, se trouve dans le quadrilobe supérieur. Deux autres quadrilobes sont aux armes de Carman.

Les trois lancettes  trilobées
sont vides d’indication.
Le blason de  Jean De Carman se retrouve dans le soufflet de la baie de la nef côté épître.
Les deux lancettes trilobées
sont elles aussi vides.

Les travaux de restauration



 De1723 à 1762,
Jean de Kergrach perçoit tantôt des sommes minimes, 16 livres en 1733, 12 livres en 1756, tantôt des sommes plus importantes, comme334 livres 4 sols en 1762.

Kergrach, Jean de,     Peintre vitrier, et doreur, Installé à Saint-Pol-de-Léon.
1715, Carantec, 29,1720, 1727, 1734,1741,  sommes allant de 15 à 36; livres pour travaux de vitres, 29.AB

1716, Saint-Pol-de-Léon, 29, travaux, non spécifiés jusqu'en 1768,            
1728, Plouénan, 29,  église ? répare les vitrages,
1723,  Notre-Dame de Berven en Plouzévédé, 29, raccomode la maîtresse-vitre, 6 livres, Ab
 travaux à Plouescat, 29. Tréflez, 29. Plougoulm, 29, sans indication sur la nature, ni l’édifice. AB
Bourde de la Rogerie, trouve un Jean de Kergrac’h, vitrier, qui en 1740, et années suivantes, aurait  exécuté des travaux à Saint-Pol-de-Léon, 29, à la communauté des Carmes.





1742,  travaux de Jean Cabon, vitrier ,

Repost 0
Published by Jean Pierre Le Bihan - dans famille de peintres vitriers
commenter cet article
2 mars 2008 7 02 /03 /mars /2008 17:22

PLOUENAN


Eglise Saint-Pierre.     Construite en 1884-1887.
Edifice en ruine en 1770.

1614, Bref état des prééminences de Carman, relevé de Jean Bourricquen.

Au pignon sud, oculus à six lobes aux armes de Carman du Chastel avec couronne de marquis, collier de saint Michel et feuilles de chênes de couleur verte dans cinq  pétales sur fond jaune ;
La vitre au-dessus de l’autel proche du grand autel, côte de l’évangile est faite de deux lancette trilobées et d’un soufflet. Celui-ci présente dans un rond les vieilles armes de Pennaneach, que l’on retrouve avec cinq autres blasons.

1723, Jean de Kergrach   de saint-Pol de Léonrépare des vitres.

1775, Vincent Berdelo, maître peintre vitrier effectue des
travaux.


Chapelle Notre-Dame de Kerellon. Remonterait au XVIIe, remaniée en 1897.

1614. La maîtresse vitre se présente avec deux lancettes trilobées  vides de figuration, et trois quadrilobes. Le premier porte les armes de Carman entourées de cuirs. Le second présente quatre blasons sur fond de couleurs, tandis que dans le troisième le blason avec le lion du Léon est inscrit dans un rond.

1706, sieur de Richeville, maître peintre vitrier de Morlaix, met en place des vitrages neufs pour 58 livres 13 sols.
1775-1785. Vincent Berdelo effectue divers travaux.

Chapelle Saint-Grégoire.   Edifice disparu.mentionné en 1856
 
1614. La vitre d’une seule et unique lancette de la chapelle de Monsieur Saint Grégoire offre en haut le lion du Léon et au-dessous Rostrenen.

Chapelle Saint-Jean-L’Evangéliste à Pont-Eon en Lannuzouarn.

            Edifice disparu.

1614.La maîtresse vitre est à deux lancettes dont chacune est séparée au milieu par un meneau horizontal et un quadrilobe comme tympan. La couleur de fond de toute la baie est le bleu. Le tympan porte en son centre un heaume enrubanné d’hermines avec sur le chef rouge le lion du Léon et dessous le blason du Léon. La phylactère de droite avec la devise DIEU AVANT est séparée du heaume par une descente  de Rosmadec.
Les têtes de lancettes offrent les armoiries de Rosmadec, Vieux Chastel et Pennaneach entourées par panneau de vitraux de quatre phylactères avec devise. Dans le panneau de gauche saint Tanguy, barbu, orfroi rouge robe blanche présente le couple à genoux, sans prie Dieu de Marguerite de Pennaneach et Tanguy de Carman.( 1418-1453) ce dernier porte le Lion du Léon.

A droite une scène du martyr de sainte Marguerite, au moment où on essaye de la noyer dans une cuve. Ce qui est étonnant ici, c’est que l’eau est chauffée. Elle est dans l’eau jusqu’aux coudes, les mains jointes, toute nue. Un serviteur, sur la droite, pantalon rouge,  gilet blanc aux manches retroussées, bottes noires, lui verse de l’eau sur la tête, un second à gauche, chausse rouge, justaucorps blanc ; semble lui frotter le dos  tandis qu’un homme coiffé observe la scène.
A propos de la sainte Marguerite, le chanoine Pérennes dans l’opuscule sur Plouénan livre ces quelques lignes « On y voyait le supplice de saint Jean L’Evangéliste à Rome, à la Porte-Latine, l’un des bourreaux attisant le feu et l’autre déversant sur la tête de l’apôtre une potée d’huile bouillante. »
Pour moi je penche pour la première lecture, on a bien essayé de la noyer dans une cuve d’eau.
Repost 0
Published by Jean Pierre Le Bihan - dans famille de peintres vitriers
commenter cet article
2 mars 2008 7 02 /03 /mars /2008 16:57
.

PLONEVEZ-PORZAY.

Eglise Saint-Miliau.    Edifice actuel de 1868-1869.

Ottin signale des vitraux XVIe, probablement disparu lors de la destruction de l’église, avec armoiries des seigneurs de Névet.

Travaux de restauration atelier le Bihan-Saluden  Quimper1952-1955,  confirmés par signature « Saluden » sur pièces de grisaille

1840, l’abbé Pouchous( recteur de 1832 à 1885) signale un vitrail en verre de couleurs de monsieur Cassaigne qui vient de peindre la boiserie

Chapelle Notre-Dame de la Clarté.XVIII° siècle

La tête du saint de la baie sud du transept provient de la chapelle Saint-Michel de Plouguerneau.



Note:je n'ai plus de possibilité de vous proposer des photos ayant utilisé tout mon espacedisponible. Je présenterai à nouveau  les sujets veufs de documents photos dans un prochain blog Je continue cependant.

Repost 0
Published by Jean Pierre Le Bihan - dans famille de peintres vitriers
commenter cet article