Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 juin 2008 5 20 /06 /juin /2008 06:05

---
PLUVIGNER 56

église Saint-Guigner
de 1546

Cet édifice a dû possèder des vitraux au XVI° siècle, il en est de même au XIX° siècle comme le signale le chanoine Danigo en indiquant que certains élèments actuels proviendraient de l'acienne vitre du chevet.

1932/1933, vitraux de l’atelier Rault de Rennes

 La baie du chevet  présente une Crucifixion,
Dans le chœur,
on lit la vocation de saint Guenaël,
  la prédication de saint Goal,
Dans le transept, le sujet est la piété et charité de Kériolet

La nef présente le débarquement de saint Guigner  et son établissement au Moustoir

.<< tous les vitraux sont de la maison Rault, mais à la différence de la maîtresse vitre, qui offusque de ses couleurs trop vives la Vierge adossée au meneau central, ils sont traités en couleurs plus ternes et racontent des épisodes de la vie des personnages honorés dans la paroisse . . . . . Les oculus des croisillons et les dernières fenêtres de la nef resplendissent d’un tapis végétal aux couleurs chatoyantes. Il aurait été emprunté à la maîtresse vitre de l’église dont le curé de 1842 vantait la richesse.>>
 Chanoine Danigo.

Chapelle Notre-Dame des Orties, XII° et XVI°
Chapelle Saint Fiacre, XV° et XVII°

Repost 0
Published by Jean Pierre Le Bihan - dans famille de peintres vitriers
commenter cet article
20 mai 2008 2 20 /05 /mai /2008 11:07


Bouvron, 
église,
de style roman sous l'invocation de saint Sauveur
Peu avant 1845,elle a été réparée avec peu d'intelligence, on a dépouillé en effet les pilastres de leurs corniches et de leurs figures bizarres, puis on a badigonné le tout.

"On a remplacé de jolis vitraux peints  par du verre blanc. sous pretexte que l'autel nétait pas assez éclairé" cf Dictionnaire de Bretagne, nouvelle édition Ogée, revue par Martevile et Varin p.101

Repost 0
Published by Jean Pierre Le Bihan - dans jeanpierrelebihan
commenter cet article
19 mai 2008 1 19 /05 /mai /2008 17:06
 Sous bois de la vallée

de Kermabeuzen en Penhars,

 par le sentier qui mène des piliers de la nouvelle contournante

aux lieux dits: Kermabeuzen et Kerlezanet, en Moulin-Vert,

quartier de la commune de Penhars, commune

 qui , en 1960, avec d'autres communes
voisines ont formé le Grand Quimper.
Repost 0
Published by Jean Pierre Le Bihan - dans croquis
commenter cet article
18 mai 2008 7 18 /05 /mai /2008 18:28
LAND-TREGUER, près de Tréguier, église Saint-Pierre.


« En la grande vitre se voyent les armes de  Tugdual qui portent d’azur au chesne d’or au premier panneau, l’écusson timbré d’une tiare papale surmonté d’une robe impériale, au deuxième panneau, l’écusson aux mesmes armes traversé de 9 clés d’azur en croix » Vie de saint Tugdual, p. 785.

Notes de Kerdanet : » Ce n’était pas les armes de saint Tudgual mais des armoiries de la maison de Rouere à laquelle appartenaient les papes Sixte IV et Jules II sous l’un desquels avaient été peint cette vitre de 1471 à 1513

Notes: armorial de Bretagne Potier de Courcy: Tugdual sire de la Villeneuve-Corbin, paroisse de Loguivy-Lannion.D'argent ay château donjonnné de trois pièces de gueules
Repost 0
Published by Jean Pierre Le Bihan - dans jeanpierrelebihan
commenter cet article
18 mai 2008 7 18 /05 /mai /2008 05:28
TREBEURDEN Cotes d'Armor
Eglise enlevée au culte lors de la Révolution 
restituée en l'an XII, étant en ruine

Ogée  édition 1853: édifice du XVe reconstruit en 1835,
 mr Le Luyer, curé de l’époque a fait replacer dans la nouvelle église les anciens vitraux des XVe, XVIe et XVIIe siècle

Chapelle du Christ XVe

Chapelle de Bonne-Nouvelle XVIe

http://jeanpierrelebihan2.over-blog.com/

Repost 0
Published by Jean Pierre Le Bihan - dans jeanpierrelebihan
commenter cet article
17 mai 2008 6 17 /05 /mai /2008 14:36
PLOEMEUR.
.

Eglise Saint-Pierre aux Liens,
Edifice incendié pendant la guerre 39-45.

 Nef. Vitraux, dominante bleue de Robert  Briand,  Rennes.1982, après concours.
Chapelle de Semaine. dalles de verre,  atelier Jean-Pierre Le Bihan, Quimper.

Vierge à l’enfant. saint Pierre, 
sainte Anne et la Vierge, Sainte Anne sur fond rouge apprenant à lire dans un livre rouge  à Marie. Toutes les deux sont vêtus de bleus.

saint Yves entre le riche et le pa
uvre. JPLB 1988

Chapelle Sainte-Anne.
XVIe siècle

« Ploemeur en 1982 » Sujet proposé conjointement par la mairie et le curé, l’abbé Noël : la ville, la mer ; les loisirs, avec sanctification par l’image d’un lieu de culte.

RDV du 28 novembre 1982. «  par trop figuratif, peut-être chercher une écriture moins réaliste, avec un tachisme plus abstrait, bordure plus blanche. Ces projets sont trop narratifs, pas sacrés, iraient mieux dans un hall de mairie ou syndicat d’initiative. »












 la campagne,
. baie cintrée avec armature de barlotières, 1 verticale et deux horizontales. Double filets d’entourage de  rectangle rouge et jaune Village composé de trois maisons de hauteurs différentes, une rue la traverse et monte vers une chapelle que domine une colline dont la pente est grimpée par des pins. Devant un hangar agricole, dans un pré,  cerné sur la gauche par  trois arbres deux vaches et un cheval paissent. Un champ labouré offre un dolmen en son centre.  Dans le bas la statue de saint Jude en évêque est posé près d’un talus de pierres dont une barrière de bois ferme une ouverture.

La ville. baie cintrée avec armature de barlotières, 1 verticale et deux horizontales. Double filets d’entourage de  rectangle rouge et jaune. Vue cavalière de la commune avec l’église, les maisons, les immeubles. Dans le bas gauche un couple avec bébé se présente à la statue de sainte Anne et de la Vierge, posée sur les armoiries de la ville.

La cote. baie cintrée avec armature de barlotières, 1 verticale et deux horizontales. Double filets d’entourage de  rectangle rouge et jaune. Dans le bas, un camping caravaning dans les arbres. Au dessus une plage où des gens se bronzent, jouent au ballon, reviennent de la pêche aux crevettes, se baignent, font des patés. Plus haut la mer avec les planches, les voiliers, les canots à moteur. Sans la coin droit, la statue de saint Maudez.

Le port. A la ligne d’horizon, les montagnes de Kaolin. Devant, un port  à marée haute avec chalutiers, canots, canot avec équipage et godilleur,  canot plein de casiers.  Petite place avec canot échoué. Sur le quai,  deux marins reviennent  avec leur pêche et leur rame. Dans le coin droit, sainte Ninoc , protectrice.

Petite baie  trilobée d’un seule lancette avec sur fond rouge, saint Anne portant sur ses genoux la petite Marie. JPLB 1982.




Chapelle Saint-Jude
1996

  Saints dont:
 Saint Jude .  Petite baie cintrée. Dans niche sur fond damassé, Saint Jude, nimbe rouge, habillé de bleu et de rouge, porte dans sa main gauche un livre épais. et tient de la main droite une massue.
v
.Saint Pierre, JPLB. Petite baie cintrée. Dans niche sur fond damassé,  le saint habillé de bleu et de jaune  porte une immense clé jaune de sa main droite.  Son visage de face porte barbe et cheveux, la mèche traditionnelle a disparu.

Sainte Ninnoc. Petite baie cintrée. Dans niche sur fond rouge orangé, la sainte porte une palme de la main droite et un livre saint  de la main gauche. Elle est  en pied, de face, le visage légèrement tourné trois quart droite. En habit de nonne, elle porte un manteau légèrement violet sur une robe marron.


, Chapelle Saint-Maudez,.

     Trouvé pièces anciennes XVIe avec petits motifs floraux, baie nord.

 baie 0, 1989 baie de 2 lancettes  trilobées à 2 panneaux par lancettes, et réseau de 3 mouchettes et 2 écoinçons. Vie de saint Maudez, quatre scènes. Son atterrissage, un genou en terre, un crucifix dans la main gauche, canot à voile rouge derrière.
autres baies : il forme des disciples, Il construit un ermitage, Il  se retire
 pour prier. auteur Jean-Pierre Le Bihan

Notre-Dame de la Garde en Lomener.



Deux vitraux non figuratifs de format rectangulaire, 1996 –1998,atelier de vitraux jean-pierre le bihan, auteur Antoine Le Bihan. La terre , la mer.

Repost 0
Published by Jean Pierre Le Bihan - dans jeanpierrelebihan
commenter cet article
16 mai 2008 5 16 /05 /mai /2008 16:55
»

Plaudren,    disparition des armes des seigneurs de  Kervasy.
Cf. Danigo.

Probablement de Kervazic, et Guervazic, ramage de Malestroit, refèrences et montres de1427 à 1536, paroisse de Plaudren,

armoiries:de gueulles à huit besants d'or, rangés 2.3.3. qui est Malestroit.
la maison noble de Guervazic étaient en 1420 aux mains d' un Jean de Guervazic. C'est probablement ce Jean vivant en 1448 qui épouse Phillippette de Camarec.
Repost 0
Published by Jean Pierre Le Bihan - dans famille de peintres vitriers
commenter cet article
16 mai 2008 5 16 /05 /mai /2008 16:21
Moustoir-Remungol


Eglise Saint-Gorgon XVI-XXe


Relevé 1993?

 Toutes les baies  sauf les 6 et 5 au nombre de 10 sont en lancette cintrée unique dont les dimensions sont très proches d’un mètre sur 1, 80 de haut

 Baies 6 et 5, 2 lancettes trilobées et réseau en fleur de lys

baie 6 restes de vitraux anciens.
1996, Budet, ensemble des vitraux.

Chapelle Notre-Dame des Fleurs, dite aussi
chapelle de Moric , construite entre 1490-1500 par un seigneur de Kermavan, Ellepossédait dans la baie du chevet jusqu'au début XXe(1912) un « vitrail représentant les scènes de la naissance et de la mort de Jésus »

Verre blanc ? plutôt vitraux sous plomb dans les 6 baies en ogive


Chapelle du Sacré-Cœur, XIXe

 1890, 6 baies en ogive de 3 panneaux avec dans niches néo gothiques, la Flagellation, l’apparition du Sacré-Cœur à Marguerite-Marie Alacoque,  Benoît-Labre. sainte Julienne  sainte Marguerite de Cortobe,
 le vitrail sur Benoit-Labre de la même époque aurait été remplacé par une dalle de verre.

Baie ouest quadrilobe en dalles de verre
Repost 0
Published by Jean Pierre Le Bihan - dans famille de peintres vitriers
commenter cet article
15 mai 2008 4 15 /05 /mai /2008 17:59
Malestroit,église Saint-Gilles.




  Chapelle de Marie-Madeleine.
Connue pour ses vitraux  du XVIe siècle dont celui  sur la vie de Marie-Madeleine vendu à Emile Zola qui  en ornera son cabinet et qui furent vendus plus tard à un musée des Etats-Unis.Cette verrière avait aussi des armoiries
Avant qu'ils aillent chez Zola ils auraient été achetés . en 1887 par un habitant de Flers, on parle d'un certain Foucault, pour le prix de 1OOOfrancs.
Le peintre verrier Louis Ottin dans son livre:"Le Vitrail" du début XX°,page 248, donne trois lignes sur cette chapelle:dans laquelle il  voyait, il y a encore quelques années, une fenêtre retraçant la vie de cette sainte est ajourd'hui en ruine. Les vitraux ont été vendus par le maire depuis longtemps comme nous l'avons dit plus haut.



Eglise Saint-Gilles ©XII°XIII°XVI°Siècle. Des Vitraux  du XV°XVI°XIX°XX°

Les armoiries des seigneurs de Malestroit qui sont indiquées dans plusieurs baies ont actuellement disparus

1483-1484. A cette date la présence de vitraux y est signalée par Couffon car un certain Pierre du Moulin doit copier  au moins un vitrail pour l'église Notre-Dame de Guingamp:"une pourtraiture estant en la ville de Malestroit"

XIX° et XX°siècle. vitraux de atelier HSM de Quintin 1970- 198O (ci dessus)et XIX°de l'atelier Hucher du Mans; Un autre atelier du XIX°,Laumonier de Vannes

Cette édifice a subi, malheureusement  dernièrement des actes de vandalisme qui ont touché des panneaux de vitraux anciens? Trous de projectiles divers qui demande un travail de restauration assez conséquent.





http://jeanpierrelebihan2.over-blog.com/

 
Baie 1, verrière XV° restaurée en 1960, vies de Saint Gilles et
saint Nicolas,
saint évêque bénissant un malade dans un bateau, ,  un moine priant sur un fond de rochers où passe une biche, évêque nommant un autre évêque. Un moine bénissant 1 prisonnier ou un condamné, il a les 2 bras attachés, un diable sort de sa bouche. Un baptême du Christ

Baie du chevet.Verrière de saint Gilles et de saint Nicolas  auteur Huchet
Restauration atelier Jean-Pierre le bihan, 1978 .4 lancettes  en ogive de 6 panneaux, réseau à soufflet, 2 mouchettes, 2 quadrilobes, écoinçons. 4 scènes sur 2 lancettes et 4 panneaux, le reste dais et socle

Gilles en prière accompagné de sa biche, guérison d’un malade, Charles martel recevant l’absolution, la messe de saint Gilles
Nicolas nommé évêque, résurrection de 3 écoliers d’un saloir, deux scènes avec religieux ( femmes !) et marins en difficultés implorant saint Nicolas
Baie 5, verrière XIXe,Nativité
Baie 7, verrière XVIe sur vitrerie XXe. transfiguration
Baie 8, Arbre de Jessé., baie de 4 lancettes en ogive d’un seul panneau et réseau de 3 lobes ovoïdes et 4 écoinçons. Avec bannières aux armes de Malestroit.
Baie 10, verrière XIXe  3 pièces peintes de formats rectangulaires intéressantes dont un pélican,une biche se désaltérant, oiseaux sur champ de blé et calvaire.

Fenêtre 7 ou 3
 baptême du Christ. Dans l’eau jusqu'au ventre.
Naissance de la Vierge, dans un lit à baldaquin
Saint revêtu d’une chasuble blanche à décor jaune d’argent présentant un calice, main d’un donateur.
Ange tenant un phylactère avec un texte en gothique
Un évêque bénissant une barque dans la tempête.



Repost 0
Published by Jean Pierre Le Bihan - dans jeanpierrelebihan
commenter cet article
13 mai 2008 2 13 /05 /mai /2008 17:51
COMMENT QUATRE VERRIERS  ONT-ILS  PU COHABITER EN UN TEMPS COURT
DANS CETTE EGLISE DE SAINT-HOUARDON?


Ces verriers, avaient comme nom Durieux, Jean louis Nicolas, Hirsch et Lobin;

Durieux,
E.    1860, Landerneau, 29, église Saint-Houardon, fenêtres 1,2,3,4, Grisaille proche de celle de Nicolas et baie chevet, Annonciation, au style très académique, vitraux posés à l'envers, grisaille à l'extérieur et certains tête-bêche.
Hirsch, Charles,Emile,     né à Metz en 1832. Obtient à 12 ans le 3e prix au concours général des Ecoles de dessin de la ville de Paris. Israélite, il se convert;it au protestantisme, puis au catholicisme.
    Aux Beaux-Arts, atelier de Théodore Rousseau, Delacroix, d’Ingres, Flandrin, expose à partir de 1852 au Salon de Paris/
 Atelier Paris, 75, 26, rue Gauthey, et avenue de Clichy.
 Période d'activitè de 1860 à 1900, travail sur toute la France.
Expose aux Etats-Unis en 1873, 1878, 1880, et aux salons 1876,1877. A eu comme apprenti Georges Rouault.
Bien vu du clergé et de l’évêque du diocése du Léon et de Cornouaille il en fait le portrait en 1852. En 1864, l’évêque dit de lui qu’il est le seul verrier capable de composer un vitrail en rapport avec un monument gothique. «  talent dejà bien connu et plus encore pour sa piété »
 Avant de lui confier la principale fenêtre de la basilique du Folgoët. Heureux du succès de l’œuvre, l’évêque continue : « je suis décidé à vous donner une nouvelle verrière pour le Folgoêt ; elle vous servira d’expérience. Je vous recommanderai à mon clergé. »


Lobin, Lucien Léopold
fils né à Tours,26.3.1847, éléve du fils Flandrin, beau-frère de J.P.Florence, collaborateurs : Laurent Gsell, Gesta, Bigot et Heinrich.
 29, rue des Ursulines ; Tours.Se dit peintre d’histoire ; élève de son père et d’Hippolyte Flandrin.
    Après le décès de son père en 1865, l’atelier est : Manufacture de Vitraux Peints de Veuve Lobin et Fils

Nicolas, Jean-Louis, Naît à Morlaix en 1816, père racleur de vase et allumeur de réverbère, sa mère Marie-Louise ar Iod ( "la bouillie") tient un petit commerce. apprentissage de peintre, monte sur Paris 1839, compagnon du Tour de France, académie Jullian, épouse la fille d'un peintre vitrier de Landivisiau. s'installe en 1842. Oeuvre essentiellement religieuse

Comment ont-ils pu crèer en si peu de temps, 1860-1863
Qui a pris la décision de ce choix?conseil paroissial, évêché? curé?
Au premier abord,
le choeur a été donné à Lobin, sauf trois fenëtres à Nicolas.
Les transepts à Hirsch avec débordement sur la nef;
Le  fond de la nef à Nicolas et le chevet à Durieux.


Sur les églises de Landerneau 
http://jeanpierrelebihan.over-blog.com/article-15566258.html
Repost 0
Published by Jean Pierre Le Bihan - dans jeanpierrelebihan
commenter cet article