Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 avril 2008 7 20 /04 /avril /2008 08:38


EGLISE Saint-Pierre.


C'est une chapelle ancienne  du XV°siècle.

         1698 description de cette église.   Albert Le Grand P.210

Elle est située au quartier de Trégondern, est grande ayant deux croisés, un maître autel et 24 autres autels. c'est une église pavée de pierres tombales. Joignant  l'édifice il y a un grand cimetière muré, autour du cimetière il y a13 reliquaires en pierre de taille, ce cimetière est presque entouré de pierres tombales  et il y a quantité de petits bénitiers proches des pierres tombales. Il y a aussi 4 chapelles autour du cimetière dont l'une est en ruine.

On relève à cette époque que toutes les vitres étaient délabrées, et que dans  la croisade au Midi il ya une grande rose de pierre de taille sans vitrage et que le bas de de l'église sert de magasin pour stocker des affus de canons et que dans le cimetière se fait l'exercice des  armes..
 
En plus des tombes de sieur au nombre de trois, dans le choeur on relevait au plus haut lieu de la grande vitre l'écusson des Kermavan avec une crosse et une mître. dE plus une lisière courait autour de l'église, dedns et dehors avec les mêmes armes plus celles de l'ordre du Roy récemment mise en 1578.
v


   1614, procès verbal de prééminences.
En la grande vitre à deux lancettes, les armes de Kermarvan, évêque de Léon sont présentées dans le quadrilobe avec la mitre et la crosse. Deux écoinçons portent MEMENTO FINIS sur un phylactère.

1698, toutes les vitres de ladite église sont délabrées ; dans la croisade au midi il y a une grande rose de pierre de taille sans vitrage.(le bas de l’église sert de magazin pour y serrer les affus de canon)


1704, Alain Barbier possède un panneau en la chapelle de Kerangouez.

1770, le 23 Août , le chapitre de Léon décide de relever le pignon et« de faire un vitrail au-dessus de la porte au milieu dudit pignon »

1785, Pierre Macé perçoit 406 livres 6 sols pour vitre à la chapelle Saint-Pierre. Il travaille avec Toussaint Kergrach. On les retrouve la même année à la cathédrale.



 1770,
le 23 Août , le chapitre de Léon décide de relever le pignon et« de faire un vitrail au-dessus de la porte au milieu dudit pignon »

1785,
Pierre Macé perçoit 406 livres 6 sols pour vitre à la chapelle Saint-Pierre. Il travaille avec Toussaint Kergrach. On  retrouve ces peintres vitriers la même année à la cathédrale.

Avant 1972,
on trouvait dans toutes les baies  des vitraux en assez bon état de conservation, en verre incolore en « chaînons renversés »,  en «  bâtons rompus à huit pans » et en « guillotins », montages
sous plombs du XVII° et XVII°


 
1704, Alain Barbier possède un panneau en la chapelle de Kerangouez.
1770, le 23 Août , le chapitre de Léon décide de relever le pignon et« de faire un vitrail au-dessus de la porte au milieu dudit pignon »

1785, Pierre Macé perçoit 406 livres 6 sols pour vitre à la chapelle Saint-Pierre. Il travaille avec Toussaint Kergrach. On les retrouve la même année à la cathédrale.

Avant 1972, on trouvait dans les vitraux des restes de montages sous plomb et verre incolore  « chaînons renversés »,  du «  bâtons rompus à huit pans » du « guillotins » DES XVII° et xviii° siècle.

 
1972 - 1975, vitraux figuratifs de Jean-Pierre Le Bihan.
Sujet:Ancien et Nouveau Testament.

  Adam et Eve,
côté nord, baie cintrée de 3 panneaux
Sodome
côté nord, baie cintrée de 3 panneaux
Caïn et Abel
côté nord, baie cintrée de 3 panneaux
Le Déluge,
 baie cintrée de 3 panneaux.

 La résurrection du fils ou de la fille,
 baie sud à  2 lancettes trilobées et réseau
 Transfiguration,
 baie sud de 2 lancettes d’une seul panneau et soufflet
La Samaritaine,
baie d’une seule lancette trilobée
Résurrection de Lazare,
baie sud, 3 lancettes trilobées de 2 panneaux  et réseau composé de 3 quadrilobes, 12 écoinçons

La Cène,
baie du choeur, 2 lancettes trilobées de 2 panneaux
Le jardin des Agonies
baie sud 2 lancettes trilobées de 2 panneaux et quadrilobe
La trahison de Judas
,
 baie sud, 2 lancettes trilobées de 2 panneaux et quadrilobe
Crucifixion et Joseph d’Arimathie.
baie choeur, 2 lancettes trilobées de 3 panneaux.
 La Résurrection et Jésus remet les clés à St Pierre,
 baie Chœur 2 lancettes trilobées de 3 panneaux  et quadrilobe.
Les pèlerins d’Emmaus et l’apparition à Marie Madeleine
.
 Baie à 2 lancettes trilobées
de 3 panneaux  et quadrilobe.

Ces vitraux ont été  CONSTRUITSsur Proposition de l’abbé Guichoux, curé de la paroisse de Saint-Paul-Aurélien Les numéros ne correspondent pas à maintenant)

1 – Résurrection de la fille de Jaïre (St Luc 8.41. Le mort porté sur un brancard – Jésus touche le brancard   et il remet le jeune homme à sa mère
2 -- Transfiguration : Tête du père Céleste (dans oculus) le Christ aux vêtements blancs – 3 disciples endormis. ( St Marc ch8)
3 -  Résurrection de Lazare  bien ! « Tu verras la gloire de Dieu » (St Jean, ch. 11 7)
4 - Obéissance de Jésus dans le jardin – « Fiat »
5 – Judas livrera Jésus à la mort. 4 et 5 : fond gris.. « C’est l’heure des ténèbres ; ; ; ; du miel »
6 – Multiplication des Pains. - .(St Jean. Ch. 6) Dominante verte ( il y avait de l’herbe.. c’est la printemps..)
7 – à droite : Disciples d’Emmaus ( ch. 24)  il fait nuit déjà – (gris)  Jésus éclaire les 2 disciples
      à gauche : Madeleine ; matin de Pâques.. lever du Soleil
8 – droite : Jésus remet les clés à St Pierre ( St jean ch. 21), au bord du lac
      gauche : Résurrection ; couleur fulgurante ( Soleil levant ) 1 garde terrassé ; symbole de victoire
9 -  Cadre ; nuit   soudaine, éclairs .. déchaînement du Démon, puissance des ténèbres, apparemment victorieux.
10 – Samaritaine «  Plein midi .. Jésus assis sur la margelle du puits
11 – Sodome ; Déchaînement de la nature…
12 – Déluge .
13 – Meurtre d’Abel ; 1ère apparition de la Mort
14 – Dieu chasse Adam – Eve. «  Tu mourras de mort .. Plus d’arbre de vie » terre aride, ingrate.
15 – (clocher) St Pierre accueille saints aux Paradis.

Seconde proposition de l’abbé Guichou pour baies 11, 13, 14, 15

 11 – Sodome ; éruption volcanique – pluie de feu – soufre – retombe sur la ville et les pécheurs qui veulent abuser des 2 hôtes – fuite de Lot et de sa femme qui se retourne

13 - meurtre d’Abel ( oiseau de proie) troupeau dans la campagne avec vallonnements vastes … caressants… Caïn mène Abel à l’écart ( crique de montagne) ( sans par terre _ crient vengeance)
14 – (a gauche) Paradis : arbres – fruits – verdure … source jaillissante avec ruisseaux… oiseaux – bêtes ( loup – agneau) Dieu chassant Adam – Serpent fuyant.. ( à droite) nuages sombres – Désert ( cailloux – sables) ronces – épines – Adam et Eve vêtus de feuillage s’en allant prostrés…
15 – Résurrection générale. Dieu – Père- éclat du Grand Jour.. Christ – Esprit. Vierge – Marie Tombeaux qui s’ouvrent      le 7 mars 74

Lettre compte rendue d'une première visite des vitraux en cours, avec les conseils qui m'étaient donnés par le commanditaire. je les ai reçu avec bonheur.et je l'en remercierais toujours.


Cher Jean Pierre,
Hier soir, j’ai conduit notre brave gouvernante voir ce travail de l’Agonie.. Bien sûr, je ne lui avais rien dit de mes propres sentiments. Comme c’est une personne fière et intelligente, je voulais percevoir à travers elle l’impression et la réaction du bon peuple chrétien, qui a son sens esthétique, sa sensibilité, son « idée », et surtout son sens des réalités religieuses, des personnages sacrés….

D’abord, elle n’a pas su de quoi il s’agissait.. Ce serait donc bon de mettre un titre en bas des scènes : Baiser de Judas, guérison de la Belle-Mère de Pierre, Transfiguration. Le peuple veut savoir de quoi il en retourne, comme à la cathédrale, il vient lire toutes les plaques explicatives.. C’est comme çà..

Ensuite, renseignée, elle est restée perplexe.. Elle a accepté les deux apôtres, mais le Christ pour elle n’a pas sa grandeur.. Pour elle, ce n’est pas ça.. Ainsi donc, elle rejoint mes appréhensions… De la sorte, tout en continuant à chercher l’esthétique des couleurs dans une certaine stylisation, veille à fignoler les figures, surtout dans ces verrières latérales qui seront vues de près. Ne te contente pas de quelques traits rudes, bruts, mais donne leur plus de finesse, de fini, avec plus d’expression, même si tu dois renoncer à ta façon courante. Nos vitraux de doivent pas « régaler » seulement les esthètes professionnelles, mais surtout notre bon peuple chrétien, qui doit y trouver avec  joie les expressions colorées de sa foi simple.. Je tiens à ce double pari..

Pour le vitrail 5, sur ma dernière lettre, je t’avais dit de représenter le reniement de Pierre, pour garder Pierre  comme « fil conducteur » en sa chapelle. Comme ton travail est avancé, dans la trahison de Judas, tu peux alors représenter Pierre cherchant déjà à s’opposer aux soldats et aux serviteurs juifs, au moment où il s’apprête déjà à dégainer son épée. Ca ferait 1 ou 2 soldats à l’arrière, 1 ou 2 serviteurs avec Pierre à l’avant, très décidé. A l’avenir, en venant poser les vitraux, tu pourrais me présenter les cartons suivants ; et je te donnerai mon « idée »

Bon courage et bonne chance – Bien, cordialement P. Guichou.




Pour plus amples informations sur les églises de Saint-Pol- Léon et leurs vitraux:
  • http://jeanpierrelebihan2. over-blog.com

Repost 0
Published by Jean Pierre Le Bihan - dans famille de peintres vitriers
commenter cet article
18 avril 2008 5 18 /04 /avril /2008 06:22
SAINT-FREGANT.

Eglise Saint-Guénolé.agrandie fin XIX°

            1787, travaux de vitrerie d’Yves Poder.
Au début XXe, l’abbé Olivier fait rétablir, entres autres écussons, celui des Penmarch


Eglise Saint-Guénolé, 1889-87


 Vitraux de l'atelier Dagrand, de Bordeaux toutes les baies,   période de production de cet atelier:1887-1936
 baie du chevet  6 médaillons, Nativité,  sainte Famille, Baptême du Christ, Tu es Pierre( même sujet qu’à Guisseny, 4 km plus loin) : Pêche miraculeuse, les cinq pains et les cinq poissons, baiser de Judas,
 
baie 1 (  côté nord, oculus  Ascension , Résurrection,

baie 2 bras sud Le Rosaire (fond sur Lourdes),

 baie 3, bras nord  baie à 3 lancettes cintrées et réseau composé d’1 oculus avec armoriés , 2 lobes et 2 écoinçons. Dans la partie haute des  lancettes : Mort de saint Joseph. Dans le bas sur la hauteur d’un panneau  et dans niche, vue de  Montmartre en grisaille.  Saint Joseph, barbe blanche, crane dégarni, est allongé la tête à droite. Marie, du bras gauche passé sous la tête, lui soulève le dos. Il  est le visage de trois quart gauche les yeux fixés sur le ciel et y lève la main droite, l’autre main est aussi levée ; une couverture ou drap violet de cobalt lui couvre les jambes. Il est habillé d’une robe jaune ocre. Le jaune de  nimbe est plus chaud. Marie,  voile blanc et manteau bleu outremer est penchée sur lui. De la main droite elle lui tient la main qui se lève. Le Christ est sur la droite de profil gauche. Il est silencieux, il regarde et porte une robe rouge et un manteau vert anglais foncé accroché sur l’épaule droite Sa main droite est levée à l’horizontale au-dessus de la tête de Joseph. Le Lieu une pièce  aux murs et sol  de pierre. Deux baies s’ouvrent sur une campagne avec lac cendre bleue. Sur les corniches deux anges face à face tiennent une guirlande vert émeraude qui traverse la scène.

Nef  8 baies: vitrerie grisailles  hautes en couleurs.

Sacristie : losanges en verre cathédrale avec rehaut de jaune d’argent, dans le style de Rault de Rennes

Repost 0
Published by Jean Pierre Le Bihan - dans famille de peintres vitriers
commenter cet article
18 avril 2008 5 18 /04 /avril /2008 05:47
POULLAN.

Eglise Saint-Cadoan.  (I.S)  Edifice  du reconstruit au début du XVIIIe.

La maîtresse vitre portait les armes du seigneur du Vieux Chastel et celle du seigneur de Jégado à cause de sa terre de Lezivy.





   
Baies 1 et 2, Non figuratif, 1993,  en baie 1 la mer en 2  la terre, JeanPierreLeBihan, Lefèvre, architecte.
 
Promeneur  attentif du sentier côtier,  et des paysages, ces premiers faisant l’objet de nombreux travaux sur papier ou photographique,  je n’ai pu me séparer de cette vision des falaises lorsqu’il m’a été proposé de  remplir ces deux baies à l’époque en vitrerie blanche.  Ce fut un travail intéressant, les deux baies entourant l’autel, ce qui imposait une lumière non perturbatrice,

Baie 3,  baie à plein cintre, 2 barrelotières en forme,  grisaille avec filet de serpentins blancs et vert sur fond rouge, Au milieu, encadré, par  deux petits ovales tronquée à filet rouge, médaillons avec saint Roch et son chien dans une nature chaotique avec petit lac et château fort sur la gauche., Carmel du Mans

Autres vitraux Antoine Le Bihan.



Repost 0
Published by Jean Pierre Le Bihan - dans famille de peintres vitriers
commenter cet article
16 avril 2008 3 16 /04 /avril /2008 10:45
Nef, 1933,  Champigneulle 11 baies de Choisnard.
(vitraux inscrits depuis 1982)

 sainte Anne et Marie, 
baie à deux lancettes trilobées de 3 panneaux et écoinçon. Dans un jardin où pousse trois lis et deux cyprès , sainte Anne  donne des conseils à Marie petite fille aux longs cheveux brun serré par un petit bandeau et aux mains jointes et serrées. Les deux femmes sont vu de profil.

Saint Michel,
baie à deux lancettes trilobées de 3 panneaux et écoinçon. Saint Michel de profil, les pieds sur la queue d’un dragon vert le   perce de sa lance

sainte Thérése,
baie à deux lancettes trilobées de 3 panneaux et écoinçon Elle se tient à gauche priant en marchant  dans le jardin de son cou vent, les mains jointes le visage de profil penché, exprimant la  méditation.

° N.D.du Folgoët   
don de M.M. C.HERVY recteur et Y.BERVAS vicaire, baie à deux lancettes trilobées de 3 panneaux et écoinçon. à gauche la Vierge vient au secours de Salaun Ar foll allongé dans l’herbe, le dos appuyé contre un arbre. Un Lys sort de terre. Les arbres ont pris des teintes d’automne.

saint Pierre, pêcheur,
baie à deux lancettes trilobées de 3 panneaux et écoinçon.  Saint Pierre est debout dans un canot et relève un filet  plein de poissons avec un compagnon qui lui est à genoux. Il porte un robe courte bleue sans manches, sa ceinture rouge et blanche rappelle une ceinture de sauvetage des années 1930 Derrière, un canot navigue à la voile sur une mer verte.

le Sacré-Cœur et Marguerite-Marie Alacoque,

baie à deux lancettes trilobées de 3 panneaux et écoinçon.  Marguerite Marie, vêtue de gris, est à genoux à gauche, auprès d’un livre de prière.  Elle ouvre grand ses bras vers un Christ montrant son cœur des deux mains. Habillé de jaune, les pieds sur une nuée., des roses s ‘épanouissent dans  un bosquet.

Sainte Bernadette et Notre-Dame de Lourdes,
baie à deux lancettes trilobées de 3 panneaux et écoinçon. Bernadette est à gauche, à genoux portant un voile sur ses cheveux. Les mains jointes elle regarde la Vierge blanche et bleue, les deux mains jointes d’où émane des rayons jaunes.

la sainte Famille;
baie à deux lancettes trilobées de 3 panneaux et écoinçon. Saint Joseph à gauche, bras nus, la tête penchée et de profil,  porte des deux mains l’extrémité d’une planche que l’enfant Jésus porte sur son épaule, derrière la Vierge file, La colombe du Saint Esprit plane dans l’écoinçon.

 Apparition à Jeanne- d’Arc . baie à deux lancettes trilobées de 3 panneaux et écoinçon.  Jeanne est à genoux dans l’herbe,  de profil, les mains grandes ouvertes. Sortant d’une nuée et des branches d’arbres apparaissent deux femmes sainte Catherine et sainte Marguerite, en robe blanches, l’une portant un voile vert les mains jointes et nimbées, un ange, saint Michel, aux ailes rouges passe sa tête dans l’écoinçon.
texte jean-pierre le bihan, mettra par la suite photos sur blog:
http://jeanpierrelebihan2.over-blog.com

Restauration JPLB1981suite à vandalisme en1975

Repost 0
Published by Jean Pierre Le Bihan - dans famille de peintres vitriers
commenter cet article
16 avril 2008 3 16 /04 /avril /2008 10:30

                            CHARLES CHAMPIGNEULLE
                    ATELIERS FONDéS A METZ EN     1832



                                        VITRAUX
                    ÉMAUX GRAND FEU SUR CUIVRE



                                         PARIS, 95, RUE NOTRE DAME DES CHAMPS (Vieme)


 



    le 14 Octobre 1933

Monsieur l’Abbé HERRY

Recteur de  PORSPODER~ (Finistère)
Monsieur le Recteur,


                  J’ai bien reçu votre aimable lettre du 9 de ce mois et votre versement postal de 25.000.- francs (Vingt-Cinq-Mille francs) dont je vous suis très reconnaissant
   
    Votre lettre, Monsieur le Recteur m’a intéressé au plus haut chef, d’abord parce qu’elle m’annonce le seul point important; et auquel je tenais surtout : votre satisfaction — et aussi parce qu’elle me confirme que votre confiance en moi a été presque du courage. Sans doute., aurions-nous, vous et moi, rencontré une opinion générale plus enthousiaste on restant dans cette triste banalité qui ne demande pas d’effort - Ceux qui s’en satisfont ne pardonnent guère à ceux qui tentent d’en sertir.

    Je ne mets, dans ces propos, aucune vanité, mais et vos vitraux ont une qualité c’est bien la franchise de sentiment et de technique ; je sais combien cela est insupportable aux habitués de l’imagerie et de la confiserie St. Sulpicienne.

D’ailleurs, Monsieur le Recteur, les critiques dont vous parlez me touchent d’autant moins qu’elles étaient déjà formuléee avant la pose et que de ce fait elles paraissent au moins partiales

    Je crois même pouvoir vous assurer que. beaucoup sont inspirées de considérations qui n’ont rien à voir avec des questions artistiques.

Comme je vous l’avais dit, Je croie, je compte beaucoup sur l’ensemble, réalisé à PORSPODER pour décider quelques affaires importantes dans votre région, c’est pourquoi vous me rendriez un très grand service s’il vous était possible de m’éclairer un peu sur l’origine de ces critiques. autorisées ou non.
.


Vous remerciant encore très sincèrement de votre amabilité et de la confiance que vous m’avez témoignée, je vous prie de croire, Monsieur le Recteur, à mon dévouement toujours entier et d’agréer, 1’ expression de mes sentiments très respectueux..

            J.Ch.Champigneulle.

e

Repost 0
Published by Jean Pierre Le Bihan - dans famille de peintres vitriers
commenter cet article
16 avril 2008 3 16 /04 /avril /2008 10:24
CHARLES CHAMPIGNEU LLE
ATELIERS FOND~S A METZ EN 832



VI TRAUX
ÉMAUX GRAND FEU SUR CUIVRE



                                                              PARIS, 95, RUE NOTRE DAME DES CHAMPS (Vie)

Le 29 Septembre 1933




Doit Monsieur l’Abbé HERRY, Recteur de PORSPODER (Finistère).




Cd.. 8.498.
Exécution de ONZE vitraux destinés aux baies à. deux travées de la nef de l’église de Porspoder et représentant:

L’APPARITIION DE NOTRE-DAME DE LOURDES.
SAINTE ANNE et la SAINTE VIERGE, enfant.
SAINTE ~JEANNE D’ARC (Apparition de St. Michel).
SAINT JEAN baptisant NOTRE-SEIGNEUR.
STE.THERESE DE L’ENFANT JESUS aux pieds du Crucifix
NOTRE.DAME DU  FOLGOET
APPARITION DU SACRE-OO!UR à STE. MARGUERITE-MARIE.
LA SAINTE FAMILLE
SAINT MICHEL terrassent le. Dragon.
SAINT FRANCOIS  D’ASSISE
SAINT PIERRE, PECHEUR


suivant MAQUETTES Nos. 4.979, 4.980, 4.987 à 4.993, 5.003 et 5.004.—
 Prix net convenu (y oompris la fourniture des armatures : T en cuivre et tringles, l’emballage, les frais de transport et la pose à l’église de

Porspoder)  ……………………………………………….Frs :   33.000  

Restauration d’un vitrail du choeur..                pour mémoire...
TRENTE-TR0IS-MILLe francs.

CHARLES CHAMPIGNEU LLE
ATELIERS FONDéS A METZ EN 832




Repost 0
Published by Jean Pierre Le Bihan - dans famille de peintres vitriers
commenter cet article
16 avril 2008 3 16 /04 /avril /2008 10:16




CHARLES CHAMPIGNEULLE
ATELIERS P0ND~S A METZ EN 1632



VI TRAUX
Êmaux GRAND FEU SUR CUIVRE

                                                                   PARIS, 96, IRUE NOTRE DAME DES CHAMPS (Vie)


Le 18 Âoût 1933

Mpnsieur l’abbé HERVY
Recteur de PORSPODER
(Finistère)




Monsieur le Recteur,

J’ai bien reçu votre aimable lettre du. 16 courant et les inscriptions de donation que je  vous confirme pour éviter toute erreur:
         I° Sacré Coeur         don la famille  GUILLARD-FORTIN
         2° Saint Joseph                      -d°          GOURMEL
         3° Saint Michel                     -d°           MASSON   
         4° Sainte Anne    -                    -                                     A .LALLA
         5°Sainte Thérêse    Reconnaissanve :Â.N
         6° N.D.du Folgoët    don de M.M. C.HERVY recteur
                        et Y.BERVAS vicaire
                                    Pas d’inscription  pour les autres vitraux.
         Il est possible Monsieur le Recteur, d’inscrire une invocation, comme vous le demandez dans la base des vitraux mais comme nous avions décidé de ne rien mettre vu la grande lisibilité des sujets très connus,, j’avais  ordonné mon dessin en conséquence et c’eût sans  doute, été préférable du point de vue décoratif. Voue serez aimable de me dire le plus vite possible ce  que Je dois faire.
 
           Sans pouvoir encore vous donner une date ferme pour
l’expédition Je puis vous assurer que vous aurez vos vitraux avant fin Septembre.

            Veuilliez agréer Monsieur le Recteur l’assurance de mon entier dévouement et de mes sentiments très respectueux  J.CH.Champigneulle.


T~L.I~




CHARLES CHAMPIGNEU LLE
ATELIEPS F0NDES A METZ EN 1832



VI TRAUX
Êmaux GRAND FEU SUR CUIVRE





                                                                                         PARIS 96, RUE NOTRE DAME DES CHAMPS (v~)


Le 14 Septembre 1933..


Monsieur l’Abbé HERVY
Recteur de PORSPODER
                                                                                           (Finistère)


Monsieur le Recteur,



J’ai l’avantage de vous informer que je voua expédierai. demain, franco domicile, (livraison è l’église de Porspoder) par Service rapide automobile Calberson cinq caisses marquées: C.C ? 905, C.C. 906, C.C. 907, C.C.. 908 et C.C..909 contenant vos vitraux et leurs armatures et posant ensemble 360 Kilogs.

Je vous serais obligé de vouloir bien on prendre livraison et m’aviser par télégramme de leur arrivée afin de me permettre de vous envoyer immédiatement un poseur.

Les caisses doivent normalement vous être livrées dans la journée. du Samedi 16 Courant; mon poseur pourrait donc partir dès Lundi prochain 18 Courant et terminer sou travail à PORSPODER avant la fin du mois Il y aurait lieu, dès maintenant, de prévoir l’aide d’un ouvrier maçon pour les scellements des cuivres et tringles  dans le granit.

J’ai ou le plaisir de recevoir hier la visite du Colonel LE  DUC qui a examiné quelques  vitraux et a bien voulu m’exprimer ses félicitations,. Vos vitraux sont particulièrement réussis et 1’espère, Monsieur le Recteur, que. vous en aurez la plus entière satisfaction.

Veuillez agréer, Monsieur le Recteur, l’assurance de mon dévouement attentif et de mes sentiments très respectueux.
                                                         Jean Charles Champigneulle.



Repost 0
Published by Jean Pierre Le Bihan - dans famille de peintres vitriers
commenter cet article
16 avril 2008 3 16 /04 /avril /2008 09:01
CHARLES CHAMPIGNEU LLE
ATELIERS FONDÉS A METZ EN 832


                    VITRAUX
Êmaux GRAND FEU SUR CUIVRE




PARIS, 96, RUE DAME DES CHAMPS (vt~)


le 3 Juin 1933


Monsieur le Recteur
de PORSPODER(Finistère)


Monsieur le Recteur,




Depuis le si     aimable accueil que voue m’avez réservé à PORSPODER je n’ai pas laissé de penser à votre intéressant programme.

Sous ce pli, Je vous communique deux croquis Nos.  4.979 et 4.98O très rapidement exécutés mais suffisants, j’espère,     vous donner une idée de la façon dont j’envisagerais cette décoration.

Âvant de vous envoyer des études plus poussées, j’aimerais que vous me formuliez vos observations sur le principe lui-même.

Le prix de chacune de ces verrières, y compris la pose, serait de Trois Mille francs (3.000.- francs) si, comme voue me l’avez fait entendre, il vous est possible de m’en commander plusieurs à la fois. Viendrait seulement on supplément la fourniture de barres on cuivre dont je voue indiquerai le prix à l’occasion d’un prochain courrier.

Je vous adresse, Monsieur le Recteur, mes remerciements très sincères pour la. confiance que vous m’avez témoignée et vous assure que je m’emploierai de mon mieux à faire dans votre église et à votre plus entière satisfaction une oeuvre très Intéressante et personnelle.

Vous remerciant de vos bienveillantes communications, je vous prie d’agréer, Monsieur le Recteur, 1’exprossion de mes sentiments dévoués et très respectueux


 LE TRAUBLON  RENNES                  .4 JUIN 1933

                        Monsieur le Recteur de Porspoder


Monsieur le Recteur,

Je reçois ici ce matin une lettre de Monsieur Champigneulle m’annonçant qu’il vous a envoyé à la date d’hier les deux premières maquettes pour travaux à exécuter dans votre Eglise.

Il me demande de relever les mesures précises et gabarits des parties cintrées et écoinçons des fenêtres. Comme suite à cette demande, j’aurais donc le plaisir de vous rendre visite à nouveau la semaine prochaine soit le 8 ou 9 dans l’après-midi. Il vous serait donc reconnaissant de bien vouloir attendre cette visite pour me faire part de vos observations sur les maquettes proposées.

Dans l’attente du plaisir de vous revoir, veuillez agréer, Monsieur le recteur, l’assurance de mes sentiments respectueux.

Le Traublon.

 
A suivre




Repost 0
Published by Jean Pierre Le Bihan - dans famille de peintres vitriers
commenter cet article
16 avril 2008 3 16 /04 /avril /2008 08:51


                                                VITRAUX
                            ÉMAUX GRAND FEU SUR CUIVRE



                        PARIS , 96, PUE NOTRE DAME DES CHAMPS (vie)



                                                 le    5 Juillet 1933


Monsieur le Recteur
de    PORSPODER (Finistère)

Monsieur le Recteur,



J’ai beaucoup regretté de n’avoir pas ou le plaisir de vous rencontrer lors de mon dernier voyage à PORSPODER.

Quoiqu’il on soit, mon représentant Monsieur LE TRAUBLON, m’a communiqué vos divers désirs. et observations de façon suffisamment explicite pour que je sois en mesure de voue satisfaire parfaitement. Les petits croquis que je vous avais soumis n’étaient que des indications assez rapides et Il est bien évident que l’exécution des cartons définitifs va nous forger à mettre au point bien des détails; c’est dire que je suis parfaitement d’accord avec vous pour les quelques modifi-cations que vous demandez.

Je suis particulièrement heureux, Monsieur le Recteur, que la simplicité général, du parti, à laquelle je m’étaie rallié, vous ait plu et je vais donner tous mes soins à cette intéressante décoration. Je compte vous adresser sous quelques jours la maquette du Baptëme de Notre-Seigneur; quant à celle du FOLGOËT je vous demanderai de patienter jusque vers la fin Juillet, l’artiste qui a étudié ces croquis avec moi devant aller en Bretagne prochainement et préférant étudier la scène sur plage pour établir un vitrail plus vivant et plus teinté de couleur locale.

Je vous confirme, Monsieur le Recteur, les prix  aussi. réduits que possible   pour l’ensemble de ce travail :
Chacune des dix fenêtres de la nef coûtera..........Frs: 3.000.— (Trois Mille francs)
La Baptême du Christ, dans la chapelle coûtera.......Frs: 2.700.— (Deux Mille Sept Cent. francs)






Enfin Monsieur le Recteur, malgré mon désir de ne pas vous importuner de ces détails Je suis forcé de vous demander un supplé-ment de Frcs 300,pour fourniture de barres ou cuivre massif. C’est donc un total de Frcs 33.000,,(trente trois mille francs) qu’atteindront tous les vitraux de votre Eglise, y compris la pose et tous les accessoires.

Vous n’aviez :fait envisager Monsieur le Recteur, que vous auriez peut-être quelque peine à. trouver d’un coup une si forte somme. Je trouve un tel avantage, du point de vue artistique aussi bien que matériel, à exécuter et poser ces vitraux on une seule fois que je suis à . votre entière dispo-sition pour vous accorder les plus larges facilités do paiement.

Il suffirait de me régler la moitié du montant total de la commande aussitôt après la pose des vitraux. Le solde me serait payé ultérieurement suivant vos disponibilités, en règlements  échelonnés sur taie période que vous pourrez me fixer vous même

Vous remerciant do vos prochaines communications, je voue prie d’agréer, Monsieur le Recteur, l’assurance. de mou entier dévouement et de mes sentiments très respectueux.
Jean Charles  Champigneulle
La date du 15 Août est malheureusement trop rapprochée et il ne serait pas possible de terminer et poser les vitraux pour cette date. Mais vous pouvez compter absolument sur la pose dans le courant de Septembre. Les vitraux seront certainement prêts et posés avant la fin du mois de Septembre.
A suivre
Repost 0
Published by Jean Pierre Le Bihan - dans famille de peintres vitriers
commenter cet article
16 avril 2008 3 16 /04 /avril /2008 06:11


Champigneulle    1- Charles, François, 1802-1882,


atelier fondé en 1832, après avoir travaillé avec Maréchal, à la basilique de Sainte-Anne d'Auray, Morbihan, dont il acquiert l'atelier.
Ce dernier en reste le directeur. Quitte Metz en 1870 pour Salvanges, (Bar le Duc)

         A deux fils
     Le premier, Emmanuel, 1860-  reprend l’entreprise que son père avait transféré à Salvange, dans le banlieue de Bar le Duc.
Le second
-Louis, Charles, Marie,, 1853-1905,dit Charles 2, né à Metz en 1853, mort à Savonnières en 1905.
 1878, Atelier à Bar le Duc,

puis en 1899, à Paris, 96 rue N.D. des Champs,

 puis en 1881, 40 rue Denfert Rochereau. Actif de 1878 à 1897,

 fils de Charles-François, travaille avec son père, directeur de l'établissement de vitraux de Metz.

En 1881, quitte la maison mère et reprend l'atelier de Nicolas Coffétier, rue Notre-Dame à Paris, dont il a racheté le fond.

 Il fonde la Société Artistique de Peinture sur Verre dont il est le directeur en 1899.

Ces deux ateliers jouent à la fin du XIXe siècle un rôle important dans la création et la diffusion du vitrail Art Nouveau. Leur production se répand dans tooute l’Europe.


 En 1919, il est chargé de la restauration de Notre-Dame et de la Sainte-Chapelle.
Travaille avec Pinta

Petit inventaire d'oeuvres que j'ai pu rencontrer en Bretagne.

1876, Arradon, Morbihan, chapelle Notre-Dame, FIG((figuratif), baie 0, présentation de la Vierge.
 .
1878, Moëlan-sur-Mer, Finistère, église Saint-Melaine, 18 baies, 100, 101, 102, 0,1,2,3,4,5,6,7,8,9,10, grisaille claire aves bordures XIIe pour les bassses et grisailles rouge et brune pour les baies hautes. Signées et datées de Bar-le-Duc.

Guiscriff,
Morbihan, église, chevet crucifixion, signée Champigneulle Bar le Duc.

1889, Saint-Jean-Trolimon,,Finistère, église Saint-Jean-Baptiste, FIG, baie chevet, saint-Jean-Baptiste, avant 1899.

Plouigneau, Finistère, église Saint-Ignace, baie 4,vie de saint Polycarpe sur quatre lancettes avec accompagnement de grisailles.

Bais, Ille et Vilaine, église Saint-Mars, plusieurs baies.

1889, Le Sourn,
Morbihan,église, signe, ancienne maison Maréchal de Metz, veuve et     Emmanuel Champigneulle; Succ.,  Bar le Duc.FIG, baie 0, saint Julien, baie 1, saint Michel, baie 2,  saint Louis de Gonzague, baie 3, saint Joseph, baie 4,  sainte Elizabeth, baie 5, Marie Immaculée, baie 6, Sacré-Cœur, baie 7 saint Jean,  baie 8, sainte Anne,  baie 9, Mater Dolorosa, baie 10, Notre-Dame de Lourdes, baie 11, saint Pierre, baie 12, sainte Bernadette, baie 14, saint François d’Assise, baie 15, saint Mathurin,  baies 16, saint Augustin, baie 17, sainte Cécile, baie 18, Notre-Dame de Grenenan, baie 19, saint Cornelius.


1896, Quimper, Finistère, église Saint-Mathieu; FIG transept bras nord. Jugement Dernier.

1898/1900, Plonéour-Trez,
Finistère, église Saint-Pierre, FIG, 14 baies, Socièté Artistique de peinture sur verre.96, rue Notre-Dame-des-Champs, Paris.
<<Belle collection de vitraux modernes sous l’inspiration de monsieur l’abbé Stéphan. >>
  Baie 0, remise des clés à saint Pierre, mission des apôtres. Transept,  Notre-Dame de Rumengol, avec saint Guénaël, saint Guénolé, le roi Gradlon, sant Corentin, Julien Maunoir prêchant entre le Folgoat et Lesneven, les saints de Plounéour-Trez, saint Pol, saint Derrien et saint Neventer noyant le dragon à Pontsuval, saint Enéour au bourg de Plounéour-Trez, saint Tanguy à Coat-Tanguy, saint Goulven, Michel le Nobletz ayant la vision de la sainte Vierge qui lui présente les trois couronnes.

Cf., les vitraux de Plonéour-Trez, abbé Stéphan. Oculi du transept, saint Augustin, saint Jérome, saint Ambroise, saint Grégoire le Grand.

1900, Bais, Ille et Vilaine église.

1902, Lantic, Cotes d'Armor, chapelle Notre-Dame-de-la-Cour, procession de marins.

1917, Le Croisty, Morbihan, église, Baie 2, sujet: guerre 14-18, monument aux morts.

1918; Quiberon, Morbihan église, 8 fenêtres dont 1 naufrage.

1913, La Croix Helléan, Morbihan, église.7 baies, FIG, baie 1, Vierge et Jésus, don de Berruyer, maire, médaillons sur fond de rectangles en verre cathédrale, bordure avec fleurs de pommiers, baie 2, sainte Famille, médaillon sur fond de rectangles verre cathédrale, bordure de feuilles de houx et de gui  baie 3, GR, don de Fablet, recteur, baie 5, Erection de la croix, baie 4, atterrisage d’un saint, ou débarquement, don de l’abbé Bret

1921,Dinan, Ile et Vilaine église Saint-Malo, carton de H.M. Magne, exécution Charles. Champigneulle

1923, Taulé, Finistère église Saint-Pierre, Chœur, 11 baies hautes et basses, Notre-Dame de Lourdes, sainte Anne et Marie, saint-François et le Christ avec texte en breton, saint Pierre, Sacré-Cœur, saint Paul, Nativité, Crucifixion, Résurrection.

1933, Porspoder, Finistère, église Saint-Budoc., 11 baies, avec Choisnard ( Je possède la correspondance, dossier Porspoder.)   
Sainte Anne et Marie, saint Michel, sainte Thérése, Vierge secourant un breton, ou vision de Nicolazic, saint Pierre, pêcheur, le Sacré-Cœur et Marguerite-Marie Alacoque, sainte Bernadette et Notre-Dame de Lourdes, la sainte Famille ;Apparition à Jeanne- d’Arc .
Dates inconnues:

Tréogat, Finistère
, église Saint-Boscat, chevet, GR Champigneulles et fils, Paris, oeuvre probable de Charles le troisième, connu des Le Chevallier, Gruber et Mme Saluden. Mort  en 1908 dans la cloche, ai connu son neveu à Paris.

Lesneven
, Finistère, Chapelle Saint-Joseph, vers 1882
FIG, chevet, 2 baies, la Sainte famille et Jeanne d’Arc.

Vannes, Morbihan
, les Carmes, avec Maréchal, 1 baie.
Quatrième, Emmanuel, Marie Joseph, frère de Louis Charles, Marie, élève de Maréchal. Collaborateur veuve Charles Champigneulle;  Un dénommé Frittel est directeur de l'atelier en 1882.
Le Relecq-Kerhuon,Finistère église Notre-Dame, vitraux disparus guerre 39-45.
            Travaux hors Bretagne:
1883, cathédrale de Chartres, restauration. Yevres, Maine et Loire, monument aux morts

            1889, Vierzon; Eglise Notre Dame : restauration

            1894-95, Sablé sur Sarthe, Egl N.D. 14 fenêtres

            Brissac( Maine et Loire)   
            cf, abbé Stéphan, curé de St Renan, 1903-1905
            Cf , archives Porspoder-Le Bihan.
Repost 0
Published by Jean Pierre Le Bihan - dans famille de peintres vitriers
commenter cet article