Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 mars 2007 6 31 /03 /mars /2007 17:21


                        CATHEDRALE SAINT CORENTIN  QUIMPER




                        Lundi tout est gris
                    ans la vieille cathédrale
                    Dans la musique angélique
                    Où cent ouvriers casqués
                    Bâtissent un échafaudage
                Plus beau que ceux des fusées


                    Puis chez le maître verrier
                            Le raccommodeur
                        De lueurs anciennes
                        Au fond du faubourg
                    Choisissez bien votre verre
                   Bleu de cobalt rouge manganèse
                    Recouvrez-le de grisaille
                        Laissez sécher
                    Placez dans le soleil
                Et Maintenant lentement
                Avec un morceau de bois
                Des aiguilles des plumes d'oie
                    Ou bien vos doigts
                Faites fuser des lumières


                Avec un pinceau de martre
                Modelez cette paupière
                Et la forme du sourcil
                Et cette ombre de sourire


    Passe un compagnon en blouse bleue, une rosace sous      le bras, qui  perd en chemin  des bouts d'anges,  de         vierges,  de rois,de draperies, d'auréoles. Tout  est gris                 sauf  leur  tintement.


            Rien n'est plus triste, père
            Qu'un vieux vitrail hors de sa place
            Car sa lumière et lui
            Etaient inséparables


            Sable et cendres font le verre, dit-il
            Et le désert surgit
            Où rien ne se gaspille
            Sinon le temps


            Cet instant de cent ans
            Dans le désert il faut bien
            Chaque jour sur le chemin
            Glaner la moindre brindille
            Si l'on veut faire un feu au soir


                        Suffit la mélopée


                    Il faut avoir des défauts
                    Pour faire jouer la lumière
                    Telle est la leçon du verre


                    Un visage de larron sourit
                    Qui ira au four cette nuit          


                           
 
                   
 
                       
 
 
                        Compère qu'as-tu vu

                            Jean Pierre Abraham
                            Véronique Caroff
                                    mai 1993
                            aux éditions Le temps qu'il fait







Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pierre Le Bihan - dans famille de peintres vitriers
commenter cet article

commentaires