Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 juin 2007 7 03 /06 /juin /2007 16:55
 
 

                                   RENNES EGLISE
                                            SAINT GERMAIN


                SAINTE ANNE ,SAINT JEAN,
                   LA VIERGE A L'ENFANT


Ces trois personnages, avec la Vierge de l?Apocalypse, remplissent le haut des quatre lancettes  de la baie sud de cette église de Saint-Germain, baie qui est composée de vitraux provenant probablement de divers fenêtres de cette église , dont la baie ouest  qui possédait un vitrail offert en 1545 par une confrérie de Merciers et Epiciers de Rennes dont le saint patron est saint Michel Cette baie était en mauvaise état, les sujets incompréhensibles.

les meneaux de pierre en mauvais état.
Nous fûmes donc amenés en 1993 à la restaurer. Cela nous a permis de mettre un peu d'ordre dans la disposition des panneaux qui la composaient et rendre à ces vitraux leurs histoires.

            Sainte Anne.

Elle est assisse  dans un fauteuil en bois, un livre ouvert, posé su ses genoux, et tenu de ses deux mains.

Sur une chemise blanche elle porte un robe verte et un manteau rouge. Derrière sa tête, un nimbe orange semé de flammes
plane . Un rideau de damas bleu ferme la scène.


 Son visage, qui est ici celui d'une personne d'un certain âge, porte une certaine attention sur la petite Marie. Celle-ci, la main droite sur son coeur lit avec respect le texte de prière. Une lourde couronne de  reine lui tire la tête en arrière, laissant apparaître une mèche de cheveux blonds.

Elle porte des habits qui ont les mêmes couleurs que ceux de sa mère.

Saint Jean l'Evangéliste.

Ce saint Jean nous le retrouvons dans cette même baie mais sur plusieurs panneaux de vitraux racontant une partie de sa vie. Vitraux qui ne sont ni de la même époque ni de la même main.

Ici, il est debout devant un rideau bleu à damas, portant sur la tête le même nimbe flamboyant que saint Anne mais de couleur rouge. Son visage  est imberbe comme la tradition lui donne . Suivant cette même tradition ce visage doit être d'aspect juvénil etavoir des cheveux blonds.

Il porte de la main gauche le calice d'où sort une masse verte qui est la couleur donnée au diable et par là au serpent, en référence à la scène de l'arbre du paradis; .

 Toujours suivant la tradition, ayant survécu à l'ingestion du poison que lui avait  imposé Aristodème,  épisode de sa vie qui est rapportée dans le blog, on lui met un calice chargé d'un ou des aspic ou d'un crapaud. Le serpent porte souvent sept corps, rappel possible de la bête de l'Apocalypse, et des sept églises.

Il est habillé simplement, un manteau rouge avec col sur une robe verte..

La Vierge à l'Enfant.

Un fond rouge reçoit cette scène où la Vierge Marie est présentée avec son enfant. Elle a pris la stature, robe rouge et manteau vert, d'une femme forte, debout, portant son fils sur le bras droit et le maintenant de l'autre main. Son visage qui n'est pas de la prime jeunesse paraît même un peu sévère, très loin des autres représentations de ce sujet.

 Un nimbe blanc se détache derrière sa couronne moins monumentale que celle de l'autre scène. Une mèche blonde descend  loin sur son épaule, attribut iconographique de toute vierge.

                L'enfant , très         légèrement habillé d'une petite chemise ,  au visage, nimbé de blanc, encadré de cheveux d'or, offre un léger sourire, appuyé de ses yeux heureux, regarde le spectateur à l'encontre de sa mère  dont le regard  se perd vers la doite.

La main droite de l'enfant tient des deux doigts un objets qui peut-être un fruit. L'autre main s'attarde sur le pied gauche.
      




Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pierre Le Bihan - dans famille de peintres vitriers
commenter cet article

commentaires