Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 août 2009 3 26 /08 /août /2009 10:50

« POUR LA RESTITUTION DE LA VERRIERE D’ORIGINE » ci dessous photo de l'état des panneaux après le passage de la tempête.d'octobre 1987,Il s'agit d'une verrière du XIX° siècle du bras sud du transept  qui était l la plus intéressante de l'édifice L'auteur en était Charles Lévêque et le sujet les mystères du Rosaire.

Ell a été  refaite d'après des clichés photos  par l'atelierde jean-Pierre Le Bihan



La verrière qui a disparu était la plus intéressante de l’Eglise par sa coloration, sa fragmentation, sa composition et la qualité picturale des panneaux figuratifs.
Elle est signée dupeintre verrier Charles Lévêque, mort en 1889 et habitant Beauvais. Il exercait sur toute la France et participait aux Expositions universelles de 1867 et 1878.
En dehors de la verrière d’axe, c’est le seul témoignage de cet atelier dans la région.
Quant au thème 2, je ne suis pas partisan car lorsque l’on étudie la verrière de Champigneulle, l’échelle des scènes figuratives et des personnages correspond à l’échelle des panneaux à entrelacés. La coloration de ces dernières avec les personnages fait un tout. En créant 18 panneaux figuratifs, l’échelle ne correspondra plus aux entrelacés. Il en sera de même pour la coloration, les Mystères du Rosaire ne peuvent être dans les tons des personnages figuratifs de la verrière Nord.
De plus, je pense que la composition horizontale de la verrière de Charles Levêque avait plus de tenue que la composition verticale de la verrière de Champigneulle.

 
COMMUNE DE PLOUIGNEAU  VERRIERE OUEST

Avec beaucoup de difficultés, dû d’une part aux nombreuses pièces en verre blanc dont la grisaille avait disparu sur le cliché d'avant cette tempête.

Et d’autre part à une suite de sujets sur la vie de la Vierge, plus proche d’une dévotion XIX sièclNous avons donc effectué des recherches sur des vies de la Vierge; que cela soit GIOTTO “la chapelle des Scrovegni” à Padoue ou chez Fra Angelico, musée du Gésir chez qui l’on trouve de nombreuses compositions identiques. Nous avons découvert les derniers sujets incompréhensibles dans une Histoire de la Sainte Vierge de L . AYMA de 1861.

NOTE SUR NOTRE DAME DES SEPT DOULEURS

2 textes nous le confirment :
le 1° cf AYMA pendant les préparatifs de la mise en Croix, Saint Jean et les Saintes femmes conduisent la Vierge dans une grotte pour lui éviter la vue du début du martyr de son fils (actuellement Notre-Dame. des sept douleurs).
le second, une miniature du XIV0 dans le spéculum humanae salvationès qui se trouve à la bibliothèque nationale, place la Vierge en face d’une armoire contenant les souvenirs de son fils et à cette vue, la mère désolée se voile la figure.
    
                    NOTE POUR MARIE AU TEMPLE



    confert AYMAR “elle se livrait aux travaux manuels réservés par les usages,. tantôt elle filait le fil, la laine ou le lin destinés aux vêtements des lévites,  tantôt elle priait.”
         cf traité d’iconographie du XIX) confirme le texte d’Aymar.
    C’est un sujet d’époque car il nous reste 2 cartons du peintre verrier morlaisien Nicolas sur le sujet.
Nous proposons les sujets suivant
Nativité de la Vierge Présentation au Temple de la Vierge Vierge au temple le mariage de la Vierge l’Annonciation la Visitation l’Annonce aux bergers  les noces de Cana

                                                                         la résurrection de Lazare




Notre-Dame des sept douleur, la mise au tombeau “Noli me tangere—  l’Assomption
le Couronnementde la Vierge la Vierge consolatrice des affligés, Promulgation du dogme de l’Immaculée Conception 1854 la médaille miraculeuse.
Il    restera à décider le sens de la lecture.
-

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pierre Le Bihan - dans vitraux disparus et comment
commenter cet article

commentaires