Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 décembre 2007 1 17 /12 /décembre /2007 04:49
GOUESNOU, église Saint-Gouesnou, des XV et XVI° siècle

                             PHOTOW-copie-2.jpgune Passion aurait été détruite sous la                                             Révolution signale Le Guennec.

Dans le tympan, écusson de René de Rieux, évêque de 1613 à 1651.


1607, Dimanche 7 janvier. Procès Verbal de l’état des prééminences  en vue du démolissement du choeur parce que l’église est trop petite et trop basse.


La grande et maîtresse vitre 

Elle est composée de quatre pannelles ( lancettes) et d'une rosace au dessus de sept soufflets, dont le plus haut présente une image de saint Gouesnou, patron de la paroisse..
Illustration Charles Géniaux.

Aux autres soufflets, il y a neufs écussons qui sont les armes des du Brignou; Brignou en alliance avec du Pont,  Brignou en alliance avec Guellennec, Brignou en alliance avec Tyvarlen. Aux deux lancettes au-dessous, deux représentations l’une qui est de Ploeuc et Guergorlay, la seconde de Ploeuc Guergorlay en alliances avec Brignou. Au-dessous, armoiries de du Brignou en alliance avec du Pont. Au milieu de la vitre, deux soufflets avec les armes pleines de Meslean ; vers le midi autre écu, celui de Meslean avec Kergroazes, puis armes de Meslean avec armes de Kermorvan Jourdren, suivi d’armes de Meslean Kersauzon.  En la rosace au-dessous de l’image de saint Gouesnou, les armes de Meslean.
 Les Brignou, Guellennec, Tyvarlen,sont inconnus par Potier de Courcy, par contre pour de Ploeuc, il signale que leur fille, Jeanne, unique héritière, épouse vers 1292 Tanguy juveigneur de kergorlay à la condition que leurs descendant prennent les noms et armes de Ploeuc. Pour Jourdren, il est signalé seigneur de Meslean en paroisse de Gouesnou. Quand aux Moeslan ils ont fondus dans Rivoalen.


 Dans la nef du côté nord, en la chapelle du Brignou, il y a une fenêtre composée de trois lancettes et  d'une rosace au-dessus de trois soufflets.  Au plus haut sont les armes de Ploeuc et Guergorlay, et dans le soufflet dessous,  côté nord, de Ploeuc et Kergorlay avec celles du Brignou en alliance. Dans l’autre soufflet, probablement celui du milieu, les armes de Ploeuc et Guergorlay en alliance avec Goulaine. Au bas de la lancette, au nord,  il y a une représentation portant les armes de Ploeuc et Guergorlay et, en l’autre, au Midi,les armes des Ploeuc et  Goulaine.

Du côté nord, il y a une chapelle, avec fenêtre à deux lancettes et une rosace  portant un écu aux armes de Ploeuc et Goulaine.
En la lancette côté ouest,  sont les armes de Ploeuc et Guergorlay en alliance avec Brignou.
Toujours côté nord, autre fenêtre à deux lancettes et une rosace de trois soufflets. Au plus haut  les armes de Kergroas, en la rosace à l’ouest , Kergroas et Gazret, en l’autre rosace au sud Kergroas et du Tromeur. Dans la lancette du côté ouest armes de Kergroas et Keruzou, au dessus en l’autre lancettes les armes de Kergroas et Carman.

En la chapelle de Meslean, une fenêtre offre une représentation de la Vie de saint Jean, avec au dessus de la rosace huit écussons. Au plus haut  les armes de Meslean, au dessous et au nord, Meslean et Fournevel, au sud armes de Meslean et Penannech. Dans les autres, Meslean et Kersauzon, Meslean et Kergroazes, Meslean et Frontyven, Meslean et Treuiguer.

Dans la nef, côté sud,


autre fenêtre à deux lancettes  et une rosace, en cette dernière, armes de Meslean et Kersauzon, en l’autre lancettes, du côté ouest, armes de Meslean et Kerandraon.

Toujours du côté sud, une premiere fenêtre, plus haut, composée de deux lancettes  où en une rosace sont les armes de Meslean..
L’autre fenêtre, plus bas, qui possède aussi deux lancettes il y a une rosace avec les armes de Meslean et Kergroazes.

Plus bas, au pignon sud, est  une fenêtre, vis à vis des fonds baptismaux, qui est à présent non armoyée.
,
Au bas de l’église sous la tour il y a une fenêtre à deux lancettes vitrées et non armoyés

Après le reconstruction
,  de 1607 à 1615.

le choeur aura trois grandes fenêtres chacune de trois lancettes et de cinq soufflets. La lancette du milieu a une rosace de cinq soufflets avec au plus haut l’image de saint Gouesnou qui y sera remise. Les armes seront rétablis dans ces baies et certaines autres, cependant toutes les autres fenêtres du corps de la dite église seront garnis de vitres blanches et ne pourra aucun mettre ses armes sans le consentement de tous et pour le profit de l’église.

 1718, 15 avril, orage qui détruisit entièrement l’église et y mit le feu
.
1719, suite à cetteorage , François Fayot fait des  .travaux de vitrage pour 75 livres

Vers1860, 
vitraux  des baies des bas-côtés représentaient la vie de saint Gouesnou, Au bras nord du transept,la vie du ,
Christ.Au bras sud : la vie de la Vierge.
Les trois baies du choeur présentaient, au centre La Passion, à gauche, l’Adoration des mages et la Transfiguration, à droite, l’Adoration des bergers et l’Ascension.

Il s’agissait probablement d’œuvres du verrier Morlaisien Jean-Louis Nicolas. Ces verrières sont signalées par Dominique Dantec en 1880.
Quant à Le Guennec, il s’agit de « vitraux modernes. »

Les bombardements détruiront tous les vitraux. L’atelier Jacques Le Chevalier de Fontenay aux Roses, avec l'atelier jean pierre le bihan de Quimper, fournira de nouveaux  vitraux en 1969-1970.En août 1982, deux éléments de vitraux sont brisés et recréés;.


Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pierre Le Bihan - dans famille de peintres vitriers
commenter cet article

commentaires