Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 mai 2008 5 16 /05 /mai /2008 16:21
Moustoir-Remungol


Eglise Saint-Gorgon XVI-XXe


Relevé 1993?

 Toutes les baies  sauf les 6 et 5 au nombre de 10 sont en lancette cintrée unique dont les dimensions sont très proches d’un mètre sur 1, 80 de haut

 Baies 6 et 5, 2 lancettes trilobées et réseau en fleur de lys

baie 6 restes de vitraux anciens.
1996, Budet, ensemble des vitraux.

Chapelle Notre-Dame des Fleurs, dite aussi
chapelle de Moric , construite entre 1490-1500 par un seigneur de Kermavan, Ellepossédait dans la baie du chevet jusqu'au début XXe(1912) un « vitrail représentant les scènes de la naissance et de la mort de Jésus »

Verre blanc ? plutôt vitraux sous plomb dans les 6 baies en ogive


Chapelle du Sacré-Cœur, XIXe

 1890, 6 baies en ogive de 3 panneaux avec dans niches néo gothiques, la Flagellation, l’apparition du Sacré-Cœur à Marguerite-Marie Alacoque,  Benoît-Labre. sainte Julienne  sainte Marguerite de Cortobe,
 le vitrail sur Benoit-Labre de la même époque aurait été remplacé par une dalle de verre.

Baie ouest quadrilobe en dalles de verre
Repost 0
Published by Jean Pierre Le Bihan - dans famille de peintres vitriers
commenter cet article
9 mai 2008 5 09 /05 /mai /2008 04:20




Rennes.    Notre-Dame-de-Bonne-Nouvelle.

Dans la première haute salle du logis qui donne sur la cour, on voyait les armes de François de Laval,1 évêque de  Dol, 1528-1556. «  D’or à la croix de gueules chargée de 5 coquilles d’argents cantonnée de 16 alérions d’azyr.
Cf. Vie des Saints. 1901.
Dans cette famille de Laval il u a plusieurs évêques, Guy évêque de Cornouaille en 1324 puis du Mans, Pierre évêqur de Rennes, un nsecond Pierre évêque de Rennes, de Saint-Brieux, de Saint Malo , Henri évêque de Léon et François, bâtard de Laval, abbé de Paimpont et du tronchet et évêque de Dol. (armorial de Bretagne tome II)

Repost 0
Published by Jean Pierre Le Bihan - dans famille de peintres vitriers
commenter cet article
6 mai 2008 2 06 /05 /mai /2008 05:46
;
La CHAPELLE-JANSON

Eglise Saint-Lézin.(c)

voir autre article plus conséquent et plus photos<;
http://jeanpierrelebihan2.over-blog.com/article-19382410.html

        ~. Le réseau de la grande baie au sud a été entièrement refait en 1917 pour recevoir un vitrail de l’atelier ‘Alleaume de Lavai (vitrail de la Résurrection).

On sait qu’il existait un vitrail ancien, en 1780, «la grande vitre du Rosaire» dont ne subsistaient plus au XIXe siècle, selon l’érudit fougerais Maupillé, que «quelques vestiges de vitraux coloriés, mais... insignifiants.

Cette grande vitre  se trouverait avec des compléments, (Les vitraux de Bretagne du CorpusnVitrearum), dans la baie 0.

Les meneaux en pierre qui existaient primitivement ont été brisés et remplacés par une armature en fer.

 La verrière toute entière a du disparaître en même temps et faire place à celle qui existe aujourd’hui. »

restauration de l'atelier  quimpérois jean-PierreLe Bihan en 1998.


 En 1780, trois livres sont payés par le trésorier de la paroisse au vitrier Houët «  pour avoir raccomodé la grande vitre du Rosaire » arch. dep, Ille et VIlaine




Repost 0
Published by Jean Pierre Le Bihan - dans famille de peintres vitriers
commenter cet article
6 mai 2008 2 06 /05 /mai /2008 05:06


Commune de Grandchamp. Morbihan 



Eglise Saint-Tugdual, 1865,

d’époque Romane, Nef  du XVe Chœur du XVIe siècle.

 Suite à la reconstruction, les vitraux en place, ou ce qui en était, ont été remplacés par des oeuvres donnés comme étant de Garnier de Tours,1885, pour ma partj’ai lu Fournier





Chapelle Notre-Dame du Burgo
.XVII°siècle.


VITRAUX DISPARUS

 Dans la baie du chevet, de 1615, une Vie du Christ et le blason des familles de Rohan-Pouldu,( de Rohan du Poulduc, paroisse de Saint-Jean-Brévelay) La feuillée,  ont été saccagé et détruit par des militaires en 1880, cf chanoine Danigo.

Cf revue Breiz-Santel, n° 126, une partie des vitraux est refaite à neuf entre 1939 et 1945.


 
Repost 0
Published by Jean Pierre Le Bihan - dans famille de peintres vitriers
commenter cet article
4 mai 2008 7 04 /05 /mai /2008 05:41
Guidel


Eglise paroissiale.


Dans la maîtresse vitre,
il est signalé
,
 dans le bulletin de l'Association Bretonne, 1877 et qui est repris par le Bulletin de Société Archéologique du Finistère 1991

la présence d'armoiries de la maison de La Sauldraye, d'argent au chef de sable, chargé d'un la
mbel d'or                

Su
ite aux combats du front de Lorient,d'août 1944 au 8mai 1945, l'édifice et ses vitraux ont souffert.


Avant 1982, on trouvait dans les baies 1,2,5 et  ceux de la nef  de lavitrerie, de montage losange et verre cathédrale

.

La baie 3, un vitrail sur saint Jean, offert par le sénateur maire, monsieur Le Montagnier , 1982.

La baie 4,un vitrail  sur saint Louis, offert par le prince Louis  de Polignac. 1982
Il existait aussi un vitrail sur les prisonniers de guerre.

  Ces vitraux ont comme auteur les verriers: Guével,1945, Maumejean 1949, Milon 1983 et le Bihan1982 ont animés les baies.

 Chapelle Saint-Mathieu,XV°XVII° siècle

années 198O débris de vitraux figuratifs de Fournier dans deux fenêtres, suite a vandalisme, Ils seront restaurés et complétés par la suite

 Chapelle Saint-Fiacre,  XV° XVI° siècle,restes de vitraux en 1982

.

 


Repost 0
Published by Jean Pierre Le Bihan - dans famille de peintres vitriers
commenter cet article
3 mai 2008 6 03 /05 /mai /2008 06:11


Locminé    ancienne église,

Les verrières des XIXe et XXe n'ont  pas été restituées lors de la construction de la nouvelle église. Elles étaient  encore en stock, en 1995,au Pack de Lorient.Inventaire de Jean-Pierre Le Bihan en 1995 sur la demande des M.H.

1845, il est signalé la pose de verres colorés à la place du verre blanc.

1878-1879, il est signalé  que les vitraux de Fournier ,père,  et ceux du fils posés en 1913. ont été détruits lors des bombardemen

Eglise Saint-Sauveur et chapelle Saint-Colomban.

Eglise et chapelle devenues église neuve en 1975 c


Avant elles étaient accolées et avaient un passage pour communiquer peu pratique. La seconde datait des XV°et XVI°.La baie du chevet,    

Avant 1975, elle offrait l'histoire de Saint-Colomban en quelques panneaux.du XVI° siècle,panneaux deVitraux qui ont été incorporés dans   trois dalles de verre de  Michel Guével lors de la reconstruction,1977





Eglise Notre-Dame du Plasker. (I.S)


Baie O,
verrière  du début XIXe, proche des kaléidoscopes, avec apport  de verre dépoli avec enlevé.  Est en très mauvais état. en 1995.
 Dans le réseau à fleur de lys, en supériorité,on trouvait un triangle bleu de la Trinité entouré de petits nuages en verre blanc accompagnés de rayons de verre jaune, Des palmes sont exécutées avec divers verres  jaunes, étoiles  roues au centre rouge et rayons
verts et blancs et couronne jaune , croix blanches sur fond bleu et filet jaune.
 
  les têtesdes de  quatre lancettes se terminent par une croix sur verre dépoli
En a.  Panneau supérieur. Au pourtour, losanges verticaux en verre dépoli blanc sur fond jaune moyen et jaune foncé, avec fleur aux quatre angles,   au centre soleil ou étoiles de 16 branches jaune moyen et jaune foncé,  sur verre blanc dépoli, Panneau au dessous,  pourtour de rayons jaunes et au centre trèfle à quatre feuilles de couleur rouge sur fond en verre dépoli blanc.
En b, montage losange dont les pointes sont coupées donnant aux intersections des rond de couleurs, vertes et rouges ou vertes et jaunes.
En c , néant,  même carton qu’en b.
En d , même carton qu’en a.

 1996. Non figuratif JPLB, architecte monsieur Pilven

Baie 1, 1996,  2 lancettes trilobées de 4 panneaux et réseau composé d’une mouchette et 2 écoinçons. Non figuratif, JPLB, architecte monsieur Pilven.

Baie 2 grisailles proches de Laumonier, début XXe. Restauration JPLB 1996


Baie au-dessus porche ouest

 Vitraux à base de grisailles  début XX° dans les lancettes et dans réseau .
Dans ce dernier 3 écoinçons avec des vitraux du XVI° dont, entourées de rayons, une  tête de Christ  avec couronne d’épines et longs cheveux , travail de grisaille de sanguine et de jaune d’argent.

et 2 anges  de la Passion , l’un aux ailes violette portant la canne éponge et l’autre l’échelle. Ses ailes ont disparu.





Repost 0
Published by Jean Pierre Le Bihan - dans famille de peintres vitriers
commenter cet article
3 mai 2008 6 03 /05 /mai /2008 05:38

Hennebont, départemet du Morbihan

Eglise Notre-Dame du Paradis. 1513- 1530
Basilique.
 Les vitraux actuel du verrier Max Ingrand, 1955/1965ont remplacés ceux qui ont disparus en dommage de guerre.


L’abbesse de l’établissement du Terrier en Bretagne, 1679, avait seule le droit de mettre ses écussons dans les  premiers et grande vitre du sanctuaire.

Thomase de Rieux, abbesse au commencement du XVIIe fit supprimer les armes que son beau frère Pierre de Rohan, prince de Guémené avait fait poser ? Arch. Nat. I. 1615-1625.

Repost 0
Published by Jean Pierre Le Bihan - dans famille de peintres vitriers
commenter cet article
28 avril 2008 1 28 /04 /avril /2008 20:10
l
L' église saint-Nicaise de la commune de saint-Nic dans le Finistère posséde deux verrières anciennes qui n'ont pas suscité, jusqu'à ce jour, de nombreux articles, bien que ces vitraux ont été classés en 1906.
 
Tout au début de ce vingtième siècle le verrier Ottin, auteur d'un opuscule fort de près de 400 pages, cite la commune comme possédant des vitraux du XVI°siècle; Il en remercie l'abbé Abgrall,historien, qui lui a fourni la liste des vitraux anciens du Finistère. Dans ses notes  manuscrites, parfois sur le dos d'avis de décès ou de mariages,notes prises sur le vif et conservées à la bibliothèque de la ville de Quimper, l' abbé Abgrall n'y porte que 4 lignes.

EN 193O
, un autre abbé du nom de Parcheminou, dans "St Nic une paroisse cornouaillaise pendant la Révolution" décrit les deux verrières au long de 80 lignes.
Le premier répertoire des Eglises du Finistère" de Couffon
et Le Bras ne signale que" des vitraux du xvième siècle".
La seconde édition du même ouvrage est plus loquace:" vitraux du XVIième siècle classés dans les fenêtres du transept: au nord la Passion en 7 panneaux et au sud, mosaïque d'un jugement dernier, avec adorateur à genoux, présenté par une sainte";
Il s'agit en fin de compte d' un seigneur en orrant présenté par son saint patron, Saint Jean.

En 1979, l' abbé Dilasser, dans Locronan et sa région" accorde une dizaine de lignes dans lesquelles on découvre que le donateur est du XVième siècle.

C'est tout, à ce qui me semble, ce que l'on puisse trouver sur ces vitraux qui offrent pas mal d'énigmes par leurséléments d'époques différentes, XVième et XVIième siècle, leurs diverses restaurations, parfois malheureuses, malhabiles et leur analogie avec d'autres verrières.
Cela est confirmé? un tant soit peu par l'abbé Parcheminou qui note avant 1929 que les verrières étaient rapiécées de verre ordinaire.

Cette façon de procéder nous fait penserà la technique de conservation du verrier quimpérois Cassaigne, du milieu du XIXième siècle.Les restes du tympan ou réseau de la baie du chevet nous confirment son passage dans cette église.

La restauration de 1929.
voir  http://jeanpierrelebihan2.over-blog.com

une contribution de 3000 francs le 22 septembre 1927 ;

Le ministre attire l’attention du Conseil Général sur la mauvaise volonté de certaines communes qui méconnaissent trop souvent la richesse de leur patrimoine.


La RESTAURATION DE LA PASSION EN 1929 ;

Suivant  le constat dressé par l’abbé Parcheminou, le verrier restaurateur s’est donc trouvé devant des vitraux dont les manques étaient en verre blanc et qui étaient évalués à une surface de 1m2 par l’architecte.

L’armature de ferrures, qui devra être conservée, partageait la verrière en 15 panneaux dont les sujets, au nombre de sept, emplissaient deux panneaux chacun.

Les manques en verre blanc concernaient les parties hautes de la Flagellation et  du Couronnement d’épines.
Un filet encore ne verre blanc devait courir le long des fers verticaux  et au-dessus des scènes de l’Arrestation  et du Couronnement d’épines.

L’abbé Parcheminou signalait de  chaque côté de la Crucifixion  » dans les petits panneaux, il y a un ange à genoux adorant le Christ ».Actuellement, nous n’avons rien de cela ; nous nous trouvons devant deux têtes dont une ancienne qui n’est pas, semble-t-il, celle d’un ange.

Le verrier de 1929, qui pourrait être le verrier parisien Tournel, a donc reconstitué les manques des sujets figuratifs de façons approximatives sans se réferrer à une source possible telle qu »un carton antérieur, ce qui est le cas ici pour beaucoup de panneaux.

Les filets verticaux ont été traités en cannelures. Ces pièces n’ont pas du résister à la rouille des ferrures et à la dépose de 1942 ; De nombreux plombs de casse les défiguraient.

Pour faire une séparation entre le panneau de l’Arrestation et le bas de celui du Portement de Croix, une clôture d’enclos, dans l’esprit des arrestations du XVI°, mais incompréhensible,  a été posée.


LA DEPOSE DE 1942  voir: http://jeanpierrelebihan2.over-blog.com




Repost 0
Published by Jean Pierre Le Bihan - dans famille de peintres vitriers
commenter cet article
23 avril 2008 3 23 /04 /avril /2008 05:53


SAINT-HERNIN. UNE église riche dans le temps de vitraux du XVI°siècle
 
Eglise Saint-Hernin.

 En 1982, lors de l’ouverture de la fenêtre  bouchée du bras droit du transept,  qui donne sur une sacristie, découverte  d’éléments de vitraux XVIe avec un blason de vair .
métaux or et émaux gueules. Dans le réseau trouvé verre soufflé avec boudine  Vitrerie et restauration atelier jean-Pierre Le Bihan.

En baie 2, (la seconde fenêtre du côté sud) sous  le torchis, il est mis à jour  un blason avec heaume de tournoi empanaché , le tout surmonté d’une oie.

Dans la maîtresse vitre,  il a été relevé deux petites pièces d’architecture  du XVI° siècle incorporées
dans  des vitraux  de grisaille de la 1er moitié XXe,  (1920- 1932) don  du Comte de Willarmois.Auteur probable atelierRault de Rennes qui a remplacé des vitraux de l'atelier morlaisien Nicolas

 En baie 8, existance d'une pièce  du XVIe siècle avec grisaill

 BOITE VERRIER XIXe, Nicolas, 2 clichés, non datés proche 1982
BOITE XV-XVIe, 8 clichés, 4 non datés,  4 clichés 1983.
BOITE XIXe, 3 clichés non datés
Baie 0, deux petites pièces d’architecture XVIe, grisaille, posés à la sauvette sur baies de la nef.

 Baie 1, 3 et 4, grisailles  identiques au Chœur, sans intérêt.

 Baie 2, 1982,    baie à 3 lancettes trilobées et réseau en fleur de Lys .Lors de l’ouverture de la fenêtre bouchée du bras droit du transept, découverte  d’éléments de vitraux XVIe avec un blason de vair,
 
Nef, soit baie 5,6,7,8 10, panneaux de vitraux grisaillés sur quatrefeuillles en  montage de pièces  losanges carrés,  provenant du choeur et des baies du transept, posés là provisoirement depuis (1920-1932), pour boucher les trous et les renforcer on trouve un vitrail en verre blanc montage borne.

Baie à 2 lancettes cintrées de3 panneaux et réseau composé d’1 oculus et 2 écoinçons, montage « tranchoir en losanges » en verre blanc.

 baie 6,  1982, sous torchis,  dans mouchette au-dessus d’une baie à deux lancettes trilobées, blason avec heaume de tournoi empanaché, le tout surmonté d’une oie. Restauration JPLB. Le motif de l’animal apparaît dans les gravures de Durer vers 1520, mais aussi dans les vitraux de Lizandre en Plouha, cf Roger Barrié, revue de l’Ouest. Aussi Claude Bourriquen, Dormition de la Vierge où un cygne apparaît sur le heaume et qui seraient les armes de Jean L’Honoré. A rapprocher avec un blason scumpté de Saint-Vougay où  deux oies regardent vers le choeur. oie, pourquoi, champion du jeu de l’oie, très à la mode à l’époque ?
Couleur : fond rouge d’origine, presque noir et illisible, attaqué de l’extérieur comme au jet de sable ; jaune et bleu avec gland, aile de l’oie bleu vert. Plombs au rabot, très friable dû à l’âge, se cassant en deux, même en épaisseur. Pièces  de verre coupées au fer rouge et grugées, certaines très épaisses allant jusqu'à 7 m/m, nombreuses pièces de coupes hardues.

Baie 7, bois.


baie 8,  pièce XVIe avec grisaille


Autres baies grisailles de JL Nicolas, pose de polyester plane en applique pour conservation même date soit 1982 ; JPLB


Chapelle Sainte-Anne (I.S) ossuaire
BOITE XIXe, 3 clichés 1992

Baies cintrées de 3 panneaux, montage en verre antique teinté, à base de « double bornes à la pièce carrée » ou celle-ci  est replacée par une pièce ovale

1992,Travaux d’entretien suite à vandalisme sur vitrerie HSM de1965

Chapelle Saint-Sauveur.

Baie ouest ; dans maçonnerie de réemploi, vitrerie grands losanges et petits losanges à filets. Nov 1981.
Autres baies, petits bois

Repost 0
Published by Jean Pierre Le Bihan - dans famille de peintres vitriers
commenter cet article
23 avril 2008 3 23 /04 /avril /2008 05:03

SAINT-RENAN


Eglise Notre-Dame et Chapelle Saint-YVes
Aux XVI° et XVII°siècle présence d'armoiries


Ex-chapelle Notre-Dame de Liesse, où le culte fut transféré après l’incendie de 1760 qui détruisit l’église paroissiale Saint-Ronan.
Suite à tempête du 1er décembre1768, elle fut reconstruite en 1771.


Chapelle Saint-Yves, de l'ancienne hôpital. détruite.


1554, Noble homme Guillaume Campir, seigneur de Kerozal et de Kerjean tient les armes de ses prédécesseurs:D'or au lion d' azur, armé et lampassé de gueules, en la grosse fenêtre de la chapelle Saint-Yves en Saint-Renan et pendant les temps que ses dites armoiries ont été tolérées et soufferts en ladite et comme le pignon de l’église a été à nouveau réédifié et qu’il n’y a pas été inclus d’armoiries ni dans le pignon ni dans la fenêtre, il ne continue pas à payer la dite rente. Kerhervé

L'église Notre-Dame.

1610, le 13 septembre en l’église Notre-Dame à la requête de Penfeuntenyo.
En la vitre qui est devant l’autel Saint-Nicolas qui est au midi du cœur de l’église, un écusson des Penfeuntenyo et vis-à-vis devers le septentrion un écusson aux armes de Kergroadez et aux 2 soufflets prochains au-dessus d’eux 2 écussons portant d’argent semé d’hermines  a une bande portant des fusées de gueules et l’autre les dites armes et en alliance un croissant et.. d’argent en champ d’azur et au plus haut soufflet sont les armes de Bretagne en bannières
bsaf1923 archives châteaux Kerjean

Repost 0
Published by Jean Pierre Le Bihan - dans famille de peintres vitriers
commenter cet article