Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 février 2009 4 26 /02 /février /2009 06:09



 Eglise Saint-Servais ©, édifice du XVII°siècle,commune du Finistère. Ex trève de Plounéventer.

EN1684,
En 1684.Marguerite Françoise de Sévigné revendique le droit de prééminences de la verrière du Côté Nord.

En1638, datation du chevet.

En1668, Robert Gélin accommode les vitraux pour 38 livres 6 sols. Sur ce peintre vitrier,je n'ai pas d'autre renseignement. Il en est de même pour le suivant.

En1682, François Bourrigan pose un vitrail et accommode les autres.


En1707,
le même descend les vitres et les remet en 1709.Il peut s'agir d'une remise en plomb., cette date,indique aussi des travaux de maçonnerie du côté sud.

En1723, travaux de Kermarch, maître vitrier à Landivisiau, coût : 3 livres 15 sols pour 4 panneaux de vitres.
 La même année, travaux de Jacques Kergrach.


1739,1741,1744,1750, 1758, travaux de Claude Le Roy vitrier à 
Landerneau.



Repost 0
Published by Jean Pierre Le Bihan - dans famille de peintres vitriers
commenter cet article
23 février 2009 1 23 /02 /février /2009 17:05

Laurans, Hervé,    peintre verrier est, né à Lanhouarneau,commune du Finistère en 1828,

C'est dans cette commune qu' il exerça après avoir sûrement appris le métier ailleurs, ou du moins des rudiments de technique.

En 1872,
 lors d'un recensement à Lanhouarneau, il employait 3 ouvriers et un apprenti, dont un François Cabon,installé peintre verrier à Lanhouarneau en 1896, ainsi que Jean Le Goff et Louis Carrère se déclarant aussi peintres verriers.

 Hervé Laurans est mort en 1877. Ses compagnons ont dû prendre la suite.

 Des débris de l'atelier de Laurans et du four existaient encore en 1939 au sud de la place de l'église de Lanhouarneau..

Quant à sa maison, contiguë au four, remarquable par son escalier de pierre, elle fut rasée en 1925.

Cet atelier peignait aussi des oriflammes pour le clergé. comme l'indiquaitL'historien Yves Kerouanton, dans son livre:"Lanhouarneau"

 Il signale aussi qu'il avait épousé une Felep,  au prénom de Marie Louise, ce qui nous permettrait de penser que Laurans aurait pu apprendre son métier chez  le peintre vitrier Fellep, Felep,  de Landerneau.(Les deux orthographes )existent sur leurs oeuvres, et en épouser une fille. ou une personne de la famille.

Inventaire de ses travaux de vitraux en Finistère


1863,commune de Lanhouarneau, église Saint-Hervé
, verrière figurative du chevet, et 2 autres, "Belles verrières qui peuvent rivaliser avec les meilleures productions du XIX°" Le Guennec.

1876, commune de Gouesnou, , Chapelle Sainte-Anne, vitraux figuratifsdont les sujets sont une Présentation au Temple, de Marie des ateliers Laurans.1




Commune de Plouzévédé, 29, église Saint-Pierre et Saint-Paul,
vitraux figuratives non datés,  
Auchevet, .grande baie cintrée avec armature recomposant une verrière en armature 3 lancettes cintrées de 6 panneaux, un réseau composé d’un oculus à 6 cintres et 2 petits oculus inscrit dans des écoinçons.  Sujet le Jardin des Oliviers. .Le Christ à droite est appuyé ou affalé sur un rocher et porte robe rouge et manteau bleu.  Un ange descend dans une nuée qui arrive jusqu'à lui. Une lune au croissant décroissant et des étoiles apparaissent dans un ciel bleu qui apparaît entre les branches d’un immense et gros arbres. restauration JPLB

Commune de Saint-Eloi, 29, église Saint-Eloi.
.vitraux figuratifs non signés  mais qui sont de la main de Hervé Laurans enles comparantavec les baies 1 et 2 desi ce n'est le Pardon oeuvre de Saluden

L'église Saint-Suliau de la commune deSizun, autant dans les plis des vêtements que dans le dais ou les éléments du réseau.

Baie 1, La première au nord, à deux lancettes cintrées à 4 panneaux, et réseau décoratif. Dans niches,
Lancette a, la première a gauche,
 Dans cartouche : Sta Maria. Vierge à l’enfant, manteau bleu à parements or et robe rouge, l,enfant sur lebras gauche l'ensemble sur un fond bleu damassé.
? Lancette b, la seconde, Dans cartouche : S. Josephus. En robe blanche et manteau rouge, tient un bouquet de fleurs de lys dans la main gauche, celle de droite reposant sur son cœur, même fond damassé. Non signé, datation, fin XIXe, début XXe

Baie 2, la première au sud, à deux lancettes cintrées de 4 panneaux et réseau décoratif. Dans niches,
lancette a,  Dans cartouche St Elisius. En évêque, de face, portant petit marteau dans main droite, l’autre étant occupé à tenir la crosse. A ses pieds, paire de pince et masse.
 
Lancette B. S. Petrus,
de trois quart, inspiré, regarde le ciel et tient  à plat ses deux clé de la main gauche. La droite dialogue avec le ciel. ici aussi fond damassé bleu./

Commune deSizun, 29, église Saint-Suliau, vitraux non datés et figuratifs,
baies 1 et 2, vitraux figuratifs et grisailles, saints.non spécifiés.
Baies 1 et 2, Laurans. Baies à 3 lancettes peu larges et cintrées. Celles de droite et de gauche grands losanges de filets bleus sur fond de grisailles et filet d’encadrement de losanges à feuilles jaunes sur fond d’un côté rouge, de l’autre vert
 Dans lancette centrale, baie 1 sur socle et dans niches ; Saint André,baie 2, saint Paul avec épée et livre.Réseau de 5 soufflets avec motifs végétaux hauts en couleurs. Restauration JPLB 1986.


 Commune de Kerlouan, 29, église Saint-Brévalaire, Vitrail figuratif au chevet, une Transfiguration.

Commune de Saint- Thonan, 29, église Saint-Thonan,
vitraux figuratifs, transept.
Transept, figuratif, Laurans.  Baie à 2 lancettes en ogive à 4 panneaux et réseau composé d’un oculus à 8 lobes dont le sujet est une Vierge Marie couronnée assise tenant sur ses genoux l’enfant Jésus . Laurans

 Dans les lancettes  le personnage est présenté dans une niche. En A, de face et en pied, Saint Dominique,  nimbe violet tient le rosaire des deux mains et regarde  un chien tenant dans la gueule la torche enflammée,  symbole sous lequel le vit sa mère avant sa naissance. Laurans
Dans la lancette B, saint Catherine de Sienne, nimbe violet, de trois quart gauche, en pied, écrivant avec une plume de la main droite sur un  livre que tient la main gauche
 Laurans


 
  Baie à 2 lancettes  en ogive de 4 panneaux  et réseau composé d’un oculus à 8 lobes dont le sujet est un Saint-Joseph, en buste et dans un fauteuil, lis à la main, le visage tourné de trois quarts droite vers l’enfant Jésus qu’il porte sur ses genoux Laurans
Dans les lancettes dans niche  en pied et de face, dans la lancette A, légèrement tourné sur sa droite, saint Aurélien, en évêque, la crosse coincé sous le bras gauche tient un livre ouvert des deux mains. Il porte une chasuble or doublé de rouge. A ses pieds  un monstre vert de profil droit qui crache du feu. Rault, date inconnue, 1ère moitié XXe.


 Commune de Plouguerneau, 29, église Saint-Pierre et Saint-Paul, figuration une baie,au chevet:Remise des clès à saint Pierre.

 Dans le livre des psaumes, on peut relever le nom des divers compagnons de cet atelier, dont Laurens, graveur, Gilbert, peintre, Pinvidic, monteur, ainsi que Roux, et Hennot, chauffeur, ce dernier s’occupant du ou des fours..
Repost 0
Published by Jean Pierre Le Bihan - dans famille de peintres vitriers
commenter cet article
21 février 2009 6 21 /02 /février /2009 17:26
Ce que l'on sait actuellement sur cette famille Fellep

Fellep Gilbert_Louis-Marie, naquit en 1817 à Landerneau, où ilse marie en 1839. Il se dit <<peintre en batiment>>
a  de ce mariage un fils à qui il donne deux de ses prénoms/

 Celui-ci Fellep Gilbert-Marie,  est né en 1840  soit l'année suivante du mariage de ses parents ,
Il épouse en 1862, Léocadie Leroux, se donne le titre de"peintre en décor".

Au registre du décés de sa femme, le 7-12-1901,il signe Arthème Felep, peintre.

  L'année suivante il épouse à Paris le 19-4-1902,  Henriette, Marie, Périgaud. On donne sa Mort à Landerneau, 37, rue de la Fontaine Blanche; (note de Georges Michel Thomas)
 Ci dessus probable visage de sa main

une Marie Louise Felep,
une oinçidence qui ne semble pas fortuite, se marie avec le peintre vitrier Laurans de Lanhouarneau, qui meurt le 3-3-1877 agé de 49 ans.On peu penser qu'il a travaillé chez Fellep et y a fait connaissance de cette Marie Louise.!


  Est-ce un ancêtre? un Félep est élu plusieurs fois à la mairie de Landerneau durant la Révolution.
Un autre Féllep au prénom de Léon pose son nom sur un dictionnaire," d'orthographe, où la prononciation est indiquée lorsqu'elles irrégulières" ainsi qu’un Saluden et un Jules Le Goff, les deux derniers étant des habitants de la paroisse de Saint-Thomas. Le Saluden étant peintre vitrier rue de Daoulas.La mémoire familiale note qu'un Fellep possèdait un atelier dans cette même rue.

 
Inventaire de ses travaux.

             En1846,  on relève une facture  de travaux dans le  registre de la paroisse de Landerneau. L'année suivante
et en 1856,  des mêmoire de travaux sont acquittés pour des travaux à l’église Saint-Houardon
           
1859, au plus tôt, le voici à Morlaix, à l'église Saint-Mathieu,où il fournit dans le chœur, un personnage bleu
sur grisaille, au dessus de la porte   de la sacristie.
          En1861,on le retrouve dans cette église.

            1864, "présence du sieur Felep pour -peinture et dorure à Saint                         Thonan" .confert;Dominique_Françoise Irvoas-Dantec. BSAF.mémoire de maîtrise U.E.R.DES ARTS 1982.
            1870, Commune deLampaul Guimiliau,
 à l' ossuaire,il fournit dans le choeur 2 baies figuratives, les Baies 1 et 2, signées Fellep 1870, baies à deux lancettes à plein cintre et cinq panneaux en hauteur offrant  par lancette et dans niches deux sujets, lancettes se terminant par dais d’architecture. deux soufflets à fleurs pour réseau

 Une baie:  L’Adoration  des mages. Ils sont  deux debout, celui de gauche de dos, de trois quarts droite, le visage de profil droite, ma main gauche levé, il ne porte pas de couronne, le second de face, de trois quarts droite, portant turban et couronne offre des présents contenus dans des coffrets. Un troisième à genoux, de dos, se prosterne, il  a posé sa couronne sur le sol. Marie, de profil gauche, est assise et tient sur ses genoux l’enfant Jésus de face de trois quarts gauche. Derrière Marie, Joseph, le visage de profil tient un bâton de la main droite. Une étoile filante brille dans le ciel.

Au-dessus saint Joseph. Assis, de trois quarts dos droite et visage de profil,  saint Joseph est réveillé par trois anges nimbés, debout à ses pieds bâton en mains.

L’autre baie, la résurrection du Christ, le Christ de trois quarts gauche sort d’un tombeau vertical en pierres installé dans un rocher. Il porte sa croix et son oriflamme, immense, de la main droite.  Sur la gauche assis,  au pied du Christ, un ange, non nimbé,   de profil gauche, le regarde et tient dans sa main droite une  verge de flamme qui  arrive sur l’armure d’un garde, de trois quarts gauche, à terre, bouclier en main qui est bousculé et lève sa main droite. Deux autres gardes sont terrorisés.  Au lointain, sur la gauche, on aperçoit les trois saintes femmes qui arrivent.  Au-dessus baptême du Christ avec le Christ à gauche de trois quarts droite, la tête baisée, de la main gauche retenant son vêtement qui découvre ses épaules, la main droite ouverte et décollée du corps.. Saint Jean-Baptiste, de trois quarts gauche, un peu déhanché,  verse sur la tête du Christ, l’eau contenue  dans la  coquille qu’il a dans sa main droite. De l’autre main, il tient au creux de son bras, la hampe de sa petite croix. Sa peau de bête lui découvre l’épaule gauche.

Nef, 5 baies rectangulaires, (les numéro impairs sont ceux des baies du côté nord en partant du chevet) 3, 5, 7, 9, 11, de 58sur154.  pour les quatre dernières  Sur fond de grisailles, succession verticale de  cartouches peintes de symboles avec utilisation d’émaux.  Ces cartouches de forme ronde sont accrochées l’une à l’autre  par  une chaîne de couleur jaune. aux motifs divers : Clés de saint Pierre sur tiare, agneau pascal, triangle de la Sainte Trinité, IHS, M.

Baie 3, dans niche néo renaissance. un saint Guimiliau, nimbé, de trois quarts droite, le visage penché vers le sol tenant sa crosse tournée, du côté intérieur, de la main gauche et  de l’autre main, coincé contre lui, un livre rouge

Fond, 2 baies, 4 et 13,

Inspecteur des monuments Historique Macé de Lépinay
 Travaux en 1978, conservation, en 1982  restauration. Batiments De France


1874, facture  à Saint-Thonan,pour l'église Saint Nicolas dont l'objet est peinture et dorure,

1884, Commune de Landerneau, Dans la maison de monsieur Caujean, sculpteur, 6 boulevard de la gare, existe un vitrail  de  Gilbert Fellep, dont le sujet est Lazare et le mauvais riche. Il s'agirait m'a dit,le propriètaire,fin XIX, qu'il sagissait d’un échange d’œuvres,il m' apprend aussi que ce peintre vitrier aurait été l'école des Beaux-arts avecson ancêtre, Francois Caujean.Est-ce à Paris?



1885, commune de Douarnenez, , église Saint-Joseph, de Tréboul, baie du Chevet, vitrail figuratif  dont le sujet est le Sacré-Cœur.

Commune d'Irvillac, 29
, église Saint-Pierre,,  dans la baie du chevet, un vitrail figuratif, bien peint, verre très fin, d'esprit proche de Nicolas, emploie de Jaune à l'argent. sujet saint-Pierre sauvé des eaux. Il est possible que les  baies 2,seconde côté sud,  et 3 troisième côté nord, soient de lui.vitraux non datés.

1887, commune de Saint-Coulitz, , église saint-Coulitz,  au chevet, 1 baie, figurative, signée G. Fellep, le sujet est une Passion,  grisaille bleue et  brune,apport d'un jaune, qui a bien tenu, a fourni un travail avec acide,    Lessolins sont malheureusement au ciment, l'armature du vitrail est faite de petits fers à T.

1891, Concarneau, , Beuzec-Conq, église Saint-Budoc, autel de Toular'hoat exécuté d'après dessin de G.Fellep.

            1899, Commune de Porspoder, , église Saint-Budoc, 2 baies, figuratives au ,choeur,dont le saint patron de la paroisse:Saint Budoc, qui fut restauré par le peintre vitrier Champigneulle.Baies 1 et 2 Félepp, 1899 ;

baie à 2 lancettes trilobées à 7 panneaux vie de saint Budoc. baie 1, « saint Budoc, venant d’Irlande sur une pierre rendue miraculeusement flottante débarque à Porspoder pour prêcher et catéchiser à la foi les reliquats du paganisme. »

Baie 2. « saint Budoc, ancien recteur de Plourin, prend possession de l’archevêché de Dol, entouré du clergé et de la noblesse( successeur de saint Magloire) 539. Il est coiffé de la mitre, tenant la crosse, et bénit les personnages qui l’entourent parmi lesquels sont des chefs vêtus à la gauloise. Au premier plan, un guerrier tient un bouclier orné d’un dragon ailé.


1899; Commune de Dirinon,

 église Sainte-Nonne,dans la nef, 7 baies,en grisailles signées G. Felepp, Landerneau.
 Lors de la dépose, en 1899, des vitraux précédents , il les a stocké dans l'église.Pour quel motif. ordre du recteur? Ils ont été retrouvés en 1987dans l'église, il s'agissait de vitrerie blanche du XVIIe. siècle.

Chapelle Sainte-Nonne, dans la baie du chevet, un vitrail figuratif représentant sainte Nonne,  la travée centrale avec accompagnementde grisailles.
.
1895, Commune de Rosnoen, , église Saint-Audoën, s,   baies,deux signatures :
I° Felep ainé Landerneau,
2° G. Fellep, Landerneau, même grisaille, mais pas même dessin.
 
  1902, Brignogan, , manoir du Schulte, vitrail figuratif représentant saint Pol terrassant le dragon.

          
 
Douarnenez, , chapelle Sainte-Hélène, grisailles sur les 2 petites fenêtres sur portes.

Gouézec, , chapelle Notre-Dame-de-Tréguron.Grisailles

 Landerneau, , maison rue de la fontaine blanche. Où il habita en fin de carrière, au début du XXe siècle

Landerneau, , église Saint-Thomas. Grisailles dans les baies 3,5,7,9,8,10,

Landerneau, cimetière, petits vitraux dans les chapelles funéraires

La Roche-Maurice, , église Saint-Yves.Grisailles dans toute les baies de la nef,
Baie 1 et 2, à 2 lancettes et réseau à 3 soufflets,
Baies nef, avec armatures à 2 verticales et 3 horizontales grisailles on peut les comparer avec certains éléments de Lampaul-Guimiliau et Landerneau, Saint-Thomas.
 

 Le Tréhoux, église Saint-Pithère signé Fellep aîné,

. Portsall, ,église Notre-Dame du Scapulaire, Vitraux en grisailles

dans les baies de la façade nord.

Saint-Coulitz, église.
Bénodet, 29, chapelle du Perguet, signe Felep sur statue.

Papier à en tête signé : G.Felep, aîné, vitraux en tout genre, médailles de la ville de Saint-Brieuc..
Papier à en tête datée 1904, les trois premiers chiffres imprimés. P
Peinture et Vitrerie, Papiers peints, Encadrements. G.Félep Aîné
Vitraux en tous Genres spécialité pour la décoration d’églises et appartements.
 Médailles de l’Exposition Universelle de 1872



Les Fellep et les  Saluden.


Saluden, Auguste aurait travaillé chez lui,  pour" apprendre la peinture", avant de s'installer à son compte. Une lettre du 30 août 1904 semble le confirmer.
Il en est de même de Monsieur Calvez, compagnon de l'atelier Fellep, père de Anna Saluden, qui prit son nom de famille en épousant Auguste Saluden  qu'elle rencontrait dans cet atelier. Les liens d'amitié existaient entre les deux familles
 
Technique: de l'atelier Fellep

suivant les époques, lacoupe  des verres étaient mauvaise, aussi les espaces eentre les morceaux de verre étaient bouchées par des doubles plombs. Le verre incolore  ('verre à vitre) était souvent épais,faisant 4 à 6 mm. Ses plombs  étaient ssez mous,  L'atelier utilisait une grisaille brune pour les fonds, une grisaille noire pour le trait, très épaisse par endroit, une troisième, rouge, et une sanguine. Le jaune d'argent prend diverses teintes à la cuisson.  le pochoirest très rarement utilisé.  Parfois la grisaille au trait  est posé du côtè extérieur.
Repost 0
Published by Jean Pierre Le Bihan - dans famille de peintres vitriers
commenter cet article
5 octobre 2008 7 05 /10 /octobre /2008 10:56



PLOURAC’H


Eglise gothique et renaissance des XV° et XVI° siècle

Baie nord du chevet , fin XVe.


Cette Paroisse, avant la Révolution,  relevait du roi et  était ressorti à Carhaix. On y comptait alors 8OOcommunions a l'époque ( soit 8OO habitants, le clergé étant chargé de l'administration, décès, mariage, il se basait sur le nombre de communiants à Paques pour compter le nombre d'habitants.

Repost 0
Published by Jean Pierre Le Bihan - dans famille de peintres vitriers
commenter cet article
3 septembre 2008 3 03 /09 /septembre /2008 09:41
Saint Brieuc
Cathédrale Saint-Etienne.
970,  figuratifs et non figuratifs. atelier  HSM de Quintin qui répond et touche
l'appel d’offres de 2001,

Eglise Notre-Dame-d'Espérance,
1856-1857  atelier de vitrail duCarmel du Mans avec Kuchelbecker,


Eglise Saint-Michel
Vitraux, atelier Rault. de Rennes

 Eglise Saint-Yves. Architecte Arrêtche.
1965,Vitraux non figuratifs, tout l’ensemble, atelier Jean-Pierre Le Bihan, Quimper

Chapelle de l’école normale des filles du Saint-Esprit.
1962, vitraux du père Bouler avec  le père Tézé.

 Chapelle du collège Saint-Charles
Vitraux,  atelier Rault de Rennes

Chapelle des Filles du Saint-Esprit
1966, ensemble de vitraux figuratifs,ateliersJacques Le Chevalier de Fontenay-aux-roses.
.


Chapelle du Carmel du Sacré-Cœur
1963-64, 21 dalles de verre, Gabriel Loire de Chartres

Eglise de Langueux
Vitraux,  atelierRault de Rennes          
          
e
Repost 0
Published by Jean Pierre Le Bihan - dans famille de peintres vitriers
commenter cet article
26 août 2008 2 26 /08 /août /2008 20:51

Guingamp       

église Notre-Dame de Guingamp,( notre-dame de bons secours)

En 1483-84, le peintre vitrier Moulin Du pierre                 est chargé  de copier «  une portaiture estant en la ville de MALESTROIT. A cette époque il travaillerait sur les vitraux de Notre-Dame de Guingamp

En1856,
Auguste André,dans sa brochure: "De la verrerie et des vitraux peints dans l'ancienne province de Bretagne," Rennes 1878, page 157 indique quec'est sous la date de 1624 qu'il faut placer la grande vitre du bas de la nef de l'église Notre-Dame du Bon-Secours et qui est l'oeuvre de Alain Ruperon et Jean Lelouet" Il  ajoute qu'il restait  dans la baie du chevet  un vitrail a peu près intacte des donateurs, la duchesse marguerite de Foix accompagnée de ses deux filles, œuvre de Pierre du Moulin datant de 1483.
   Le verrierDidron au lieu de conserver ces éléments en fit un pastiche  Secdn 1935

Didron, Adolphe,    dit, "l'ainé".1806 1885, produit des vitraux entre 1849 et 1867. Ami de Montalembert.Il est l'homme des Annales Archéologiques, avoue de ne pas savoir dessiner, fonda son atelier avec Ledoux qui est chargé des cartons et dessins ainsi qu'avec Thibaud, emploie les meilleurs dessinateurs de carton, Steinheil, Lavergne, Lassus, Ledoux, Darcel. Directeur d'une manufacture de vitraux de 1852 à sa mort.La production est de 4000 m2. Il pronait, pour la conception d'un vitrail de caractère plan fermant la baie, reprenant ainsi le système médieval.


,
LVers 1850.'atelier parisien de Laurent et Gsel, peintre verrier
travaille à la Basilique.


En1853, en l' église Notre-Dame,  dans la baie au fond de l'église, dimensions environ(0,20x2,50)  vitraux à grisailles avec  des cabochons, dans le style néo-XIIe


En1857,  Baie haute d'axe. Didron fait disparaître les restes de vitraux de 1484, certes en fragments et mutilés en 1856.

En1873,l' atelier Jean Fournier fournit à l'église Notre-Dame, 2 baies figuratives du côtè nord dont l’une sur la guerre de 1870.


 Lors de la seconde  partie du XIXe,  des Vitraux de l'atelier du Carmel du Mans. sont fournis

1873, Fialex, 2 baies FIG, côté nord dont l’une sur la guerre de 1870.avec soeurs de Saint-Vincent-de-Paul.



Dans les années 1971- 1980,
L'atelier Hubert de Sainte-Marie de Quintin,  fourni des vitraux figuratifs Enfance de Jésus. Cène, Descente de Croix, et vitraux non figuratifs.


Autre lieu:
Les Jacobins avaient  dans leurs vitraux les armoiries des  Arrel.



Repost 0
Published by Jean Pierre Le Bihan - dans famille de peintres vitriers
commenter cet article
25 août 2008 1 25 /08 /août /2008 11:41



Commune de Brec'h,Morbihan


  Chapelle Saint-Guérin.XVII°

 "168O,le seigneur de Kerivalan la déclare ( la chapelle) comme étant "construite et batie à neuf dans le fond de la terre( de Kerivalan) pour le service de la dite maison"
On retrouve en effet les armes de Robien et du Cleuz sur la façade ouest et sur les vitraux.

Note complèmentaire deDanielCarré, auteur de l'article ci dessus:
Mémoires de la Société d'Histoire et d'Archéologie de Bretagne Tome 1990, page 70:

"Les vitraux originaux ont disparu. Ils ont été remplacés voici presque cent ans. Actuellement brisés; Seuls peut-être les débris qui subsistent dans l'ouverture sur le pignon Ouest pourraient dater du 17°"


 
 
Auguste André, reprenant  Rozenweig dans sa brochure De la verrerie et des vitraux peints dans l'ancienne province de Bretagne, Rennes 1878,  donne page 167:

"La chapelle Saint-Quirin ( et par corruption Saint-Guérin) de Brech est de 1676, et montre qu'on continuait encore à cette époque à armorier les vitraux.
Elle peut attirer l' attention par les blasons qu'on y trouve à l'intérieur des fenêtres. Ils seraient     au nombre de 2 dont:
Les armoiries de Beaumanoir





Eglise Saint-André.


Vitraux de Ernest. Laumonier.mort en 1920, originaire de Parthenay, 44. A Vannes, 56, rue du roi René, puis rue du Menez,activitè 1881-1914.
Médaillons avec bordure florale.Sujets:

Sacré-Cœur de Jésus
Saint-Cœur de Marie.
Saint André, Sainte Anne
Saint Pierre, Saint Vincent-Ferrier
Saint  Joseph, saint Louis

Chapelle Notre-Dame de Grâce XVI (I.S)

Chapelle Notre-Dame des Fleurs
. Restauration. 1993
4 baies de l'atelier Jean Lefeuvre , carton de Lucien Pouëdras, sujets, les quatre saisons.

.

Chapelle Saint-Jacques, XVe (I.S)
Chapelle Saint-Cado,
XVe

Chapelle Saint-Goal à Calan. 1971,  restauration Breiz Srrantel.

Notre-Dame à Tréavrec ( Trévérec)
(I.S) fin XVIe

Vitrerie verre blanc, remis à neuf vers 1970.
Peinture de Ernest. Laumonier

Chartreuse d’Auray,  (I .S)
1971,ensemble des  vitraux de l'artiste peintre Gérard Lardeur,

LARDEUR, Gérard,    statut d’artiste, sculptures et vitraux, décédé ce XX° siècle.
           
1971, Brec’h, 56, Chartreuse d’Auray, ensemble des vitraux de la chapelle.KER.
 1988, Arzon, 56, chapelle.Saint-Nicolas de KernersNon figuratif
            1989, Trédrez, 22, église de Locquemeau. Non FiguratifConcours.
            1991, Léhon, 22, prieuré Saint-Magloire, Non Figuratif réfectoire. Concours.
1993-1995, Langonnet, 56, église Saint-Pierre et Saint-Paul. Non Figuratif, Concours.
1998, Rennes, 35, église Saint-Yves.Non Figuratif  Fondation Gaz de France
2000, Saint-Sauveur, 29, église Saint-Sauveur. Non.Figuratif. A.O

.

 Chapelle Saint-Clément

Vitraux, de l'atelierDanielle Le Nezet.Le Bono

Chapelle de Kervalh, Notre-Dame de la Route.


Repost 0
Published by Jean Pierre Le Bihan - dans famille de peintres vitriers
commenter cet article
16 août 2008 6 16 /08 /août /2008 14:48

SAINT-GERAND. ancienne Trève de Noyal-Pontivy
commune formée  en 1840 par le démenbrement de  Noyal-Pontivy.


Eglise.

Baie du chevet, daté 1879. Les quatre évangélistes.

 Non signée. Elle peut être attribuée à l'atelier de Gesta de Toulouse.On y trouve ces évangèlistes,
Saint Marc, saint Jean, saint Mathieu et saint Luc présentés sous baldaquin néo gothique et sur fond damassé,

Don de Mrs le Dain Recteur et Chapel vicaire.
 
Tympan à motifs floraux entourant trois têtes d’angelots. la grisaille disparaît spécialement sur les visages.

Baie 1, la première à gauche à partir  du chevet. bouchée, on y devine une Notre-Dame de Lourdes.

 Baie 2, la première  à droite à partir du chevet.1880, auteurJoseph Fournier ;

  Style plus précieux, vie de saint Gérand en 4 scènes que délimite une architecture néogothique surplombée par un tympan néo renaissance. Emploi d’émaux bleu, jaune et violet, scène en très peu de pièces, de grandes dimensions
Don de Mr Jean Le Frêne, Maire.

 Baie 3, seconde à gauche, 1879, Gesta. Avec donateur laîque.
Vierge à l’enfant. La grisaille à disparu sur les verres blancs des visages.

Baie 4. Non signée, 1896. Don de Joseph Henrio.
Sacré-Cœur
dans oculus ovoïde sur fond néo XIIIe

Baie 6, 1879, Gesta, Toulouse, don de Le Beller
Sainte Anne et la Vierge, lui lisant un phylactère, encadrement néo XIIIe.

Baie 8. 1879. Fournier
Saint Joseph avec enfant Jésus au Sacré-Cœur, devant portique néo-renaissance.
Don de Mr Olivier, ancien recteur et Mathurin Rello.

Ossuaire, châssis de bois ;

Chapelle Saint-Tredenne ou Dredeno XVe
restes de vitraux en 1959

Juin 1988.
Baie du chevet, reste de vitrerie  datant des environs de1840 avec bordure accordéon de couleur.en très mauvais état.

Baie 1, même esprit.

Baie 2, reste d’une verrière de Laumonier 1899, dont il reste un panneau et bordure.

Baie 4, vitrerie 1840 avec couleur

  Chapelle Saint-Fiacre, 

Vitraux de Laumonier,  datés de1900,

baie du chevet  saints Méen, Fiacre, Vincent Ferrier


CV des verriers auteurs des vitraux:


Gesta, Louis, Victor,1829,  Toulouse, 2
Manufacture fondée en 1852, travaux en Aquitaine, Auvergne, Franche-Comté, Midi Pyrénées, Alpes, Charente-Maritime, Bretagne.
" Atelier à structure commerciale qui parvient à couvrir l'ensemble du territoire grâce à la diffusion de catalogues",

Fournier,   Julien, et Lux    Tours,
le premier vers1835-1896, le second,1882-1940.Julien travaillait en collaboration avec un verrier nommé Clément après 1874. On le trouve aussi avec Fialeix, verrier du Mans.
L'atelier fut la figure la plus marquante du vitrail  XIXe dans la Morbihan, par sa quantité, près d'une vingtaine d'édifice, et par la qualité de certaines oeuvres du père, Julien.


Laumonier;     Ernest,    mort en 1920, originaire de Parthenay, 44. A Vannes, 56, rue du roi René, puis rue du Menez,activitè 1881-1914.
   IL aurait été en relation avec Lux Fournier, tableau du Rosaire en 1904 à Noyalo, 56, et Morts pour la France à Le Hezo, 56.











Repost 0
Published by Jean Pierre Le Bihan - dans famille de peintres vitriers
commenter cet article
15 août 2008 5 15 /08 /août /2008 11:24

Le Guerno  
.
Canton de Muzillac

 église Notre-Dame,(C) 1590 du XV° siècle (auparavant sous le patronage de sainte Anne)

Au milieu du XIX° siècle il est signalé la présence d'un vitrail avec scènes de la vie du Christ et de sa Passion, accompagné de 7 écussons. Alexandre André

En 1978-1981
Restauration du vitrail de la baie du  chevet, classé MH den 1908,sous la direction de l'architecte en chef des MH Benjamin Mouton
Cette Passion du XVI° n'était à cette époque, pas complête. Elle n'avait que 9 panneaux d'origine sur 12.

Les complèments ainsi que la restauration ont été réalisés par l'atelier HSM de Quintin.


église Saint-Jean.

 En1878,  fourniture de Vitraux par l'atelier Gesta de Toulouse avec comme sujets: saint Louis,  saint Joseph, saint Julien, saint Isidore



 

Repost 0
Published by Jean Pierre Le Bihan - dans famille de peintres vitriers
commenter cet article
11 août 2008 1 11 /08 /août /2008 17:25
Pluherlin, cette paroisse avait comme trève Rochefort en terre.L'église paroissiale de cette commune , Notre-Dame de la Tronchaye  XV°XVI°avait elle aussi  au XIX° siècle des restes de vitraux

Eglise paroissiale Saint-Gentien avant 1902
 
On y voyait dans des restes de vitraux, un saint Gentien portant sa tête, un saint Sébastien, une sainte Barbe et un Christ crucifié.

Dans une baie  du Sud existait les armoiries de la famille de Tétillac.

En1930,  pose deVitraux de  l'atelierRault de Rennes.

Chapelle Notre-Dame du Bon-Réconfort

2 baies aux lancettes trilobées  en ogive et réseau à qatre feuilles
baie sud rectangulaire
baie ouest, 2 lancettes en ogive et soufflet

Chapelle Notre-Dame de la Barre.XVe


.
Repost 0
Published by Jean Pierre Le Bihan - dans famille de peintres vitriers
commenter cet article