Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 septembre 2009 2 15 /09 /septembre /2009 17:34









baie du chevet, vitrail d'Hubert de sainte marie1950-1960,
 
En1971-72-77, il fournira 26 vitraux dont baie bras sud du transept. HSM ;





TREGUIER. Sa cathédrale et le vitrail


Il s’emblerait,  si l’on en croit certains auteurs, (Jean Rollet entre autre), que la mode du vitrail s’est introduite dans le pays et particulierement à Tréguier mais aussi Quimper sous les ducs de Bretagne Jean V et Jean VI, alliés aussi au Roi de France.



La Cathédraleet les seigneurs propriétaires de leurs armoiries.

 Cet édifice, très riche en vitraux  eu besoin,  durant plusieurs siècles, de nombreux travaux d’entretien et  subit  d'autres faits que les comptes et régistres du XVI°siècle au XVIII°siècle signalent ;

Mais il faut aussi  noter que de nombreux seigneurs  et aussi  des chanoines étaient propriétaires de verrières , la plupart du temps enrichies de leurs armoiries, tel les: de La Rivière, du Parc, La Rochejagu,les Arrel de Kermarquer,Trésiguidy, Guicasnou, de lantillac etc.

1345, pillage de la ville de Tréguier et  les églises sont endommagées. Il ne reste donc pas grand chose  des verrières anciennes à l’exception des armoiries de Jean de Ploeuc évêque en 1448-1456

1468,  le peintre vitrier Abert de Horst dit Alamant,  est mentionné à partir de cette date dans les comptes,de cette époque.
 En 1491 il est l’auteur de vitraux héraldiques de la librairie des chanoines (couffon)


 1468 – 69 vers cette époque, Olivier Le Coq et son compagnon sont payés pour des travaux sur la grande vitre ainsi que deux verrières dans le cloître.

1484. 1l EST payé  àux vitriers Olivier Le Coq et Jehan Levenan, , pour avoir fait les deux vitres estant au cloître dont l’une d’elles estoit rompue par des prisonniers et l’autre devers la place de la ville qui  aussi estoit brisée.



      Un vitrail objet d’un procès entre deux seigneurs, et où on fait appel à Anne de Bretagne.

iDes droits sur une chapelle qui conduisent à un procés.


1504, église Notre-Dame, rupture dans une chapelle, du vitrail avec armes et portraits des Artel, seigneurs de Kermarquer en Pleumeur-Gautier, par Jean de Kerjagu, seigneur du Parc en Pleudaniel.SHAB p 232

1504 Jean Arrel, seigneur de Kermarquer fait poser  dans une certaine chapelle  de Notre Dame un grand vitrail, en témoignage de sa générosité. Son écusson se trouvait en supériorité et il était représenté à genoux ainsi que sa femme, jeanne de Ploeuc, et ses deux fils, Guillaume et Pierre.

     Le seigneur Amaury Duparc, « fut on ne peut plus blessé de l’éclat que se donnait Jean Arrel. Il pétendait que sa maison portait les mêmes armoiries ; Qu’à l’aide de cette confusion, Arrel venait s’arroger des droits sur la chapelle de l’église de Notre Dame qui appartenait aux Du Parc, et que c’était par usurpation que les Arrel y avaient mis leur écussons »
     Amaury Duparc, accompagnés de quelques nobles amis, alla briser le vitrail.
    Un procès s’en suivit, on fait intervenir le premier hérault d’armes de la reine Anne comme arbitre et les Kermarquer  gagnèrent.
    Ce Arrel on le retrouve  aux Récollets de l’ile verte pour la même usurpation.l


    1505.- 1506
    Le peintre vitrier Jehan Macé, est chargé de la  fourniture d’une trentaine de pièces de verre blanc à la grande vitre  de la nouvelle tour en fabrication. On le retrouve la seconde année restaurant le portrait d’un personnage en recuisant la pièce du vitrail de l’autel de saint Yves . Sur ce vitrail on peut lire : Geoffroy Loff Lollifant et Hervé Camblan.
    De même, il exécute le vitrail du tympan du grand autel
.
    1516, Jehan Macé fait ( de nouveau ) un panneau de vitre blanc ( probablement du losange) remet en plomb deux autres panneaux et répare les autres vitres de l’église.

1523 Jehan Le Bornic répare les vitraux,  des baies hautes et basses de l’église et du  cloître

 De 1553 à 1589    Le peintre vitrier Guillaume Michel répare et fournit les vitraux
 
1602 Un jugement sur le mauvais état  des vitraux de cette cathédrale, mauvais état qui ne permet plus d’officier.
 
Dans ce jugement  on  relève aussi des indications sur la présence d’armoiries et le manque d’entretien de la part des seigneurs qui laissent dépérir les vitraux. dont les vitraux du chœur de la cathédrale et de la chapelle de Saint Yves











1649    le tonnerre cause énormément de dégats qui seront réparés par Hervé Bourriguen et Yves Le Berre peintres vitriers.






1793 , arrive la Révolution, en plus des orgues, les vitraux des 68 baies sont détruites ;


1950-1960, ensemble des vitraux figuratifs et non figuratifs, D’Hubert De Sainte-Marie
1971-72-77, 26 vitraux dont baie bras sud transept.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pierre Le Bihan - dans XVI°DISPARU XX°ENPLACE
commenter cet article

commentaires