Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 décembre 2010 5 10 /12 /décembre /2010 16:44

 

De ma naissance, je ne me souviens de rien, et, cependant cela, elle, dut faire du bruit.. un bruit de tonnerre de Brest « Madame Saluden  a eu un petit-fils, son premier »

 

« Allo, allo, vous pouvez me passer le XY   à Pontivy,    Auray,   Paris   Louise Anne  a eu un garçon, il se porte bien »

 

Le père n’est pas là, non qu’il soit marin dans quelques mers lointaines.  Il est à Paris, la capitale, où il travaille, et non à Brest. Un télégramme l’a prévenu à neuf heures quinze que j’étais arrivé, et que je l’embrassai. Déjà ! « Un mois de retard à ce qu’on dit » Le père n’était pas là, mais je devais être bien entouré  et ma mère aussi.

 

  Le docteur Félix Le Bihan, mon grand-père, était là. Et puis, sûrement, en plus de ma grand-mère Saluden, dans une pièce, probablement le petit salon, il y avait l’autre grand-mère, celle de Pontivy, accompagnée de l’inséparable Joséphine, assistante du grand-père et de tous les voyages, même de celui de l’Exposition Universelle. Il est vrai qu’à l’époque ils étaient à Paris. Et cette grand-mère, Marie Le Bihan, devait réciter au égrainer son chapelet, prières de demande, d’intercession, avant l’accouchement, durant et puis après, remerciements

Pourquoi étaient-ils là les Pontiviens ?    Parce que le grand-père avait  accouché ma mère, d’un bébé de neuf livres.

 

Je suis né sur la table de la salle à manger, cadeau de mariage, rue Voltaire à Brest, dans un appartement donnant plein Sud sauf la cuisine. Je le décrirai plus tard lorsque j’y aurais un peu vécu. Quant à la table, elle a beaucoup travaillé depuis, au moins trois naissances,  je ne parle pas des repas, avant de quitter Brest. je ne parle pas des repas, avant de quitter Brest. Auparavant, elle avait pris l’air du  Luxembourg, j’entends jardin, depuis l’appartement de la rue Servandoni à Paris.

 

table est arrivée à Quimper, après un passage à Landerneau,  la Butte. Là encore table d’opération pour un frère Philippe.

 

A Quimper, elle se reposa durant près de quarante ans, si ce n’est plus.  Par repos ; pas la  bougeotte ! Elle servait le petit déjeuner matinal du père, au retour de la première messe de la Cathédrale et l’achat du journal, puis elle vit grandir les frères et sœurs qui se serraient autour d’elle. Elle eut chaud avec les fers à repasser.

 

Puis un jour, des volets lui enlevèrent la vue. Elle resta plongée dans le noir durant plusieurs années jusqu’au jour où le tribunal de partage des enfants l’attribua à Antoine. Il était le seul qui avait la place et l’envie de la prendre dans son école d’Edern.

 

Je suis donc né. Jean-Pierre Anne et non Anne, comme le prophète, Anne comme certains personnages célèbres, masculin bien sûr. Ce Anne devait être mon premier prénom. La mairie de Brest n’en a pas voulu, m’a dit mon grand-père qui s’était chargé d’y faire la déclaration de naissance. C’était un 26 juillet, fête de la sainte Anne, fête de ma grand-mère de Brest, fête de ma mère et fête de la grand-mère des bretons....

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

né en 34,  et ma mère, et ce,pour faire un petit breton, elle croyait en un royaume terrestre et royaliste, avait quitté Paris et son mari chéri. Ils avaient un an de mariage.

 

Je dis 1934, car nous sommes maintenant en 2010. J’avais à l’époque, documents à l’appui, une espérance de vie de 63 ans et demi. Il paraît que maintenant, même source, cela a été repoussé à 72 ans et un tiers. Donc, j’ai encore six années devant moi. Il est temps que je m’active à mettre sur papier mes souvenirs.

étions alors sous la IIIe république et le chef en était Albert Lebrun et les sous chefs, car il en passa  quatre cette année là, une certain Camille Chantemps, radical socialiste, qui n’était pas à sa première présidence du Conseil, Edouard Daladier, démissionnaire depuis le six février, suite à l’émeute, et Gaston Doumergue..Nous allons bientôt retourner aux urnes! le cercle tourne.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pierre Le Bihan - dans SOUVENIRS
commenter cet article

commentaires