Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 décembre 2010 6 25 /12 /décembre /2010 10:55

LES DONATEURS XIV°, XV°, XVI° siècle  cD3 - 636

 

                       

            Il semblerait que le premier donateur sur un vitrail fut l’abbé Suger à la basilique de Saint-Denis au XIIe siècle.

 

 

Ils sont très souvent en orant, représentés de la même façon, de profil, à genoux, sur un coussin à pompons, devant un prie Dieu gothique recouvert d’une étoffe et où est posé le livre des Ecritures.

 

Le donateur laïque peut porter une chemise, un justaucorps ou un manteau et laisse découvrir son armure, l’épée et le heaume sont ses attributs. Le blason se voit soit sur le manteau, soit sur le poitrail, soit sur le prie Dieu.

La donatrice, l’épouse du donateur, est elle aussi en orant. Elle porte ses armoiries sur ses vêtements. Elle  revêt ses plus beaux atours.

La famille entière père, épouse, filles et fils sont aussi représentés.

 

                       

          

 

.

 

 Il est rare que les visages soient des portraits. Le portrait stéréotypé est souvent utilisé. Il peut arriver que les générations suivantes à qui incombaient la charge de l’entretien y place leur propre portrait.

 Il arrive lors de la perte du visage d’origine par bris, que celui soit remplacé par un autre d’autre provenance.

On ne se gêne pas s’il s’agit de celui d’un Saint, que l’on retaille à la dimension voulue, on va même jusqu’à poser des visages à l’envers.  Il en est des blasons qui évoluaient, et changaient de famille, Cela donnaient souvent nourriture à des procès et des bagarres épiques.

 

 Quant au saint protecteur on n’y touchait pas. Il n’avait pas toute l’intention des héritiers.

 

Celui-ci, dans la majorité des cas était le saint patron du donateur. Il facilite la recherche de l’identité du donateur, le blason ne suffisant pas parfois pour affiner cette approche. 

 

Ce saint patron est la garanti du salut, il accompagne le donateur dont il a la charge. Son geste des mains l’indique bien, une main sur l’épaule  de son pupille, l’autre vers le ciel dans un signe d’accompagnement. Parfois la main posée sur le dos semble vraiment pousser le donateur, c’est le cas du saint Jean-Baptiste de Guengat, à Saint-Nic, la main ne touche pas le donateur.

Les donateurs sont parfois nombreux dans la même verrière, c’est le cas de la baie 4 du XVe de Guengat où i ils se retrouvent à plusieurs couples.

 

En Cornouaille, on ne trouve pas de donateur offrant une maquette d’église, seule exception, à Pont-Croix, où un donateur porte un calice.

  

L’armure suivait le même stéréotype et été faite sur le même verre gris bleu proche de la réalité. L’hermine est à profusion dans l’habillement.

Le donateur du clergé subit les mêmes contraintes de pose. Lui aussi est revêtu de ses plus beaux vêtements liturgiques et particulièrement de Chappe brodée. Il s’agit très souvent de chanoines, trèe souvent  de famille noble, dont il porte l’écu. On trouve aussi des évêques, des moines. leur saint protecteur est souvent un membre du clergé, tel un saint évêque, ou plus simplement un apôtre.

Il est un lieu où on les trouve rarement, sauf dans les blasons du réseau, il s’agit des Passions du XVIe de Cornouaille.

Ils peuvent remplir à eux seules une baie, c’est le cas à Ergué-gabéric , en l’église ,où dans la baie 1, avec le mari et l’épouse.

 

Briec, Garnilis, Briec,5 Sainte-Cécile, Ergé-Gabéric, église baie 1,  Guengat, Kergloff, La Martyre, Morlaix, Cuburien,  Moncontour, Ploermel , Plouvorn, Keruzoret, Pont-Croix, Pouldavid, Quéménéven, Notre-Dame de Kergoat, Quimper, Cathédrale, Saint-Divy, Saint-Nicolas du Pélem, dossier photos vitraux 2 Tonquédec. Trégunc, Notre-Dame de Kervern

 

Le donateur peut avoir plusieurs saints patrons.

 

Les donateurs, recherchent aussi  à se faire connaître  et ce  semble-t-ilpar leurs armoiries. Celles-ci  risquant de ne pas être toujours  compréhensibles, ils fond ajouter leur nom parfois sur un phylactère. cD3 - 635

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pierre Le Bihan - dans cathedrale quimper -
commenter cet article

commentaires