Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 novembre 2010 6 13 /11 /novembre /2010 14:05

Une grande et haute maison sévère, seule à droite du pônt qui enjambe le canal. et  un grand jardin  l Cest là, chez mon grand-père que j'ai passé une partie de mon enfance ,  mon père étant sur le front, puis prisonnier.

Aufond de ce jardin un petit bois, avec un immense marronnier, des châtaigniers, des haies séparant de la ligne  de chemin de fer, à droite ses ruches et plus loin le cognassier perdu dans la haie du fond.

Le 19mars 1943, il envoie une lettre à une mes soeurs restées avec ma mère; "

Les enfants ne s'ennuient pas, et ne nous ennnuient pas; ils profitent du beau temps et ne parle pas de retour, malgré cela, nous irons vous les conduire jeudi si.. j'ai l'autorisation. Je  fais  Lademande aujourdhui:

 

Toubib il pouvaiT avoir des osveisses, Ma mère s'était réfugié avec mes frères et soeurs à landerneau

 

 Nous sommes en pleine guerre,

Le 6 Mai 1945, c'est une lettre pour ma soeur;

"Vous lui dirait que les petits lapins sont beaux et d'un joli gris bleuté.

Depuis 6jours nous avons 3 pêtits biquets:tpous les trois ont la tête noire avec une robe blanche sur le front comme la mère; 1 Petite chèvre noire avec une tache blanche sur les flancs.

 2 petits boucs: têtes ry épaules noires, l'un deux à même les jambes noires avec trois brecelet blancs; il faut les voir sauter et gambader"

Les  jours derniers ont fait des dégats: groseilles, cassis, tomates, pommes de terr, vigne, crises!!

 

dans ce jardin les cultures existaient, le blé, l'avoine, l'orge, le blé noir, coupés à la faux par Guillaume, du maîs pour les pigeons et nous, un carré de tabac, des fraises, une haie de framboises, les^pommiers à pommes à cidre, les pommes à couteau que l'on cueillit avec un instrument, genre éteignoir ou coupe vent des cirges monté sur un manche, les poiriers en espaliers le long de l'allée, le trêfle à la faux que l'on coupait pour les laoins, faux chaussure et chaussette, lors d'un geste mal assuré, les cerisiers, grands près de la grange, capables de supporter sur ses branches plusieurs petites enfants dégustateurs,, Jjusqu'à en être malade, petits et précieux près de la maison

 

Les cabanes

Une première accolée au poulailler, avoisinant les lapins, pas très grande mais suffisante quand même, pour abriter divers outils et une ou carabines

 long rifle,dont on avait le droit parfois de s'en servir avec le grand-père: surtout pour tirer sur les corneilles ou corbeaux qui habitaient le clocher de l'église Saint-Joseph. Une fois semble-t-il le grand père a réussi à en abattre un qui sévissait dans le cerisier il est vrai qu'il était aussi un chasseur ...et un pêcheur. Avec la patte droite coupée, il eut le droit à la mairie à une nouvelle cartouche Le front de Lorient ètait terminé; Mon père était rentré.

 

Une deuxième cabane, immense, aux piliers de troncs d'arbres équrris, ouverte d'un côté, couverte de toles, les flancs en planches de bois; Elle abrite des instruments agricoles; grands rateaux et fourches de boid aux crocs très longs servant à faner, une machine à vanner, un semoir, et surtout une grnde charrette à brs, où nous pouvions nous asseoi tous, c'est à dire, cinq ou six, lors des promenades dans les all"eq du jardin. Dans le brancard, des pères, le grand-père ou deux de bous. Rangée, la béquille déposée, son plancher, alors en pante, servait aussi de terrain de glissade.

 

La dernière cabane provenait de l'exposition universelle. Petit chalet en bois à toit à plusieurs pentes, couvertures en tuiles mécaniques, grande porte, parée d'un miroirpublicitaire et d' un thermomêtre, donnant le plus souvent sur la réseve de foins et ^pailles en gerbes ou en bottes; petite porte pour l'écurie pour la vache ou pour la chèvre. On se serait cru à la voir cette cabane, du temps de Versailles et de la Marie-Antoinette;

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pierre Le Bihan - dans SOUVENIRS
commenter cet article

commentaires