Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 mai 2011 5 20 /05 /mai /2011 17:40

Dans cette salle à manger la fenêtre était ouverte, avec des petits gâteaux et des bouteillesd'apéritif

 

La conversation était rytmée par les carillons de la cathédrale Saint Corentin dont les flêches se poitaient au-dessus des toits des rues  voisines.

 Elle nous parla de Portsan qui se trouve entre Le Pouldu et Doelan

 

Je ma rappelle qu"à Portsan àn disait:" la petite montagne ptèe de la maison, et la petite montagne, lorsqu'on la voit actuellement ; Je me dis: c'est n'est pas possible."

 Etant enfant je montais jusquen haut. Cela faisait quelque chose.

 Après ça, les grandes n'en voulaient plus. Il n''y avait plus d'amis, on était trop seul

 On s'y plaisait nous les petits.

 

Il y avait un petit ruisseau. Unemaison charmante.

Ce n'étais pas une maison de  l famille. C'était àune famille de Quimperlé et même qu'avant. Le mari étant mort elle voulu la vendre Si bien que Mamanr avait falli. Non, nous ne l'avons pas acheté<;

C'est un tort  Quoîque Maintenant c'est beaucoup bâti.

 

Dans Portsan, il y avait une vieille petite chaumière.

 

Quand on descendaient la côte, et la côte etait trèe dure pour les chevaux.

C'était une côte avec de grios rochers. Vous savez il n'y avait que ça

Même les goêmoniers n'y passaient pas et les cgevaux n'y âssaient pas d'ordinaire, Mamère avait toujours peur q'une bête se casse la patte

Ce que l'onn faisait et, ce n'était que pour le déménagement, qu'elle venait jusqu'en bas. Autrement Danch dételait. Il n'y avait personne, pas de voleur  Il dételait le break ou la voiture qui venait avec papa ou maman le dimanche, et puis ildescendait seschevaux jusqu'en bas. Alors ça s'ils n'étaient pas attelés, ils marchaient facilement, et on pouvait les faire marcher sur la côte, et alors autremeent il leur faisait prendre leur. bain

Il y avait une écurie, enfin, c'était une cave<; <et puis Alors... les grandes ont dit "Oh maman.. maman.. et papa était mort.

J'étais toute petite, jr devais avoir, Ecoutez, c'est avant la guerre, la guerre de 14-18,

Et alors il y avait un peintre qui venait sur la plage

Mais puisque j'étais en 1908, j'avais donc 6 ans. J'avais 63  ans Alors on est resté encore une année. Et puis comme maman n'a pas voulu acheter, Papa vivait encore en 14, Papa n'est mort qu'en 16, alors comme ils n'ont pas voulu acheter, les grandes disaient;" Papa n'chète pas ça, on n' a pasd'amis.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pierre Le Bihan - dans SOUVENIRS
commenter cet article

commentaires