Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 octobre 2010 7 24 /10 /octobre /2010 18:01

BAIE-100.jpg A la cathédrale, la fenêtre 100, cidessus, se présente en trois lancettes trilobées de , 0, 55 m de large, sur 220m de haut, séparées pardeux meneaux. dans le tympan, trois quadrilobes? dominent trois trilobes.

 

La Pose de ce vitrail  est faite à l'extérieure par les toits. Les panneaux de vitraux sont encastrés  dans une rainure pratiquée dans la pierre. Chaque lanncette est partagée en qutre panneaux  pra des ferrures dites barlotières.

 

 

LES  TROIS EPOQUES DE LA BAIE 100.

Les péripéties

 

 

Cette baie, aux multiples péripéties, se trouve parmi les fenêtres hautes du chœur de la cathédrale Saint-Corentin de Quimper.

 

Elle est celle que l’on aperçoit tout en haut et au fond. en entrant dans cet édifice,

Le sujet en est une Crucifixion, copie récente, en1992, de l’original des premières années du Xvième siècle, 1417,  disparu  aux alentours de 1856 pour être remplacé par une nouvelle Crucifixion du verrier Lobin.

 

Cette dernière, lors de la grande restauration de la fin du XIXième fut transférée à l’église de Châteaulin en cours de construction. Le pourquoi, comme le pense Yves-Pascal Castel, c’est que cette oeuvre était trop personnelle et était de plus, en complet désaccord avec les fenêtres voisines du verrier Lusson , nouvellement posées.

 

 

Revenons à la Crucifixion de 1417.

 

De 1856, date où elle fut notée comme présente, jusqu’en 1962, sa trace fut perdue. A cette date un article de Jean Lafond dans la revue de la Société des Antiquaires de France, signale alors sa présence dans le Lot au château de Castelnau Bretenoux. Le mëme auteur rappelle cette découverte en 1978.

 

Cette Crucifixion, sans spécificité d’origine  réapparaît après 1896 et avant 1932, au château de Castelnau Bretennou, que vient de racheter, Jean Mouliérat,  enfant du pays, célèbre chanteur d’opéra comique, qui est en plus collectionneur de pièces rares et hétéroclites.

 

En avril 1932, suite à la donation du mobilier à l’Etat,  un inventaire  est dressé et le vitrail de la Crucifixion est de nouveau classé. Personne ne semble en connaître la provenance.

 

Quimpérois, Maître verrier, m’intéressant aux vitraux de la cathédrale, j’avais relevé tous les documents concernant ces vitraux. Lorsque mon atelier fut appelé  pour y travailler et lorsqu’on arriva à la restauration du chœur, je proposais de monter une étude sur cette Crucifixion de Castelnau Bretenou. Pour moi, son retour à Quimper devait  et pouvait être assuré, les deux édifices appartenant à l’Etat.

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pierre Le Bihan - dans cathedrale quimper -
commenter cet article

commentaires