Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 juin 2007 3 20 /06 /juin /2007 13:57
Un chevalier à genoux vêtu d?une cotte bleue sur laquelle est une croix d?or. Il est présenté par saint Christophe.- Christophe de Lezongar.

        Cathédrale Saint-Corentin
                    baie 114
            Vitre de Prat ar Raz

                    Transept, bras sud, mur est.

            Les lancettes b et c sont de la fin du xve
        Les deux autres lancettes, la a et d sont du xixe


                Les constats des historiens
                    du XIXième siècle


La lecture des constats des historiens du XIXième siècle nous offre une description des vitraux bien différente de celle que l?on trouve actuellement.


Vitre de Prat ar Raz, tel est le titre que donne Aymar de Blois , 1760-1782, à cette fenêtre de quatre lancettes trilobées, dans le registre de Boisbilly (1), et voici ce qu?il relève
<<
Le vitrail représente un seigneur à genoux (seconde lancette actuelle) revêtu de sa cotte d?armes bleue, à la croix d?or, une fleur de lys de même couleur au quartier droit. Il est présenté par saint Christophe; on croit que c?est un Lezongar, sieur de Prat ar Raz2 .
Sa femme(troisième lancette actuelle) est derrière lui présentée par sainte Marthe. Sa robe est moitié des armes de son mari, moitié des siennes propres, qui sont rouges à trois macles d?argent. Ce sont celles de Kermeno3 en Vannes. Les deux premiers panneaux sont détruits. Sainte Marthe est reconnaissable par la Tarasque4, espèce de dragon qui l?accompagne : ce panneau de vitrail a été transporté dans la chapelle de la Victoire
.>>

     Le Men, 1837, nous offre une autre description.

<<
1 er panneau.- Une dame à genoux présentée par sainte Marthe (troisième lancetteactuelle). Sa robe est partie des armes de son mari représenté dans le deuxième panneau, et des siennes propres qui sont : de gueules à trois macles d?argent.- Ce sont les armes de la maison de Kermeno, dans l?évêché de Vannes.
2 er panneau (neuf) (quatrième lancette actuelle).- Un chevalier à genoux portant pour armes : d?azur à la croix d?or cantonnée à dextre d?une fleur de lys de même, présenté par saint Ronan, ermite. Ronan de Lezongar seigneur de Pratanras.
3 er panneau (deuxième lancette actuelle)
 ?
4 er panneau (neuf) (n'existe pas actuellement dans cette baie).- Ecuyer portant une bannière écartelée au : 1, d?azur à la croix d?or cantonnée à dextre d?une fleur de lys de même ( Pratanras) ; au 2, de sable à une fasce échiquetée d?argent et de gueules ; au 3, d?azur à sept macles d?argent ( Le Saux, seigneur de Pratanros,6 en la paroisse de Penhars) ; au 4, d?azur à trois mains d?argent en pal 2 et 1, chargées d?une cotice de gueules (Guengat)7

Le Men 8 ajoute qu?il a<< rétabli cette verrière d?après un aveu fourni au roi, le 4 avril 1731, par François Dorval, seigneur de Kergos.>>


Voici le troisième inventaire.1892, celui d? Alexandre Thomas,abbé, qui correspond exactement à ce que nous voyons actuellement et  ce depuis 1873/1874, ici, restauré en 1992-93.

1   
Saint Pierre présentant un seigneur qui porte les armes écartelées : 1° de Pratanras, 2° armes inconnues, 3° de Pratanros, 4° de Guengat. ;
2 Saint Christophe présentant Christophe de Lézongar ( ou Pratanras) ;
Sainte Marthe, présentant la femme du précédent, née de Kermeno ;
3 Ronan de Lézongar présenté par saint Ronan vêtu en ermite ( Ce détail montre que ce panneau est moderne, car autrefois l?on donnait toujours à saint Ronan les attributs épiscopaux.)


     Alexandre Thomas continue en faisant remarquer que
si l?on trouvait en trois fois et dans  des lieux et dates différents, choeur, transept et nef, des représentations de la même famille, c?était que
<< les enfants ou petits enfants ne voulurent pas se montrer moins généreux que leurs ascendants.>>

     Après cette page de présentation de la baie, il faut souligner que nous nous trouvons, pour ce qui est des vitraux anciens et d,origine, devant quatre panneaux figurés les b1, b2, et les c1, c2, plus les dais au nombre de trois sur quatre. Ces derniers éléments n?ont jamais intéressé les historiens quimpérois. Ce qui ne fut pas le cas du verrier parisien Ottin qui dans Le Vitrail en reproduit plusieurs.10

Il semblerait donc que le restaurateur du XIXième siècle, Lusson ou Lefèvre, ait préféré mettre les deux ensembles XVe côte à côte, ne suivant pas en cela les conseils de Le Men. Ce que ce dernier confirme dans les premières pages de sa monographie : << Je dirai une fois pour toutes, que la restauration des vitraux,(photo ci dessous) ,a été faite d'après mes indications, qui n?ont pas été toujours fidèlement suivies.>>11 Autre exemple, dans cette baie, le quatrième panneau ( entendre lancette), avec écuyer portant une bannière écartelée, a disparu, par contre les armoiries sont portées par le donateur inconnu de la première lancette, oeuvre du XIXe.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pierre Le Bihan - dans famille de peintres vitriers
commenter cet article

commentaires