Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 octobre 2009 5 02 /10 /octobre /2009 15:05

Eglise. du XIXe


L’église ancienne qui remontait au XI° siècle,  malheureusement, a été démolie en fin du XIX°,
comme beaucoup d’autres, et remplacée, par l’actuelle, de style néo-gothique


Les vitraux  que l’on voit actuellement sont dûs à des ateliers de peintres verriers français de la fin XIX°,




 Lobin de Tours, avec 3 verrières signées de sa main et datées 1877 Le premier de la dynastie, ils furent cinq, lucien Léopôld Lobin est décédé en 1865, Ce serait plutôt Léopold Julien Lobin, mort en 1892, qui  est l'auteur



Oudinot  de Paris-
Oudinot, Eugène,    né à Alençon 6 avril 1827, mort en 1890. En 1842, éléve de la manufacture de Choisy-Le-Roy,  dirigé par Bontemps, sorti en 1848,

Sainte-Anne-d'Auray, basilique. 1869 Aussi l’on décida de partager le reste des travaux entre les deux peintres les plus renommés : M. Le Maréchal aurait toutes les verrières du rez-de-chaus-sée, M. Oudiriot celles du premier étage y compris les rosaces
Aussi l’on décida de partager le reste des travaux entre les deux peintres les plus renommés : M. Le Maréchal aurait toutes les verrières du rez-de-chaus-sée, M. Oudinot celles du premier étage y compris les rosaces



Gesta deToulouse, auteur de la nef. vitraux eux aussi de 1877
Vitraux qui furent classés en 1978.


  Ce dernier auteur des baies:5, saint François en aube, et saint François en bure, baie 6; Nicolazic et Keriolet, baie 7, saint Georges et saint avec palme et croix à double potence, baie 8, saint Isidore et saint Roch, baie 9, saint avec pain et palme, habillé en blanc, baie 10, sainte Balma er sainte Adwisa ? .En 1986, la grisaille disparaît en beaucoup d’endroits.Il s'agirait de Henri, Louis, Victor, actif jusqu''en 1894





Ces vitraux ont été classéesClassées en 1978.

.

Ensemble de verrières sans grand intérêt, si ce n'est une galerie de saints statiques de famille française.


 Seuls Nicolazic et Keriolet peuvent sortir de cette grisaille, par leur rareté en vitrail.

Certains personnages du choeur de Lobin, tel Joachim sont d’un archétype. ( on le retrouve à Landerneau)


Baie 0, baie à deux lancettes trilobées et 4 panneaux, dans le tympan , quatre feuilles. Dans niches, saint Joseph, et l’enfant Jésus,  Mater Dei. Portant une quenouille dans les bras. Lobin 1877;

Baie 1, baie à deux lancettes trilobées et 4 panneaux, dans le tympan , quatre feuilles. Dans niches saint Paul, saint Pierre. Armoiries dans socle ; Lobin 1877 ;

Baie 2,   baie à deux lancettes trilobées et 4 panneaux, dans le tympan , quatre feuilles. Dans niches, saint Joachim, tenant un phylactère, sainte Anne et la Vierge à qui elle apprend à lire. Dans socle armoiries. Lobin 1877,

Baie 3 , baie à 3 lancettes trilobées de 7 panneaux et réseau composé de 2quatre feuilles et 1 trilobe. Dans niches, Sacré-Cœur sur fond rouge entouré d’anges nimbés sur fond bleue portant les symboles de la Passion : lance, couronne Oudinot
Don de l’évêque de Vannes don de Sainte-Anne d’Auray.

Baie 4,  dans baie à 3 lancettes trilobées et 7 panneaux, dans niches,  en c,saint Michel sur fond bleu,  en b, la Vierge, les mains jointes écrasant le dragon sur fond rouge  et en a, saint Gabriel, sur fond bleu.  Dans réseau 2 quatre feuilles et 1 trilobes. Oudinot..
Don de la paroisse et de ses paroissiens.

Baie 5, baie à deux lancettes trilobées et 4 panneaux, dans le tympan , quatre feuilles. Dans niches  sur fond bleu, saint François Xaxier en aube de diacre, saint François en bure de  moine. Lobin 1877,  restauration atelier quimpèrois de Jean-Pierre Le Bihan 1993.


Baie 6, baie à deux lancettes trilobées et 4 panneaux, dans le tympan , quatre feuilles. Dans niches sur fond bleu à damas, Nicolazic  habillé en  gentleman farmer, un chapelet à la main, botte de cuir, pantalon de cheval et gilet vert.  Keriolet en soutane les mains jointes.. Lobin 1877,


Baie 7, baie à deux lancettes trilobées et 4 panneaux, dans le tympan , quatre feuilles. Dans niches saint Georges et saint  prêtre , non effacé, avec plume et croix à double potence. Lobin 1877,


Baie 8, baie à deux lancettes trilobées et 4 panneaux, dans le tympan , quatre feuilles. Dans niches saint Isidore, miche de pain dans les mains, grande canne, roue de charrue et saint Roch,  avec son chien noir, assis, bourdon, coquilles saint Jacques sur manteau rouge, sur fond violet damassé. Lobin 1877,


Baie 9, baie à deux lancettes trilobées et 4 panneaux, dans le tympan , quatre feuilles. Dans niches, saint Antoine, avec pain et palme, et saint en aube, fonds bleu Lobin 1877,


Baie 10, baie à deux lancettes trilobées et 4 panneaux, dans le tympan , quatre feuilles. Dans niches sainte Balma ?  couronne d’épines et croix,et sainte Adivisa ?. sur fond bleu clair damassé. Lobin 1877,


Baies 11 et 12, vitrerie en losange et verre antique.

En 1986, les grisailles de la nef avaient disparu en beaucoup d’endroit.
Une première restauration a du avoir lieue vers 1965,

Une seconde eut lieue en 1993 par l'atelier quimpèrois de Jean-Pierre Le Bihan

La numérotation des baies. La baie du chevet prend le chiffre 0, les baies de droite prennent en partant du chevet les numéros paire, 246..celles de gauche des numéros impaires.13 5..


COMPLEMENT

Dans mes archives, je trouve ces quelques lignes  concernant un manuscrit que je crois avoir lu.


 Le recteur, François Le Bihan, 1791-1864, un de mes ancêtres,  a recueilli sur un manuscrit la tradition populaire sur la découverte de la statue de sainte Anne, par  Nicolazic le 25 Juillet 1624 et les événements qui ont suivi cette découverte.
 
 Ice recteur était le fils de Jean Le Bihan 1757-1815, oncle de Marie-Jeanne Le Bihan,  arrière grand-mère de mon père,Yves Le Bihan 

 Ce manuscrit attribue l’enlèvement de la statue au citoyen Laity. « Et voici le portrait qu’il trace du per-sonnage: Dès 1793 il s’était acquis une si belle réputation de terroriste que Prieur de la Marne le nomma (à l’âge de 27 ans) procureur-syndic d’Auray ; mais il quitta bientôt ces fonctions pour occuper le poste d’ agent national, qui lui permettait d’exercer plus activement sa fureur anti-religieuse. Nul ne se donnait plus de mal que lui pour faire la chasse aux prêtres réfractaires; accompagné de gendarmes et d’un chien énorme qu’il avait dressé tout exprès pour ce genre de poursuites, il les traquait nuit et jour »
.
Il décrit aussi l’état de la chapelle  de Nicolazic après le passage des révolutionnaires.

jean-pierre le bihan.


Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pierre Le Bihan - dans VITRAUX XIX°
commenter cet article

commentaires