Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 mai 2008 2 13 /05 /mai /2008 17:51
COMMENT QUATRE VERRIERS  ONT-ILS  PU COHABITER EN UN TEMPS COURT
DANS CETTE EGLISE DE SAINT-HOUARDON?


Ces verriers, avaient comme nom Durieux, Jean louis Nicolas, Hirsch et Lobin;

Durieux,
E.    1860, Landerneau, 29, église Saint-Houardon, fenêtres 1,2,3,4, Grisaille proche de celle de Nicolas et baie chevet, Annonciation, au style très académique, vitraux posés à l'envers, grisaille à l'extérieur et certains tête-bêche.
Hirsch, Charles,Emile,     né à Metz en 1832. Obtient à 12 ans le 3e prix au concours général des Ecoles de dessin de la ville de Paris. Israélite, il se convert;it au protestantisme, puis au catholicisme.
    Aux Beaux-Arts, atelier de Théodore Rousseau, Delacroix, d’Ingres, Flandrin, expose à partir de 1852 au Salon de Paris/
 Atelier Paris, 75, 26, rue Gauthey, et avenue de Clichy.
 Période d'activitè de 1860 à 1900, travail sur toute la France.
Expose aux Etats-Unis en 1873, 1878, 1880, et aux salons 1876,1877. A eu comme apprenti Georges Rouault.
Bien vu du clergé et de l’évêque du diocése du Léon et de Cornouaille il en fait le portrait en 1852. En 1864, l’évêque dit de lui qu’il est le seul verrier capable de composer un vitrail en rapport avec un monument gothique. «  talent dejà bien connu et plus encore pour sa piété »
 Avant de lui confier la principale fenêtre de la basilique du Folgoët. Heureux du succès de l’œuvre, l’évêque continue : « je suis décidé à vous donner une nouvelle verrière pour le Folgoêt ; elle vous servira d’expérience. Je vous recommanderai à mon clergé. »


Lobin, Lucien Léopold
fils né à Tours,26.3.1847, éléve du fils Flandrin, beau-frère de J.P.Florence, collaborateurs : Laurent Gsell, Gesta, Bigot et Heinrich.
 29, rue des Ursulines ; Tours.Se dit peintre d’histoire ; élève de son père et d’Hippolyte Flandrin.
    Après le décès de son père en 1865, l’atelier est : Manufacture de Vitraux Peints de Veuve Lobin et Fils

Nicolas, Jean-Louis, Naît à Morlaix en 1816, père racleur de vase et allumeur de réverbère, sa mère Marie-Louise ar Iod ( "la bouillie") tient un petit commerce. apprentissage de peintre, monte sur Paris 1839, compagnon du Tour de France, académie Jullian, épouse la fille d'un peintre vitrier de Landivisiau. s'installe en 1842. Oeuvre essentiellement religieuse

Comment ont-ils pu crèer en si peu de temps, 1860-1863
Qui a pris la décision de ce choix?conseil paroissial, évêché? curé?
Au premier abord,
le choeur a été donné à Lobin, sauf trois fenëtres à Nicolas.
Les transepts à Hirsch avec débordement sur la nef;
Le  fond de la nef à Nicolas et le chevet à Durieux.


Sur les églises de Landerneau 
http://jeanpierrelebihan.over-blog.com/article-15566258.html

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pierre Le Bihan - dans jeanpierrelebihan
commenter cet article

commentaires