Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 mars 2008 5 07 /03 /mars /2008 05:47

PLOUNEVEZ-LOCHRIST.


Eglise Saint-Pierre.    Edifice actuel de 1871-1872.
incendiée en 1935.


Edifice ancien.



            1614, Procès verbal des prééminences.

La maîtresse vitre est composée de quatre lancettes trilobées entièrement vides de figuration, du moins sur le relevé de  Jean Bourricquen, si ce n’est dans la tête de la seconde lancette avec le blason de Léon, et un tympan ajouré de six quatre-feuilles et 19 écoinçons. Ces derniers sont vides alors que les premiers offrent au plus haut les armoiries de de Carman surmonté de la couronne de marquis, entouré du collier de l’ordre de Saint-Michel, doublé des armoiries de Léon et portant sur un phylactère la devise Dieu Avant, dont on lit, DIEUX. L’autre phylactère, sur la droite, le AVANT a disparu. Dessous les deux quatre-feuilles, alliances de Carman .

Les trois inférieurs ont une Trinité, l’ange de saint Mathieu et le lion de saint Marc, portant chacun un phylactère avec leur nom.

La vitre de la chapelle Saint-Sébastien, côté épître, est à trois lancettes, elles aussi trilobées et un tympan composé de sept soufflets et huit écoinçons, ces derniers aux armes de Carman allié avec les Coëtmen, Léon, Dinan, Perrier et  du Chastel. Chaque blason est porté par un ange
Le sujet de la lancette centrale  est une Piéta, où le Christ est sur les genoux de sa Mère qu’entoure trois personnages nimbés, dont à droite un probable saint Jean .La Croix se dresse derrière, portant le titulus. Au-dessus un dais à trois faces. Sur le sol, la couronne d’épines, un morceau de lance et deux clous croisés.
Saint-Sébastien dans une niche, emplit la première lancette. Encordé au tronc d’un arbre, la main gauche au-dessus de la tête, l’autre passant derrière, six flèches le percent . Un rideau tombe derrière lui  dans la fond, accroché au dais. Un  texte coure sur la base de la lancette.
Dais avec fleuron central différend des deux autres, où est accroché le rideau. Cette lancette de droite présente le donateur en la personne du futur évêque de Léon de 1507 à 1514 Jean de Carman Il est en orant vêtu en robe noir et surplis blanc. L’étole est passée sur le bras gauche. Sur le prie Dieu ,au-dessous du livre de prière ouvert, et sur l’étoffe qui recouvre ce meuble, les armoiries des de Carman. Accompagné de saint Jean-Baptiste, son saint patron et intercesseur,, il se tourne vers la Piéta centrale.


Dans cette chapelle Saint-Sébastien de l’église paroissiale, une autre baie, au-dessus d’un enfeu, baie à trois courtes lancettes et  neufs soufflets, n’offre qu’un blason des Carman au soufflet le plus haut.


Au pignon sud est une fenêtre polylobée pleine d’un grand blason des Carman, allié avec Maillé, Laval, Rohan, Léon, Dauffin, Luxembourg, Goullaine et Bruillec.. Ce blason est timbré de la couronne de marquis et ceint du collier de saint-Michel.

1712-1725, reconstruction de l’église.


            1744, le 17 avril.  Procès verbal des prééminences

En la chapelle Saint-Jean, une vitre ornée d’un écusson armoyé de trois huchets appartient à Charlotte Legris, dame de feu Jacques Toussaint le Borne.

Le 19 avril,  dans le tympan de la maîtresse vitre, il est relevé en haut un écu de Maillé-Brézé timbré d’une couronne de comte, puis au premier soufflet un blason aux armes de Rohan timbré d’une couronne de comte. Le deuxième est décrit sans attribution.
Au- dessous « plus bas que ces écussons, au second rang du virage, apparaît au-dessous de la figure du Christ, un autre écusson, sans ornement, portant d’or au lion d’azur lampassé et couronné d’or.

Au troisième rang du côté de l’épître, est un écusson d’argent à 2 fasces de sable accompagné de deux devises, et portant chacune en lettres gothiques : Pour ma vie ; et au même niveau du côté de l’évangile, au-dessous de l’image de saint Pierre, un écu sans ornement offre un burellé d’or et de gueules de 10 pièces, qui est de Penteunteniou.
Au dernier panneau inférieur, derrière les gradins de l’autel, apparaît un écusson échiqueté d’or et de gueules à six traits, qui est de Kergournadec’h. » Ch. Pérennés. Plounévez-Lochrist. 1943.

La fenêtre de l’aile sud mesure 6 à 7 pieds de haut sur 4 de large. Elle porte en sa partie supérieure un écusson et au-dessous un second écusson.

Il y a une grande vitre au pignon sud du choeur.
La fenêtre de l’autel Sainte-Anne possède deux blasons.
La fenêtre de l’autel Saint-Yves est blasonné de Kerret de Coatlus .
La fenêtre voisine de l’autel de Sainte-Marguerite a trois blasons, alliances Châteaufur et Kergounadec’h, Châteaufur, Kerjean Barbier et Châteaufur

1747,  lors de l’agrandissement« le sieur de Kergreac’h se chargera du vitrage moyennant 588 livres ; »Ch Pérennes. Plounévez-Lochrist. 1943.

1935, le 15 mai, incendie obligeant à une reconstruction. et détruisant les vitraux datant de la fin XIX°

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pierre Le Bihan - dans famille de peintres vitriers
commenter cet article

commentaires