Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 février 2008 4 21 /02 /février /2008 08:18

PLABENNEC.   
    .

Eglise Saint-Ténénan.  
  Edifice actuel de 1720Plabennec-Egl-DIA-PL-16b-W.jpg

  AU XVIe siècle, «  la grande vitre »a dans le réseau 4 écoinçons et 10 soufflets  dont 7 aux armes avec cuirs de Carman alliées avec Léon Maillé le Chastel.

Le plus haut étaIt celui de Bretagne.
Le soufflet central avec le lion de Léon est entouré du collier de l’ordrE.

Le blason de droite est décoré de la Cordelière étalée en lacs d’amour.

Deux d’entre eux, les plus bas et centraux, sont imagés de deux personnages qui sont saint Pierre avec sa clé etlsaint Ténnan avec sa crosse. Tous les deux sont à genoux, la forme ne permettant pas une autre pose, se faisant face.La clé et la crosse vers l'extérieur.

Dans les quatre lancettes à plein cintre,4 scènes de la Passion. De la gauche à la droite : baiser de Judas, Jésus tombant sur le chemin du calvaire, Simon de Cyrène l’aidant, la Crucifixion : la Vierge et  saint Jean entourant le Christ et Marie Madeleine enserrant la croix, la Résurrection.

Relvé de1614. pour les Prééminences de Carman commandé par Tanguy de Kermavan et Louyse de la Forest son épouse. L'auteur étant  Jean Bourricquen.)

L'historien le Guennec,
propose une lecture de la grande vitre dont l'écusson le plus élevé était de Bretagne plein tandis que le Lion de Léon, entouré du collier de l'Ordre. remplissaient le soufflet central, quatre blasons de Carman, dont l'un entouré de la  cordelière passée en lacs d'amour, s'étalaient dans les autres soufflets. Deux familles de la paroisse avaient leurs armes et l'auteur y reconnaissait Lescoêt.

A la même hauteur, étaient les images assises des deux patrons de Plabennec, saint Pierre et saint Ténénan

Les panneaux inférieurs représentaient des scènes de la Passion: le baiser de Judas, la montée au Calvaire, le Crucifiement et la Résurrection.


Du côté de l'évangile, une petite fenêtre du XIV° OU XV° siècle, formée de 2 panneaux  et d'un quatre feuilles, contenait deux écus de Carman ancien et l'oculus à 5 lobes d'une fenêtre du côté de l'épitre encadrait l'écu de Léon


XVe. Vitre du côté de l’évangile sur l’autel  deux blasons avec les vieilles armes de Carman.( même source)
XVe . Vitre du côté de l’épître  le blason de Léon.( idem)


XVIe.Vitre du pignon sud, deux blasons avec cuirs aux  armes de Carman alliés aux Maillé. ( même sources)


1720, le 25 mai, pose de  la première pierre de la nouvelle église, incident entreCarman et Rohan. Le duc de Rohan affirmait que ses armoiries venaient immédiatement après celles de Bretagne .



1775, le 17 septembre à 15 heures, la foudre brise entièrement les vitres des quatre fenêtres du bas de l’église et endommage le reste des vitres.



Chapelle de Lesquellen.

Réparée en 1810, en mauvais état en 1823, démolie par le propriétaire, le 6 février 1884, le clocher s'écroulePlabennec-ND-de-Lesquelen-D-copie-1.jpg


En la grande vitre possédant 3 lancettes et 5 soufflets et 2 écoinçons,
on trouve dans le réseau en supériorité les armes de Carman et Chastel entouré d’un collier.
Les autres soufflets sont occupés par des anges présentant des instruments de la Passion. 
Une Crucifixion
emplit ces 3 lancettes

Celle de gauche il y a Marie,

dans la suivante le Christ en croix avec Marie-Madeleine au pied, le pot de parfum sur le sol de l’autre côté, et
dans la lancette de droite saint Jean.

Côté évangile,

vitre de deux lancettes à plein cintre avec comme sujet l’Annonciation. L’ange, dans la lancette de gauche, une fleur à la main qu’il a retiré d’un vase posé à terre.

  lancette de droite,  la Vierge se détournant, l’Esprit planant sur un grand nuage. Une fenêtre s’ouvre sur la droite  Au bas des lancettes court le texte AVE GRATIA PNA  puis ECCE ANCILLA TUA.
Le réseau est composé de 3 soufflets, le plus haut, alliance Carman du Chastel entouré de la devise dans deux phylactère.. Les deux autres, diverses alliances avec aussi devise. Deux écoinçons sont vides d’armes.

La vitre du pignon sud,
à deux lancettes vides d’armoiries, et trois  soufflets dont deux avec armes de Carman
En la chapelle de Saint-Germain du côté de l’épître,

la vitre présente en deux lancettes une Dormition de la Vierge dans un lit à baldaquin, à rapprocher de celui des Cordeliers de Quimper, mais inversé de sens. Au dessus trois soufflets, le plus haut avec les armes de Carman- entourées de cuirs, les autres avec chacun un ange en orant

1755, le 17 sept, l’orage détruit les vitraux du début XVIIIe.


Chapelle de Locmaria-Lann.



 Pour cette chapelle, à la demande des responsables laïcs, il a été rétabli, avec liberté, certains sujet qui existaient auparavant en cette chapelle. Pour cela ; il a été suivi  le relevé des prééminences de Carman, exécuté par le peintre vitrier Jean Bourricquen   en 1614,  relevé commandé par Tanguy de Kermavan et  Louise de la Forest son épouse dont le mariage eut lieu en 1510. En voici la description


ci-dessous deux descriptions;


1518. La verrière du chevet comportait un tympan de 18 soufflets dont 13 blasonnés des armes de Carman  alliées avec Léon Chatel, Léon la Forest, Vieux Chastel,Rosmadec, Penaneach, Coetmen, Le Parier

Au-dessous, la fenêtre possédait  4 lancettes trilobées.Plabennec-ND-de-Locmaria-DI-copie-1.jpg

Dans la première à gauche, Tanguy de Carman, à genoux devant un prie-Dieu, présenté par son saint Patron, ici un évêque moine avec crosse tourné vers l’intérieur, peut-être saint  Goulven si l’on s’en réfère au texte courant au bas de la fenêtre.

En la deuxième lancette, Marie portant le corps du Christ, manteau bleu, robe rouge, derrière elle la croix avec INRI, deux personnages l’entourent.

La lancette suivante
présente Louyse de la Forest avec saint Jean comme intercesseur.

La dernière lancette est composée de deux panneaux. Le supérieur avec saint Pierre et saint Paul et le second saint Louis entre le riche et le pauvre.  Le texte qui coure au bas des panneaux donne SANCTE GOLVINE ORA PRO NOBIS 1518 ST LOUYS.

(1614,  prééminences de Carman; Relevé de Jean Bourricquen  commandé par Tanguy de Kermavan et  Louise de la Forest son épouse dont le mariage eut lieu en 1510.) Le Guennec. Prééminences de la famille de Maillé-Kerman..p.22
Les Kermann-lesquallen avaient fait placer la verrière du chevet.

On y voyait un groupe de Notre-Dame de Pitié, entouré des éffigies de Tanguy de Kerman et de Louise de la Forest, celle-ci présentée par saint jean qui tient une coupe. Son mari est présenté par saint Goulven.

Au-dessous on lit Sancte Golvine ora pro nobis.

Au quatrième panneau saint Pierre avec sa clef, saint Paul avec son épée, le roi saint Louis assis rendant la justice , en grand manteau d'hermines semé de fleurs de lys d'or et en chaperon rouge. au-dessous daté 1508
Au sommet  armes de Rohan avc collier de l'Ordre, plus onze écus des Kerman et leurs allinaces. Le guennec, prééminences de la famille de maille-kermann, p. 22


Chapelle Sainte-Anne de Lanorven XVI° siècle,

 restaurée en 1891

En 2005, dégats vandalisme, jets de pierres    sur le vitrail de la baie 2
Restauration complète en 2006
Côté sud oculus et baie cintrée,
Côté Nord  baie cintrée oculus ces deux baies avant vitrerie bois et fer
Fourniture en 2005 de «2 vitraux figuratifs présentant sainte Anne et saint Cadou, créations d’Antoine Le Bihan, ci contre esquisses.
.

Les vitraux actuels
de l'église paroissiale
 sur blog
jeanpierrelebihan2.over-blog.com

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pierre Le Bihan - dans famille de peintres vitriers
commenter cet article

commentaires