Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 février 2008 1 11 /02 /février /2008 06:21
LOGONNA-DAOULAS.

Eglise Saint-Monna.     édifice du XVIIe

Prééminences des seigneurs de Rosmorduc
en 1495, 1668, 1685 dans les vitres de l’église


Description des vitraux actuels


Les baies se numérotent à partir de la baie du chevet 0, puis les nombres impair au Nord et les paires au Sud.

Baie 0,   auteur, atelier L.V.Gesta,de Toulouse fin XIXe baie à trois lancettes trilobées de 3 panneaux par lancette. Le réseau est composé de 2 trèfles , deux soufflets et 2 écoinçons.
Dans les soufflets armoiries de l’évêque et du pape .
La scène de la Crucifixion s’étale sur les trois lancettes sous trois dais néo gothiques. Le Christ en croix est au milieu, les pieds cloués et séparés, reposant sur une cale posée à deux pieds du sol . Un linge  blanc noué lui ceint  les reins.
Sa tête couronnée d’une couronne d’épines grise a suivi le corps  qui se déhanche et tombe  légèrement sur sa droite.
A gauche de la baie, Marie debout, de face, le haut du corps un peu tourné vers la droite, a ramené ses poignets auprès de son visage qui est présentéde trois quart gauche et penché. Ses yeux sont demi clos. Un voile blanc couvre les cheveux.
Elle porte une robe rouge sous un manteau bleu outremer à galon or et doublé de cendre bleue. Un pan est ramené sous le coude droit. De l’autre côté, saint Jean, de trois quart droite, le visage, aux cheveux blonds non bouclés, de face, montre de la main gauche le Crucifié. La  main droite tient un rouleau ouvert ou on peut lire ; unus militu lancea lates ejus aperuit qui vidit testimonium  perhiruit.  Il est habillé d’une robe couleur vert de cadmium, et d’un manteau rouge à galon or, doublé d’un tissu couleur laque de garance, manteau passant par l’épaule droite et découvrant le côté gauche.  Au-dessus de Marie, le soleil, et de Jean, une lune rousse. Le ciel gris se déchire et un rayon lumineux tombe au-dessus d’une Jérusalem  gris bleue qui se ceinture de remparts et apparaît au-dessus de la colline du Golgotha.

Baies 1 et 2, les douze apôtres.  toujours de l'atelier Gesta, Fin XIXe
Baie 1, 2 écoinçons  et 4 soufflets, ces derniers portant sur fond bleu les armoiries des de Rosmorduc. Dans les lancettes six niches présentent sur fond  de pièces irrégulières bleues  six apôtres, en pied et de face, avec leurs noms écris en latin sur les socles.   Saint  Thomas, d’aspect jeune, de face, la tête, aux cheveux coupés à la Jeanne d’Arc, relevée vers le ciel,  tient l’équerre des deux mains, porte une robe  à plis de couleur vert véronèse, et un manteau vert anglais accroché à l’épaule gauche et doublé de rouge. Saint Judas, Tadée, nimbe blanc, de face, longue barbe, tient un bâton de la main gauche et bénit de l’autre. Il porte une robe  à plis, rapiécée,  de couleur jaune clair,  qu’une  grosse cordelette à nœud  sert aux hanches et un manteau  brun bitume ;  saint Philippe, de trois quart droite, nimbe rouge,  les deux mains serrées sur un fouet, robe  jaune laque et manteau vert olive ; saint Pierre de face, avec sa mèche sur un crâne chauve, léger collier noir, nimbé de rouge, tient de la main gauche deux clés serrées l’une contre l’autre  qu’il montre de l’autre main. Comme vêtements il a une robe  violet bleu et une manteau posé sur son épaule droite de couleur jaune d’or ; saint André, nimbe jaune d’or, de face, coupe de chevaux noirs à la Jeanne d’Arc, visage jeune baissé, tient des deux mains sa croix  en X. son manteau  de couleur vert anglais foncé est accroché aux deux épaules et découvre une robe violette délavée ;  saint Jacques le mineur, en évêque les deux mains en avant à la hauteur de la poitrine, nimbe orange,  robe bleu cendre léger sous aube blanche à galons d’or et chasuble encre violette à tau blanc avec croix.



 Baie 2,  baie de trois lancettes cintrée à deux niveaux et 4 panneaux. Dans le réseau, 2 écoinçons  et 4 soufflets, ces derniers portant sur fond bleu les armoiries des de Rosmorduc. Dans les lancettes six niches présentent sur fond  de pièces irrégulières bleues  six apôtres, en pied et de face, avec leurs noms écris en latin sur les socles Saint Barthélemy, nimbe rouge,  barbe grise, cheveux frisant,  de face au nimbe rouge, tout habillé de bleu dont un manteau à revers orange, qui tient le coutelas de son martyre ; Saint Mathieu, nimbe jaune, le visage tourné sur la gauche,  robe crème, manteau couleur bleu de céruleum, avec dans les mains un sac bleu gris et une hache immense ;  saint Paul, de face barbe noire, robe crème et manteau rouge, il tient  une épée d’une main et un rouleau ouvert de l’autre ;  saint jean,  visage entouré de cheveux longs et doré, robe verte foncée et manteau couleur violet de cobalt foncé. Il tient de la main gauche le calice sans la présence du serpent et un évangile de l’autre main ; saint Simon,  nimbe rouge, le corps et le visage aux longs cheveux marrons de trois quart droite, habillé d’une robe d’un vert de cobalt et un manteau Acouleur vert de vessie. Il tient des deux la scie (égoïne) de son martyre ; saint Jacques,  nimbe crème, de face, le crane chauve, la barbe noire en pointe, tient de la main droite don bâton de pèlerin. Il est vêtu d’une robe brune et d’un manteau  gris ocre.

Baies 3,4,5,6, atelier Hubert de Sainte-Marie de Quintin. La Cène, saint Yves,  La Vierge,  dans les réseaux blasons des de Rosmorduc.

 Baies 7,  9 ., Assomption,

 Baie en ogive avec armature, 1 verticale et 1 horizontale. Le verrier Rault  de Rennes a créer deux lancettes et un écoinçon. Dans la lancette de gauche, sur un fond composé de pièces rectangulaire de divers bleus outremers, saint Corentin, de face, en évêque avec mitre orange et crosse de la même couleur, au bâton rouge, tournée vers l’intérieur.  Sa main gauche descend vers un poisson de couleur  rose saumon qui sort de l’eau de la fontaine. Le saint a revêtu sur une soutane laque de garance, une aube bleu de cobalt clair, une chasuble vert émeraude à tau  plus claire. Dans le bas, au-dessus de la fontaine, sur un ciel vert véronèse se détache en blanc les deux flèches de la cathèdrale Saint-Corentin de Quimper. Dans la lancette de droite, sur un fond composé de pièces rectangulaire de divers bleus outremers,  saint Pol de Léon,  en pied,  le corps et le visage de trois quart, un penché vers le sol, en évêque avec crosse vers l’intérieur au bâton rouge et mitre jaune d’or, tend de la main droite une étole claire à frange rouge  qui flotte au-dessus de la gueule d’un dragon vert émeraude roulé en boule. Saint Pol  a revêtu une chasuble laque de garance sur une aube vert véronèse et une soutane bleu de cobalt.
Job Guével,Atelier à l’Hay-les-Roses, se retire durant la guerre à Pont-Aven

 Baie 9, »le Baptême de Notre Seigneur ». Baie en cintre avec une seule barlotière verticale.  A gauche,  le Christ est les pieds dans un  petit ruisseau,  aux eaux de divers bleus, dont les rives sont couvertes de roseaux vert émeraude. Il de face, un peu tourné sur sa droite et le visage  vers le ciel. Un pagne de teintes claires bleu de cobalt et blanc lui ceint les hanches. Sa main gauche est posée sur la poitrine et l’autre main  descend ouverte vers le bas. Saint Jean-Baptiste, debout sur un petit tertre bleu de trois quart droite et le visage de profil droite, la tête barbue un peu baissée, verse de la main droite une coquille d’où s’échappe un filet d’eau. Il porte une robe à manches demies courtes de couleur à dominante violet magenta. Sa main gauche tient un bâton terminé d’une croix, le tout de couleur cendre bleue, bâron qu’il coince contre lui.

Baie 10, Baie en ogive avec armature, 1 verticale et 1 horizontale. Le verrier Rault a crée deux lancettes et un écoinçon. Dans la lancette de gauche, sur un fond composé de pièces rectangulaires de diverses couleurs foncées d’une forêt, saint Herbot  est de face, en pied, habillé d’une bure de diverses teintes de brun rouge et d’ocre rouge. Il tient de la main gauche un bâton jaune. Son visage, au crane chauve mais barbu, est tourné vers le lointain. A ses pieds, un  sanglier,  couleur bleu de cobalt, qui  dresse le museau vers une fouine de la même couleur. A droite, devant une futaie aux troncs rouges se dresse un calvaire bleu.   Job Guével.

1904, -1909,   Atelier Saluden de Brest, grisailles, 2 oculi porche Ouest.
Petit oculus au-dessus porte d’entrée avec Vierge.




Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pierre Le Bihan - dans famille de peintres vitriers
commenter cet article

commentaires